Comment appliquer les corticoïdes topiques ?

20 mai 2020
Les corticoïdes topiques s'utilisent pour traiter les affections cutanées localisées ou généralisées. Selon le type de peau et la forme pharmaceutique, les effets indésirables seront plus ou moins nombreux.

L’application de corticoïdes topiques pour le traitement de pathologies cutanées doit être manipulée avec précaution. Il y a souvent deux situations opposées, qui sont la corticophobie et la tachyphylaxie.

L’origine de la corticophobie est due au fait que les corticoïdes topiques sont responsables d’effets secondaires systémiques tels que l’œdème, la prise de poids et un risque accru d’ostéoporose. Toutefois, ces effets des corticoïdes topiques se produisent généralement en cas d’abus. En particulier lorsqu’il s’agit de corticoïdes plutôt puissants ou qui s’appliquent sur de grandes surfaces.

D’autre part, la tachyphylaxie est une conséquence de l’excès des corticoïdes. Les personnes ont tendance à en abuser en raison du soulagement et du bien-être qu’ils apportent, sans en mesurer les conséquences à long terme.

Effets secondaires de l’application des corticoïdes topiques

Avant leur application, il est important d’être conscient des effets secondaires cutanés des corticoïdes. La conséquence indésirable la plus courante est l’atrophie de l’épidermePlus spécifiquement chez les personnes âgées. Cependant, d’autres peuvent se produire moins fréquemment, comme les vergetures, l’hypertrichose et la folliculite ou l’acné.

Lorsque l’application des corticoïdes topiques n’apporte pas d’amélioration, malgré l’utilisation correcte selon les prescriptions du médecin, il est essentiel d’évaluer les éventualités d’une allergie. C’est le professionnel qui pourra le déterminer et décider s’il est nécessaire de stopper l’application.

Un homme qui applique des corticoïdes topiques sur sa main

Quels sont les facteurs qui affectent l’absorption des corticoïdes topiques ?

Lors de l’utilisation de médicaments topiques, il faut savoir que l’effet obtenu ne dépendra pas seulement du principe actif. Il existe effectivement d’autres facteurs très importants qui influencent le résultat final du traitement.

Perméabilité de la peau

En ce qui concerne la perméabilité de la peau, plusieurs conditions l’influencent. Parmi elles, nous pouvons citer :

  • Age : la peau est plus perméable chez les enfants et les personnes âgées. Par conséquent, plus la perméabilité est grande, plus les effets thérapeutiques et les réactions indésirables sont importants
  • Localisation de l’affection : l’effet sera différent en fonction de la zone corporelle à traiter. Les plus perméables sont les muqueuses, puis les paupières et le visage en général
  • Type d’affection et état de la peau : en présence de lésions aiguës, de vésicules, d’ampoules ou de lésions humides, la vascularisation est accrue, donc la perméabilité et l’absorption seront également augmentées

Néanmoins, dans le cas des lésions chroniques, la peau s’épaissit et la perméabilité est bien moindre. Il peut donc être nécessaire d’appliquer un corticoïde topique légèrement plus puissant.

Par ailleurs, lorsque les corticoïdes s’appliquent sur des zones cutanées localisées, leur absorption est faible. Cela signifie que, sur prescription médicale et lors de courtes périodes, ils peuvent s’utiliser chez les femmes enceintes.

Lisez également : 5 recettes pour traiter la peau sèche dans différentes parties du corps

Véhicule utilisé

Le véhicule utilisé dans les différentes formulations doit être, entre autres, cosmétiquement acceptable. Cela permet un traitement plus efficace. Nous rappelons que ce type de thérapies est difficile à respecter car les patients ont tendance à laisser tomber l’application.

Les solutions et les gels sont indiqués pour les dermatites aiguës, avec œdème et vascularisation. Cependant, Les émulsions et les crèmes, sur les lésions subaiguës, sont suffisantes pour obtenir l’effet souhaité. Les pommades et onguents sont indiqués pour traiter les dermatites chroniques telles que la xérose ou la lichénification.

L'application de corticoïdes topiques sur le bras

Les corticoïdes topiques sont-ils tous les mêmes ?

Chaque médicament se compose d’un type de corticoïde avec des puissances différentes. Tous s’utilisent en fonction de l’évaluation du spécialiste car ils n’ont pas tous la même puissance ni les mêmes effets secondaires.

Par conséquent, il est nécessaire de savoir lequel est le plus approprié dans chaque situation. En prenant en compte :

  • Le type de lésion
  • La localisation
  • L’âge du patient

Pour traiter les affections du visage, on prescrit des corticoïdes à faible puissance durant un maximum de 5 jours. Toutefois, si l’application s’effectue sur le corps, des corticoïdes de puissance moyenne sont indiqués sur un maximum de dix jours.

La fin du traitement ne doit pas être brusque. Effectivement, il est préférable de passer à des corticoïdes moins puissants ou d’alterner avec des crèmes émollientes pour prévenir les phénomènes de repousse.

Les corticoïdes doux se caractérisent par leur métabolisation rapide en molécules non toxiques. Ainsi, la plupart des effets secondaires indésirables sont évités. Cependant, ils peuvent être dangereux s’ils sont utilisés dans le cas de cures occlusives, provoquant alors des réactions allergiques.

A découvrir aussi : A quoi servent les corticoïdes ?

Choisir le meilleur corticoïde topique

Lors de l’application de corticoïdes topiques, il est essentiel de sélectionner la forme galénique en fonction du type d’affection à traiter. Une pathologie aiguë n’est pas la même chose qu’une pathologie chronique. La localisation sur le corps est également à prendre en compte. Un dermatologue saura vous orienter sur le choix le plus judicieux pour votre cas.

  • Azparren, A., Servicio, A., & Farmacéuticas, D. P. (2009). Corticoides tópicos. Boletín de Información Farmacoterapéutica de Navarra.

  • Grau, P. S. (2006). Corticoides tópicos. Actualización Topical steroids. Un update. Med Cutan Iber Lat Am.

  • Casado-Verrier, B., Sanz-Canalejas, L., Gómez-Fernández, C., Pagán, B., López, M., & Casado-Jiménez, M. (2012). Síndrome de Cushing iatrogénico por corticoides tópicos en dos adultos. Medicina Cutanea Ibero-Latino-Americana. https://doi.org/10.4464/MD.2012.40.2.5012