Anxiété nocturne : causes et clés pour la surmonter

21 novembre 2020
La nuit, nous sommes plus enclins aux pensées négatives, qui provoquent généralement des manifestations d'anxiété chez les personnes. Si elles se prolongent dans le temps, elles peuvent avoir un impact négatif sur le bien-être.

L’anxiété nocturne représente une sensation de tension et d’inquiétude pendant la nuit, plus précisément avant de dormir. Elle se produit par l’anticipation d’une menace ou d’un danger, survenant généralement à cause de l’invasion de pensées négatives à ce moment de la journée.

Cette réaction comprend une série de symptômes physiologiques et cognitifs désagréables, qui ont normalement un but adaptatif. Mais s’ils s’intensifient ou se prolongent dans le temps, ils peuvent entraîner de sérieux problèmes de santé physique et mentale chez la personne.

Qu’est-ce que l’anxiété nocturne ?

L’anxiété nocturne est un état émotionnel désagréable de tension, d’agitation et d’inquiétude. Elle survient lors de l’anticipation d’un danger ou d’une menace et se manifeste à travers un ensemble de réactions physiologiques, cognitives et comportementales. Dans ce cas particulier, l’anxiété a lieu la nuit ou le soir.

Par conséquent, elle a une fonction adaptative et de survie. En effet, il s’agit d’un mécanisme de défense pour faire face aux menaces de la vie. Cependant, il y a des moments où elle ne nous facilite pas la vie, bien au contraire.

Dans ce cas, la réaction surgit comme une réponse à de fausses alertes. Autrement dit, face à de potentielles menaces qui ne le sont pas ou lorsque le danger est surestimé. Ainsi, face à une anxiété qui apparaît la nuit de manière disproportionnée par rapport à la situation ou qui se prolonge dans le temps, nous parlons de réaction pathologique.

L’anxiété pathologique bloque les réponses adéquates pour affronter la vie quotidienne, elle génère des malaises somatiques, altère le rendement de la personne qui nécessite généralement d’une assistance professionnelle pour résoudre le problème. La vie quotidienne, au-delà de sa présentation nocturne dans ce cas, est affectée par les difficultés de sommeil.

Une femme qui fait une insomnie.

“L’anxiété nocturne altère le sommeil et cause des insomnies qui ont une répercussion importante sur la vie quotidienne.”

Lisez également : 5 exercices de mindfulness pour gérer l’anxiété

Symptômes de l’anxiété nocturne

L’anxiété nocturne se caractérise par la manifestation d’un certain nombre de symptômes somatiques et cognitifs le soir, juste avant de dormir. Toutes les personnes ne la vivent pas avec la même intensité ou les mêmes symptômes. Cela dépend effectivement beaucoup de la constitution de chaque individu.

Parmi les symptômes les plus fréquents, nous pouvons citer :

  • Elévation de la fréquence cardiaque : palpitations ou tremblements du cœur qui s’accompagnent d’une sensation d’étouffement ou d’oppression dans la région thoracique.
  • Transpiration : profuse, froide, sans rapport avec la température ambiante.
  • Douleurs abdominales : parfois avec des nausées et des vomissements.
  • Déréalisation : sentiment d’irréalité ou de dépersonnalisation avec la sensation d’être séparé de soi-même.
  • Peurs extrêmes : de perdre le contrôle ou de mourir.

Causes de l’anxiété nocturne

Ce type d’anxiété est dû à de multiples causes qui diffèrent selon les personnes qui en souffrent. Une étape importante pour la soulager consiste à identifier la problématique sous-jacente à ces manifestations puis tenter de la solutionner. Les raisons les plus courantes sont les suivantes :

  • Stress de la vie quotidienne : les problèmes relationnels, professionnels ou économiques sont des facteurs déclencheurs de crises d’angoisse. En outre, ces situations envahissent généralement le mental de la personne sous forme de pensées négatives, juste avant de dormir, rendant le sommeil impossible.
  • Evénements traumatisants : les expériences traumatisantes, telles que les catastrophes naturelles, le viol, la torture ou l’enlèvement, entre autres, provoquent des dommages sévères dans la structure mentale, associés à des symptômes graves d’anxiété. Le soir, au moment du coucher, il est commun que la personne revive ces événements traumatisants.
  • Facteurs biologiques : la génétique joue un rôle important dans l’apparition de manifestations anxieuses. Certains individus sont effectivement plus prédisposés que d’autres, notamment à cause de l’hérédité.
  • Pensées déformées : l’anxiété se présente comme une surestimation des menaces ainsi qu’une sous-estimation du potentiel personnel. L’individu peut se laisser emporter par ces pensées au moment de dormir, entraînant alors l’activation de réactions anxieuses.

