Bosse dans le cou : tout ce qu’il faut savoir

29 septembre 2019
Une bosse dans le cou peut entraîner des symptômes tels que des difficultés à avaler ou de l'aphonie.

N’importe qui panique à l’idée de trouver une bosse suspecte dans le cou. La première chose à laquelle pensent les gens est le cancer. Cependant, il existe de nombreuses causes autres que le cancer. En effet, toutes ne sont pas malignes. Par exemple, il peut s’agir d’une infection temporaire, d’un kyste ou d’une tumeur bénigne.

La principale cause d’une boule dans le cou est l’inflammation des ganglions lymphatiques. Il s’agit de structures arrondies qui font partie du système immunitaire et qui se trouvent dans tous le corps. Elles aident l’organisme à reconnaître et à combattre les infections. Et pour cela elles ont tendance à s’enflammer régulièrement. Mais c’est une situation transitoire et très fréquente.

Dans cet article, nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir sur les bosses dans le cou.

Quelles sont les principales causes d’une bosse dans le cou ?

Une boule dans la gorge peut provoquer des douleurs

 

 

Comme nous l’avons mentionné auparavant, la cause la plus courante d’une boule dans le cou est l’inflammation d’un ganglion lymphatique. Cela peut survenir pour plusieurs raisons :

  • Une infection proche : par exemple, un rhume ou une infection de la gorge. Ce sont des situations assez fréquentes, surtout chez les enfants. De plus, la mononucléose, les abcès dentaires et les amygdalites sont aussi des affections communes
  • Une infection du ganglion : c’est ce qu’on appelle une lymphadénite
  • Les maladies systémiques comme le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et la tuberculose

 

Par ailleurs, il existe également des troubles immunitaires qui peuvent provoquer une bosse dans le cou. Ces derniers entraînent l’inflammation des ganglions, de même que les infections. La maladie la plus répandue est l’arthrite rhumatoïde. Une pathologie dans laquelle le système immunitaire attaque par erreur le tissu sain. Elle affecte principalement les articulations.

De même, certains médicaments peuvent engendrer une augmentation de la taille des ganglions. Une bosse dans le cou peut aussi être un kysteAutrement dit, une cavité remplie de liquide. Nous pouvons largement les identifier parce que la plupart d’entre eux sont présents dès la naissance. Une autre cause possible est un problème dans les glandes salivaires.

Cependant, il ne faut pas non plus négliger qu’il peut s’agir d’un cancer. Les tumeurs malignes sont plus courantes chez les personnes âgées. En effet, il peut s’agir d’un ganglion lymphatique cancéreux, mais également d’une tumeur d’une structure voisine qui s’est étendue. En fait, il peut même s’agir d’une métastase d’une tumeur éloignée.

Lisez également : Les causes de l’inflammation des ganglions lymphatiques

Signaux et symptômes alarmants d’une bosse dans le cou

Si vous remarquez une bosse dans le cou, il est primordial de consulter un médecin afin qu’il vous examine. En effet, il est très important de réaliser les examens pertinents pour diagnostiquer la cause. Toutefois, en plus des tests complémentaires, il existe un certain nombre de signaux qui peuvent nous guider sur la nature de ces bosses.

Par exemple, une bosse molle et douloureuse est généralement le signe d’une infection. Ce type de boule a tendance à disparaître après un certain temps. D’autre part, un nodule très sensible au toucher est souvent une lymphadénite. En revanche, si la boule est dure, immobile et indolore, il peut s’agir d’une tumeur.

Les tumeurs peuvent également entraîner d’autres symptômes comme l’aphonie ou des difficultés pour avaler. Par conséquent, si vous avez une bosse dans le cou qui persiste et qui provoque aussi ce genre de symptômes, n’attendez plus avant de consulter votre médecin.

Une femme avec une bosse dans le cou

Découvrez aussi : Le citron congelé pour combattre les tumeurs malignes

Quels sont les tests qui diagnostiquent la cause d’une boule dans le cou ?

Il existe de nombreux examens qui aident à établir un diagnostic. Néanmoins, si le patient est jeune, il ne s’agit généralement pas d’une tumeur. Par ailleurs, s’il y a des signes d’une infection proche, ce type d’examen n’est pas non plus nécessaire. La consistance et la douleur sont 2 paramètres importants.

Le premier examen réalisé est l’hémogramme. Il est possible de recourir également à des radiographies du thorax. Lorsqu’il y a des signes alarmants ou des facteurs de risque du cancer, on fait appel à des tests plus précis. Parmi ces derniers, on retrouve la biopsie, dans le cadre de laquelle on extrait une partie de la masse pour l’analyser.

D’autre part, les tests d’imagerie sont également fréquents. Les plus utilisés sont la tomographie computérisée et la résonance magnétique (IRM). L’échographie est aussi parfois utile.

Conclusion…

Une bosse dans le cou est généralement un ganglion lymphatique qui a pris du volume. La cause la plus commune est effectivement une infection proche qui se résout souvent sans problème majeur. Enfin, il faut faire attention aux autres symptômes. En effet, si le nodule n’est pas douloureux et ne bouge pas, il peut s’agir d’une tumeur. Dans ce cas, il est fondamental de consulter un médecin afin de dissiper tous les doutes.

 

  • Neck lump. (n.d.). Retrieved July 12, 2019, from http://eclinicalworks.adam.com/content.aspx?productId=39&pid=1&gid=003098
  • Bulto en el cuello: Cómo saber si es benigno o maligno – Sh-sci.org. (n.d.). Retrieved July 12, 2019, from https://sh-sci.org/bulto-cuello-saber-benigno-maligno/
  • Bultos en el cuello – Trastornos otorrinolaringológicos – Manual MSD versión para público general. (n.d.). Retrieved July 12, 2019, from https://www.msdmanuals.com/es-es/hogar/trastornos-otorrinolaringológicos/síntomas-de-las-enfermedades-de-la-nariz-y-la-garganta/bultos-en-el-cuello