Connaissez-vous les bienfaits de pratiquer une passion ?

19 juin 2019
Pratiquer une passion est une manière idéale de nous libérer du stress et de déconnecter, de renforcer notre créativité tout en nous relaxant et en favorisant notre bien-être.

Quels sont vos passe-temps ? Pratiquer une passion a de nombreux bienfaits, même si nous n’avons jamais pris le temps d’y réfléchir. Si vous n’avez pas le temps de le faire, à partir d’aujourd’hui vous saurez à quel point il est important que vous preniez, ne serait-ce que quelques minutes pour le faire.

Les passions peuvent être diverses : faire du point de croix, écrire, faire de l’équitation, des sports à risque, peindre, faire des activités manuelles… En définitive, une passion est une activité amusante qui vous rend heureux.

Les bienfaits de pratiquer une passion

Ci-dessous, nous allons vous expliquer en quoi il est bon de pratiquer une passion. Ce sont des bienfaits que nous n’avons jamais remarqué et qui nous surprendront à coup sûr. Découvrez-les !

  1. Elle vous unit à d’autres personnes

pratiquer une passion

Croyez-le ou non, certains passe-temps ont le pouvoir de vous rapprocher des autres. Surtout ceux qui impliquent des activités en groupe. Par exemple, vous inscrire à un atelier d’activités manuelles vous permettra d’interagir avec des personnes merveilleuses.

Bien souvent, nous nous plaignons de ne pas trouver dans notre entourage des personnes avec les mêmes goûts et affinités. C’est pourquoi, s’inscrire à des ateliers ou pratiquer nos passions en groupe nous permettra de découvrir tout le contraire.

Lisez également : Pourquoi les activités manuelles sont-elles excellentes pour le cerveau ?

2. Elle vous libère du stress

Pratiquer une passion c’est prendre le temps de se consacrer à une activité qui vous plaît. Par exemple, si vous aimez écrire, le simple fait d’écrire pendant au moins 10 minutes peut vous rendre heureux. C’est pourquoi, il est parfois recommandé de pratiquer vos passe-temps (selon leur nature) tôt ou tard dans la journée.

  • Un passe-temps brise notre routine, nous détend et permet de nous évader des préoccupations et du travail.
  • Lorsque nous ressentons une grande pression, les passions peuvent être notre voie de libération. Avec elles, toutes les tensions, l’anxiété et le stress peuvent disparaître.

3. C’est un repos actif

Vous souvenez-vous des pauses actives dont nous parlions lorsque nous faisions référence au travail ? Ceci est quelque chose de similaire, mais dédié à notre temps libre. Du temps que nous ne perdrons pas et que nous estimerons productif.

Lorsque nous pratiquons une passion, nous ne faisons pas que nous reposer et nous détendre, nous acquérons aussi des connaissances et nous progressons. Cela nous aide à nous sentir motivés et à donner un sens à notre vie.

4. Elle favorise votre créativité

pratiquer une passion

Les passe-temps ont tendance à accroître notre créativité. Que nous écrivions, peignons ou faisions du point de croix, notre imagination et créativité s’en trouveront améliorées. Cela peut s’avérer utile, surtout si nous avons un travail créatif.

De nombreuses personnes se plaignent de ne pas être suffisamment créatives. Il faudrait donc leur poser une question : pratiquez-vous une passion ? Si la réponse est « non », ce sera le moment de prendre le temps de le faire. Si la réponse est « oui », il faudra changer de passion !

Visitez cet article : 5 exercices pour développer votre « force mentale »

5. Elle vous aide à savoir ce que vous aimez

Aujourd’hui, beaucoup de gens ont fait de leur passe-temps leur propre travail. En effet, les passe-temps vous aident à savoir ce que vous aimez, ce que vous voulez et à réorienter votre vie professionnelle si vous n’en êtes pas satisfait.

Il existe une phrase que les personnes qui se consacrent à leur passe-temps ont à l’esprit : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie« . Une affirmation de Confucius que tout le monde, sans aucun doute, voudrait pouvoir appliquer.

Les passions vous rendent heureux

Le plus important dans tout cela c’est que les passions vous rendent heureux. Nous nous y consacrons pour le plaisir, sans plus grand espoir d’en profiter. Comme pour tout le reste, nous verrons des progrès, même si nous ne serons pas pressés d’y arriver.

Pour cette raison, avoir une passion favorise la discipline et augmente la confiance en soi, en plus de tout ce que nous avons mentionné auparavant. Il n’y a donc pas d’excuses. Il y a beaucoup d’avantages à pratiquer un passe-temps. Qu’attendez-vous ?

Nous aurons beau penser que nous n’avons pas le temps, ce n’est pas vrai. Pour ce que nous considérons comme important, nous avons toujours le temps. Alors, aimez-vous déjà pratiquer un ou plusieurs passe-temps ? Qu’aimeriez-vous faire mais qu’en raison du manque de temps vous ne faites pas ? Comme nous l’avons mentionné, il s’agit parfois de s’organiser et de consacrer ne serait-ce que 10 minutes pour faire ce qui nous rendra si heureux. Pratiquer une passion a de nombreux bienfaits, allez-vous rater cela ?

 

  • Aliano, Nicolás. (2018). De la inquietud al hábito: música, sociabilidad y afición. Revista mexicana de sociología80(1), 195-219. Recuperado en 12 de febrero de 2019, de http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S0188-25032018000100195&lng=es&tlng=es.
  • Fernández Sánchez, Agustín, & Benítez Guardiola, Ana Amalia. (2006). El Boxeo, es el deporte con mayor frecuencia de trauma ocular. Revista Cubana de Oftalmología19(2) Recuperado en 12 de febrero de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S0864-21762006000200008&lng=es&tlng=es.
  • Marcos, Giai. (2015). Actividades recreativas en adultos mayores internos en un hogar de ancianos. Revista Cubana de Salud Pública41(1) Recuperado en 12 de febrero de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S0864-34662015000100007&lng=es&tlng=es.
  • Ried Luci, Andrés. (2015). La experiencia de ocio al aire libre en contacto con la naturaleza, como vivencia restauradora de la relación ser humano-naturaleza. Polis (Santiago)14(41), 499-516. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-65682015000200029