Quelques clés pour surmonter l’anxiété nocturne…

Si les manifestations anxieuses pendant la nuit sont intenses et occupent la plupart du temps, il est fortement conseillé de consulter un professionnel. En effet, il peut s’agir d’un trouble de l’anxiété sévère, dont le traitement le plus efficace est la psychothérapie. Et, dans certains cas, le traitement pharmacologique. D’autre part, il est possible de mettre en place un ensemble d’activités qui aident à apaiser la personne.

Activités pour combattre le stress

Réaliser une activité physique aide le corps à libérer des tensions et, par conséquent, à se sentir plus détendu. Si l’activité a lieu deux heures avant de se coucher, la sensation de fatigue sera plus intense et il sera plus facile de trouver le sommeil.

Par ailleurs, la méditation et le yoga sont des options qui apprennent à se concentrer sur le moment présent. De plus, ces étirements corporels favorisent la libération des tensions.

Les techniques de relaxation musculaire ainsi que les exercices de respiration profonde sont également d’autres alternatives. Elles permettent de prévenir les tensions dans le corps et l’hyperventilation, manifestations physiques propres aux crises d’anxiété.

L’importance des rituels

Etablir un horaire pour se coucher conditionne l’organisme à se préparer à ce moment. Cela va de pair avec le fait d’éviter d’utiliser la chambre pour le travail ou les études. En effet, cela contribue négativement à l’établissement d’associations d’activités stressantes avec la chambre à coucher.

De plus, il est préférable d’éviter les substances stimulantes telles que l’alcool et la caféine le soir. Ces dernières favorisent les états d’anxiété en raison de leur action sur le système nerveux.

Une femme qui regarde une tablette dans son lit la nuit.

“L’usage de la chambre pour les activités professionnelles ou étudiantes est contre-productif pour le sommeil.”

Découvrez davantage : 10 clés pour une bonne hygiène de sommeil

Avant de dormir, éviter les pensées négatives

Juste avant de se coucher, nous sommes plus susceptibles d’être envahis par des pensées négatives. C’est effectivement le moment de la journée où notre mental est le moins occupé. Beaucoup de personnes se sentent donc plus anxieuses.

Cependant, si les manifestations d’anxiété augmentent en quantité et en intensité, les effets peuvent être préjudiciables pour la santé générale. Il est donc essentiel d’identifier l’existence du problème et de chercher les outils nécessaires et appropriés pour résoudre cette situation.

  • Bourne E, Garano L. HAGA FRENTE A LA ANSIEDAD: 10 formas sencillas de aliviar la ansiedad, los miedos y las preocupaciones. [Internet]. Barcelona: Amat Editorial. 2006.
  • Matud, Ma Pilar, and Juan Manuel Bethencourt. “Ansiedad, depresión y síntomas psicosomáticos en una muestra de amas de casa.” Revista Latinoamericana de Psicología 32.1 (2000): 91-106.
  • Fernández LOI, Jiménez HB, Alfonso ARB, et al. Manual para diagnóstico y tratamiento de trastornos ansiosos. Medisur. 2012;10(5):466-479.
  • Navas OW, Vargas BMJ . Trastornos de ansiedad: Revisión dirigida para atención primaria. Rev Med Cos Cen. 2012;69(604):497-507.
  • Sierra, Juan Carlos, Ortega, Virgilio, Zubeidat, Ihab, Ansiedad, angustia y estrés: tres conceptos a diferenciar. Revista Mal-estar E Subjetividade [Internet]. 2003;3(1):10 – 59. Recuperado de: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=27130102
  • Gorwood, P. “Comorbilidad del trastorno de ansiedad generalizada y el trastorno depresivo mayor:¿ Un ejemplo de peliotropía genética?.” European Psychiatry Spanish edition 11.3 (2004): 170-177.
  • Echeburúa, Enrique. Avances en el tratamiento psicológico de los trastornos de ansiedad. Pirámide, 2002.
  • Irurtia, Mª Jesús, Vicente E. Caballo, and Anastasio Ovejero. “Trastorno de ansiedad provocado por sustancias psicoactivas.” Behavioral Psychology/Psicología Conductual 17.1 (2009): 155-168.