Comment savoir si l’on souffre d’anémie ?

25 août 2020
Savoir si vous êtes anémique n'est pas une tâche trop difficile. La suspicion se manifeste par des symptômes, puis les tests de laboratoire viendront confirmer ou infirmer cette suspicion.

Savoir si l’on souffre d’anémie ou non est essentiel dans certaines situations de vie particulières, comme la grossesse. Mais c’est également essentiel chez les personnes qui souffrent de symptômes de fatigue et d’épuisement sans explication apparente.

La suspicion commence par les signes et se poursuit avec des méthodes complémentaires. Pour déterminer cette condition, le problème ne réside pas dans l’aspect médical lui-même, mais dans la manière dont le corps réagit au manque d’hémoglobine.

C’est pourquoi les manifestations cliniques de l’anémie sont diverses chez chaque patient, souvent non précisées, avec des symptômes qui peuvent même être causés par d’autres pathologies. Ce sera un professionnel de la santé qui rassemblera les éléments nécessaires pour donner suite à la demande du laboratoire concerné.

Qu’est-ce que l’anémie ?

L’anémie est un manque de globules rouges et d’hémoglobine dans le sang. Ces deux composantes ont des valeurs normales qui doivent être maintenues dans le temps pour que l’organisme fonctionne correctement.

Les globules rouges sont les cellules sanguines qui portent en elles la protéine de l’hémoglobine. Ils sont appelés globules rouges et ont une demi-vie d’environ 3 mois. C’est pourquoi ils sont remplacés tous les 90 jours.

Leur fonction première est de transporter l’oxygène vers les tissus. Pour remplir cette fonction, les globules rouges contiennent de l’hémoglobine, une substance qui est abondante en fer.

La forme microscopique de cette protéine lui permet de se lier à l’oxygène et de le transporter. Ainsi, il peut être distribué et utilisé par les cellules dans leur métabolisme.

Comme on peut le voir, les globules rouges et l’hémoglobine sont tous deux impliqués. Et, indirectement, le fer. Ainsi, les trois façons de produire de l’anémie sont les suivantes :

  • Hémorragies qui diminuent la quantité de sang circulant.
  • Manque de fer dans l’alimentation ou difficulté à l’absorber dans l’intestin
  • Pathologies chroniques qui altèrent la formation des globules rouges ou leurs performances
L'anémie est un problème sanguin.

Lire la suite : Remèdes naturels pour augmenter les globules rouges

Quels sont les symptômes de l’anémie ?

Les signes et les symptômes de l’anémie sont variés et non spécifiques. Il est difficile de savoir s’ils révèlent une anémie, mais ils peuvent susciter des soupçons amenant à une consultation.

La fatigue, l’épuisement et le manque de force sont caractéristiques. Comme moins d’oxygène circule dans le corps, les cellules réduisent leur activité métabolique et s’épuisent plus rapidement ; il est difficile de faire de l’exercice, de courir et même de marcher. Les problèmes quotidiens, comme monter sur une échelle, peuvent devenir fastidieux.

Le système respiratoire, dans une situation d’anémie, tente de compenser le manque de transport d’oxygène en l’introduisant de l’extérieur. Il y a donc un manque d’air et une augmentation de la fréquence respiratoire.

Détecter l’anémie par la couleur de la peau est peu probable, mais comme nous l’avons dit, c’est un signe. Le manque de globules rouges entraîne généralement une pâleur généralisée.

Les autres signes d’un état anémique sont les suivants :

  • Maux de tête
  • Palpitations et tachycardie
  • Vertiges, vertiges et évanouissements
  • Sensation de froid

En savoir plus : Comment diminuer le taux de ferritine élevé ?

Le test sanguin

En cas de suspicion d’anémie, le médecin demandera une série de paramètres biochimiques, parmi lesquels le déterminant sera l’hémoglobine. Les tests de laboratoire permettent de déterminer la quantité de protéine présente dans le sang.

Pour un adulte en bonne santé, l’hémoglobine sanguine doit être comprise entre 13 et 18 grammes par décilitre pour un homme, et entre 12 et 15 pour une femme. Chez les enfants, l’éventail est plus large.

Si une femme a un résultat d’hémoglobine inférieur à 12 grammes par décilitre, ou un homme inférieur à 13, alors nous avons affaire à un état anémique. Il faudra ensuite déterminer l’origine de la maladie et la forme des globules rouges afin de caractériser la maladie. À cette fin, un frottis sanguin est effectué.

L'anémie peut être diagnostiquée via des tests sanguins.

Alors, puis-je savoir si je suis anémique ?

Vous pouvez détecter une anémie, mais vous ne pouvez pas le faire par magie ou en devinant. Le diagnostic nécessite de mesurer l’hémoglobine du sang, et cela est fait en laboratoire.

Si vous pensez que vous souffrez d’anémie parce que vous êtes toujours fatigué, que votre peau est pâle ou que vous avez des maux de tête et des extrémités froides, consultez un professionnel. Une fois que vous aurez expliqué les symptômes, le médecin vous demandera de passer les tests nécessaires.

L’anémie peut être traitée sous presque toutes ses formes, soit par des suppléments de fer, soit en éliminant les causes des saignements. C’est une raison supplémentaire de ne pas relâcher les soupçons et de prendre des mesures.

 

  • Clark, Susan F. “Iron deficiency anemia: diagnosis and management.” Current opinion in gastroenterology 25.2 (2009): 122-128.
  • Buttarello, M. “Laboratory diagnosis of anemia: are the old and new red cell parameters useful in classification and treatment, how?.” International journal of laboratory hematology 38 (2016): 123-132.
  • Lanzkowsky, Philip. “Classification and diagnosis of anemia in children.” Lanzkowsky’s Manual of Pediatric Hematology and Oncology. Academic Press, 2016. 32-41.
  • Abbaspour N, Hurrell R, Kelishadi R. Review on iron and its importance for human health. J Res Med Sci. 2014;19(2):164‐174.
  • Camaschella C. Iron-deficiency anemia. N Engl J Med. 2015;372(19):1832‐1843. doi:10.1056/NEJMra1401038
  • Lopez A, Cacoub P, Macdougall IC, Peyrin-Biroulet L. Iron deficiency anaemia. Lancet. 2016;387(10021):907‐916. doi:10.1016/S0140-6736(15)60865-0
  • Sheth TN, Choudhry NK, Bowes M, Detsky AS. The relation of conjunctival pallor to the presence of anemia. J Gen Intern Med. 1997;12(2):102‐106. doi:10.1046/j.1525-1497.1997.00014.x