Bloc de branche : symptômes, causes et traitements

12 avril 2021
Selon le niveau d'atteinte du rythme cardiaque, le bloc de branche a plusieurs classifications. Les thérapies disponibles permettent de contrôler la maladie dans la grande majorité des cas.

Le cœur possède des tissus spécialisés capables de transmettre des impulsions électriques. Ils sont divisés en deux branches (une droite et une gauche) pour couvrir les deux côtés de l’organe. Par conséquent, le bloc de branche est une condition dans laquelle l’une de ces structures ne fonctionne pas correctement.

Il en résulte une incapacité du cœur à se contracter selon un rythme normal, ce qui augmente la possibilité de complications cardiovasculaires. Vous souhaitez en savoir un peu plus sur cette affection ? Lisez la suite !

Qu’est-ce qui cause le bloc de branche ?

Les conditions qui provoquent le plus souvent un bloc de branche sont les suivantes :

  • Infarctus du myocarde
  • Hypertension artérielle
  • Myocardite
  • Cardiomyopathies

Dans la plupart des cas, l’approvisionnement en sang du tissu qui transmet les impulsions électriques dans le cœur est déficient, comme c’est le cas dans l’infarctus du myocarde. Ici, la rupture d’une plaque d’athérome peut obstruer le flux sanguin dans les artères coronaires, qui transportent l’oxygène et les nutriments vers le myocarde.

Cette dernière provoque une détérioration progressive des tissus qui, dans de nombreux cas, est irréversible. Pour cette raison, le bloc de branche est une complication fréquente de certains événements cardiovasculaires.

La myocardite, quant à elle, est une inflammation du myocarde qui survient à la suite d’une infection. L’un des micro-organismes impliqués est Trypanosoma cruzi, l’agent responsable de la maladie de Chagas.

Un homme faisant un infarctus.
Les événements cardiovasculaires affectant le myocarde peuvent être compliqués par un bloc de branche.

En savoir plus : 8 signes de maladies cardiaques que vous ne devez pas ignorer

Symptômes du bloc de branche

Il existe plusieurs types de bloc de branche, en fonction des caractéristiques du rythme cardiaque qui en résultent. Heureusement, la plupart des patients ont un bloc léger et ne développent pas de symptômes. Dans ces cas, il est courant que le diagnostic soit posé dans le cadre d’une évaluation médicale de routine.

Cependant, ceux qui développent des signes manifestes peuvent avoir des palpitations et des évanouissements (syncope). Ils présentent généralement d’autres maladies cardiovasculaires ou métaboliques associées, telles que l’hypertension artérielle ou le diabète sucré.

Selon le degré d’atteinte des différents organes (comme les reins), les symptômes peuvent être plus nombreux. Dans les cas graves, le cœur est incapable de remplir correctement sa fonction, ce qui entraîne une instabilité hémodynamique. Cela inclut une baisse progressive de la pression sanguine, qui, si elle n’est pas corrigée, peut entraîner un choc.

Comment peut-on le diagnostiquer ?

Le médecin peut arriver au diagnostic par une combinaison d’éléments cliniques et de tests complémentaires. Un examen physique approfondi peut permettre de détecter le trouble du rythme cardiaque, à condition qu’il soit significatif.

Dans tous les cas, la confirmation se fait au moyen d’un électrocardiogramme. Il se caractérise par une mesure de l’activité électrique du cœur, notamment la fréquence d’apparition des battements cardiaques. Cette dernière caractéristique est altérée chez les patients souffrant d’un bloc de branche.

Il est également possible d’effectuer un échocardiogramme, une technique d’imagerie plus coûteuse qui ne peut être réalisée que par un spécialiste. L’avantage de son utilisation est qu’elle permet de déterminer les altérations structurelles qui expliquent l’origine de la maladie.

Continuer la lecture : Les maladies cardiaques et cardiovasculaires n’affectent pas que le cœur

Traitements du bloc de branche

Il existe plusieurs modalités thérapeutiques, en fonction de la gravité clinique et du risque de développer des arythmies fatales. Voici un aperçu général des plus importantes d’entre elles.

Médicaments

Comme nous l’avons dit précédemment, la plupart des cas correspondent à des patients asymptomatiques. Pour cette raison, le professionnel traitant ne prescrit généralement pas de médicament spécifique pour le bloc de branche. Cependant, il est nécessaire de prescrire des médicaments contre la cause de la maladie.

Par exemple, dans le cas d’un patient hypertendu, il est courant de prescrire des médicaments antihypertenseurs et des diurétiques. Ils constituent un vaste groupe de médicaments et les différences résident dans le mécanisme d’action.

Parmi les médicaments antihypertenseurs les plus couramment utilisés figurent le losartan, l’amlodipine et l’énalapril. Dans le groupe des diurétiques, l’hydrochlorothiazide et le furosémide se distinguent.

Stimulateur cardiaque

La thérapie génique pour le cœur présente des avantages pour les patients souffrant d'insuffisance cardiaque.
Les stimulateurs cardiaques sont des appareils qui prennent le contrôle du rythme cardiaque pour donner de la régularité au cœur.

Il s’agit d’un dispositif capable d’ajuster l’activité électrique du cœur à un rythme normal. Bien qu’il s’agisse à l’origine d’un traitement coûteux et problématique présentant plusieurs effets indésirables, il est aujourd’hui considéré comme sûr et facile à entretenir.

Selon une publication de la Fondation espagnole du cœur, il existe deux types de stimulateurs cardiaques : temporaires et permanents. Ces derniers nécessitent une implantation sous-cutanée, pour laquelle le médecin doit également insérer un fil dans l’une des veines qui se drainent dans le côté droit du cœur.

Thérapie de resynchronisation cardiaque

Ce traitement est réservé aux cas plus graves dans lesquels il existe une mauvaise coordination entre l’activité des côtés gauche et droit du cœur. Selon une publication de la Mayo Clinic, le dispositif utilisé est également connu sous le nom de stimulateur cardiaque biventriculaire.

L’avantage est tel que certains modèles incluent un défibrillateur cardioverteur implantable. Cela signifie qu’en cas d’urgence, lorsque le rythme cardiaque est considérablement altéré, l’appareil est capable d’émettre une impulsion capable de défibriller.

Les complications peuvent toujours être évitées

En raison de la possibilité de développer des événements cardiovasculaires mortels, il est recommandé aux patients présentant des facteurs de risque d’avoir une consultation médicale de routine. Les médecins de famille et les internes sont une option valable. Dans certains cas, ils peuvent vous adresser à un cardiologue.

  • Burri H, Lerch R. Echocardiography and patient selection for cardiac resynchronization therapy: a critical appraisal. Heart Rhythm 2006; 3: 474-9.
  • Garillo R, et al. Terapia de resincronización cardíaca. Cruzando la frontera de las indefiniciones. Rev Urug Cardiol 2011;26:71-76.
  • Geiter H. Los bloqueos de rama cardíacos. Nursing 2004;22(1):21-24.
  • Lozano J. Arritmias cardíacas y su tratamiento. OFFARM 2001;20(11):11-153.
  • Ostabal M, et al. Los marcapasos cardíacos. Med Integral 2003;41(3):151-61.
  • Vogler J. Bradiarritmias y bloqueos de la conducción. Rev Esp Cardiol 2012;65(7):656-667.