Comment prévenir la mort subite dans le sport

17 octobre 2020
La prévention de la mort subite dans le sport est devenue un sujet d'importance scientifique depuis quelques années. Les cardiologues sont les plus impliqués dans la recherche d'une méthode permettant de détecter précocement les problèmes pour éviter la mort.

L’actualité des sportifs décédés en pratiquant un exercice est très virale sur les réseaux sociaux et dans les systèmes d’information actuels. En conséquence, plusieurs spécialistes semblent parler de la possibilité de prévenir la mort subite dans le sport.

Mais est-ce possible ? Existe-t-il un moyen de détecter le problème à temps pour éviter l’issue fatale ? Et finalement, les mêmes mesures ne devraient-elles pas être les mêmes que celles prises pour la population en général ? Comme nous le verrons, certaines différences justifient l’approche particulière.

Quelques faits sur la mort subite dans le sport

La mort subite est un arrêt cardiaque chez un individu qui était considéré en bonne santé avant l’événement. En d’autres termes, aucune maladie, à première vue, ne laissait entrevoir un problème. Cependant, une fois que les patients sont soigneusement étudiés, les médecins sont bien capables d’identifier des prédispositions.

Il n’y a pas de différence significative de cas parmi les athlètes, en tant que groupe général, si on les compare avec le reste de la population. Cependant, parmi ceux qui font de l’exercice intense, l’incidence augmente, atteignant plus d’une mort subite pour 100 000 habitants.

Les archives rapportent que la plupart de ces décès surviennent au printemps et dans l’après-midi. Ceci est lié aux heures et aux saisons habituelles de compétition dans chaque hémisphère de la planète.

Lorsqu’un athlète meurt en pratiquant un sport sans cause traumatique justifiant la mort, jusqu’à 90% du temps, le coupable est une cause cardiovasculaire. Cela dépend fortement de l’âge. Chez les moins de 35 ans, le risque est presque inexistant.  Au contraire, à un âge plus avancé, on peut atteindre des valeurs de 1 décès pour 18 000 habitants.

La mort subite dans le sport.
Des études suggèrent que jusqu’à 90 % des cas de mort subite chez les athlètes sont d’origine cardiovasculaire.

Causes de mort subite dans le sport

Enfin, la mort subite, dans le sport comme en dehors de celui-ci, est déclenchée par une arythmie, qui est une fibrillation ventriculaire. Dans cette condition, la partie inférieure du cœur (les ventricules) bat de manière désordonnée et l’organe est incapable de fournir du sang aux tissus.

Les plaques d’athérome se sont avérées être la cause principale chez la plupart des patients étudiés après avoir subi un événement. Elles consistent en une accumulation de caillots attachés aux artères, constitués de cellules sanguines, de plaquettes, de tissu fibreux et de cholestérol.

On soupçonne que, lors de l’effort sportif, la plaque d’athérome se rompt et obstrue brusquement la circulation. Lorsqu’elle est située dans les artères coronaires, qui irriguent le cœur, elle coupe l’apport d’oxygène et de nutriments jusqu’à ce qu’elle provoque une nécrose cellulaire, qui est la mort des cellules.

Dans une moindre mesure, il existe des causes héréditaires qui ne peuvent être évitées en relation avec la mort subite dans le sport. Quoi qu’il en soit, comme nous le verrons plus tard, elles peuvent être détectés à temps avec un électrocardiogramme régulier.

Il existe deux formes qui sont les plus connues de la génétique :

  • Cardiomyopathie arythmogène : les cellules du cœur dégénèrent et passent du muscle à la graisse. À long terme, ces zones cardiaques perdent leur fonction et présentent des arythmies répétitives, notamment à l’effort.
  • Hypertrophie : chez ces patients, la paroi du cœur augmente progressivement en taille. Cette augmentation rend de plus en plus difficile pour le sang de quitter les ventricules. Ainsi, le sang n’est plus distribué dans tout le corps. Lorsque qu’un point culminant est atteint, une mort subite survient.

Découvrez aussi : 5 manières puissantes dont l’aloe vera prend soin de votre cœur

Comment prévenir la mort subite dans le sport ?

Connaissant ses causes et comment elle se présente, il convient de réfléchir aux moyens de prévenir la mort subite dans le sport. Et la première réponse qui survient, presque immédiatement, est la réalisation d’un examen physique avec un électrocardiogramme pour tous les athlètes.

Sur le plan juridique, de nombreux pays obligent à certifier les activités fédérées ou professionnelles avec un tel examen. Cependant il existe un débat scientifique sur sa valeur dans la prévention de la mort subite. Si pour la génétique et l’hérédité, le test peut aider, les plaques d’athérome sont indétectable lors d’un électrocardiogramme.

