Coaching et mentorat : quelle est la différence ?

Le coaching vise à développer le potentiel des personnes, tandis que le mentorat se concentre généralement sur l'expérience du mentor. Découvrez ici plus en détail leurs différences.
Coaching et mentorat : quelle est la différence ?

Dernière mise à jour : 18 octobre, 2021

De nombreux outils émergent sur la manière d’accompagner les personnes pour qu’elles gagnent des compétences. À chacun de choisir l’outil qui lui convient le mieux. Cependant, à l’heure du choix, la désinformation est proportionnelle au nombre d’options disponibles. Et le coaching et le mentorat n’y échappent pas.

Pour évaluer quel est le meilleur choix, il est important d’identifier en quoi chaque option consiste et ce qu’elle a à offrir. Voyons en détail quelles sont les caractéristiques du coaching et du mentorat.

Qu’est-ce que le coaching ?

Selon European School of Coaching, le coaching est un entraînement aux compétences en communication et en leadership. ll favorise la connaissance de soi et le contact de la personne avec son environnement.

Il existe différents types de coaching, mais en général ils partagent les mêmes principes. L’un d’eux tient au fait que chaque personne a un potentiel à découvrir et que ce chemin peut être facilité par un accompagnement personnalisé. Cet accompagnement est la tâche du coach.

Un autre des principes du coaching est lié à l’idée de changement. Pour le coaching, le changement est une réalité et tout le monde peut changer autant de fois qu’il le souhaite.

C’est pourquoi le coaching cherche à identifier les forces et les faiblesses du client, afin que ce dernier devienne le protagoniste du changement en se libérant des croyances et des actions limitantes. C’est un processus non-directif, c’est-à-dire qu’aucune instruction n’est donnée : le coach ne fait qu’accompagner.

Le client est censé prendre des décisions lui-même grâce à une combinaison de dialogue et d’exercices pratiques. Ces outils favorisent de bonnes réflexions en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Coaching en entreprise.
Dans les environnements de travail, le coaching est utilisé pour atteindre des objectifs de l’entreprise ou personnels.


Qu’est-ce que le mentorat ?

Pour une première approche du mentorat, un mot-clé vient directement à l’esprit : l’expérience. Le mentorat est une relation qui s’établit entre une personne qui a de l’expérience et une autre qui souhaite tirer parti de cette expérience.

La pratique est basée sur un processus d’apprentissage qui implique des objectifs et une méthodologie pour réaliser le transfert de connaissances. Il est généralement appliqué au domaine organisationnel, orienté vers le développement professionnel.

Il a des avantages importants, notamment dans le monde du travail. Il permet d’acquérir une vision stratégique de l’entreprise, une formation d’expert et d’élargir le réseau de contacts.

Coaching et mentorat : les différences

Le coaching et le mentorat ne doivent pas nécessairement s’exclure mutuellement. Mais ils ont leurs différences.

L’objet d’intérêt

Alors que pour le mentorat, l’objet d’interêt réside dans l’expérience que le mentor peut apporter, le coaching se concentre sur le potentiel et les capacités du client, qui doit apprendre à se faire confiance et à croire en lui-même. Le coaching est axé sur la capacité du client à identifier l’objectif à atteindre et à apprendre à tracer des chemins pour l’atteindre.

Le mentorat, quant à lui, est axé sur quelque chose de très spécifique, comme l’amélioration de l’expérience d’un employé sur un sujet précis. Le coaching se concentrera plutôt sur le développement des soft skills et de la communication, par exemple, pour les collaborateurs occupant des postes de coordination.

Cependant, il faut aussi considérer que le mentorat peut avoir différentes approches. En plus de partager leurs connaissances, certains mentors améliorent également les compétences de l’autre.

Horaires et délais

En général, les programmes de coaching sont généralement planifiés avec des durées limitées. De son côté, le mentorat s’inscrit dans la durée, comme une relation permanente.

Lorsqu’une personne choisit un mentor, elle reste généralement en contact avec lui et lui demande des conseils sur certains sujets. Cependant, il faut aussi considérer que ces délais dépendent des objectifs fixés.

Réunion de travail pour le mentorat.
Dans le mentorat, une relation à long terme peut être favorisée entre ceux qui ont de l’expérience et les plus récents.

Profil et compétences nécessaires

Le coach est prêt à réaliser un programme de coaching. Pour sa part, le mentor doit non seulement être un connaisseur et un expert du sujet sur lequel il est consulté, mais il doit également posséder des compétences et des connaissances pour mener ce processus de mentorat. Ainsi, tous les experts ne sont pas des mentors, mais chaque mentor est un expert.



Coaching et mentorat : la connaissance nous donne du pouvoir

Si l’on revient à l’idée initiale sur la désinformation, il est important de comprendre qu’avant de s’engager dans une quelconque voie, il est nécessaire d’avoir des information préalables sur cette voie. Il nous est ainsi possible d’exercer notre pouvoir en prenant des décisions basées sur l’utilité ou non de certaines propositions.

Enfin, il est important de comprendre que tous les outils ont quelque chose à apporter. Les professionnels doivent être les principaux porte-parole de leur activité et mettre en avant ses bienfaits.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 conseils pour transformer les faiblesses en forces
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
6 conseils pour transformer les faiblesses en forces

Voulez-vous travailler sur votre croissance personnelle ? Découvrez ici quelques astuces pour transformer vos faiblesses en forces.



  • Cortés, R. J. (2012). Coaching en el desarrollo profesional docente. Fases formativas y procesos metodológicos de investigación. Revista Electrónica Interuniversitaria de Formación del Profesorado, 15(4), 101-112.
  • Hernandez ValbuenaM. E. (2016). EL COACHING COMO PROCESO DE FORMACIÓN. Neumann Business Review2(1), 59-73. https://doi.org/10.22451/3002.nbr2015.vol1.1.8009