Pour cette raison, on parle aujourd’hui d’un examen médical global qui comprend plus d’éléments et pas seulement un électrocardiogramme. Un bon examen physique avec des laboratoires adaptés à l’âge et une demande de méthode complémentaire spéciale en cas de doute serait nécessaire.

Rappelons que les plaques d’athérome sont plus fréquentes chez les personnes âgées, mais ne sont pas facilement détectables. En revanche, les mêmes recommandations s’appliquent pour les sportifs que pour la population générale en ce qui concerne les facteurs de risque. Ainsi, les éléments suivants doivent être pris en compte :

  • Contrôlez l’obésité.
  • Régulez la tension artérielle et la glycémie.
  • Réduisez le mauvais cholestérol.
  • Suivez une alimentation saine.
  • Évitez l’alcool et le tabac.
Un homme prend le pouls d'un sportif.
Pour réduire le risque de mort subite dans le sport, il est important que les athlètes subissent un électrocardiogramme. De plus, ils doivent s’assurer de garder un mode de vie sain.

Prévention sociale

Dans les lieux dédiés à la pratique sportive, des défibrillateurs automatiques doivent être installés et le personnel employé doit connaître les bases de la rééducation cardio-pulmonaire. De même, les entraîneurs et les arbitres doivent être formés aux modalités de réanimation.

Le système d’alerte est essentiel. L’efficacité des alertes et des notifications aux services d’urgence dépend de la rapidité et de la précision avec lesquelles l’alarme est donnée. L’importance d’une alerte rapide devrait être clair dans n’importe quel gymnase et stade. Tout ces lieux à risque devraient avoir des personnes responsables des appels et formées pour le faire.

Cet article pourrait vous intéresser : Manger sainement aide à avoir un cœur en bonne santé

Une possibilité éloignée, mais qui existe

Si on regarde les chiffres, on peut dire que l’incidence de la mort subite dans le sport est faible. Dans le cadre de la population générale, c’est peut-être vrai. Cependant, les données pour les plus de 50 ans pratiquant un sport intense sont bien plus inquiétantes.

Par conséquent, une grande prudence est de mise. L’examen est important et doit être effectué de manière approfondie. Il ne doit pas être vu comme une procédure de plus qu’il faut subir. Toutes les méthodes complémentaires demandées doivent être réalisées et évaluées dans le contexte du patient concerné.

Il y a aussi une responsabilité générale de la société, des propriétaires de centres sportifs et de ceux qui réglementent les activités. L’existence de défibrillateurs, l’éducation sanitaire sur le sujet et la vitesse des alertes sont des éléments qui contribuent à réduire le problème.

  • Suárez-Mier, M. Paz, and Beatriz Aguilera. “Causas de muerte súbita asociada al deporte en España.” Revista española de cardiología 55.4 (2002): 347-358.
  • Iglesias, Diego Esteban. “Muerte súbita en el deporte.” La Revista del Hospital Italiano de Buenos Aires 36 (2016): 91-98.
  • de Luna, Antoni Bayés, et al. “Actualización de la muerte súbita cardiaca: epidemiología y estratificación del riesgo.” Revista española de medicina legal 44.1 (2018): 5-12.
  • Morentin, Benito, Ma Paz Suárez-Mier, and Beatriz Aguilera. “Muerte súbita por enfermedad ateromatosa coronaria en jóvenes.” Revista Española de Cardiología 54.10 (2001): 1167-1174.
  • Manonelles Marqueta, P., et al. “Estudio de la muerte súbita en deportistas españoles.” Investigación cardiovascular 9 (2006): 55-73.
  • Sitges, Marta, et al. “Consenso para prevenir la muerte súbita cardíaca de los deportistas.” Apunts: Medicina de l’esport 48.177 (2013): 35-41.
  • Aparicio Rodrigo, María, and Enrique Rodríguez-Salinas Pérez. “Dudas sobre la utilidad del cribado masivo con electrocardiograma en deportistas para prevenir la muerte súbita.” Pediatría Atención Primaria 18.71 (2016): 275-278.
  • Serratosa-Fernández, Luis, et al. “Comentarios a los nuevos criterios internacionales para la interpretación del electrocardiograma del deportista.” Revista Española de Cardiología 70.11 (2017): 983-990.
  • de Viguri, Narciso Perales Rodríguez, José Luis Pérez Vela, and Cristina Pérez Castaño. “Respuesta comunitaria a la muerte súbita: resucitación cardiopulmonar con desfibrilación temprana.” Revista Española de Cardiología Suplementos 10 (2010): 21A-31A.
  • Armengol, Juan Jorge González, Antonio López Farré, and Fernando Prados Roa. “Síncope de esfuerzo y riesgo de muerte súbita en deportistas jóvenes: perspectiva clínica y genética.” Emergencias: Revista de la Sociedad Española de Medicina de Urgencias y Emergencias 23.1 (2011): 47-58.