Conséquences de l’exposition excessive aux écrans chez les enfants

29 juillet 2020
L'exposition excessive aux écrans durant l'enfance peut entraîner des conséquences négatives sur le processus de développement. Non seulement cela affecte l'apprentissage, mais également la capacité à établir des relations.

Des études scientifiques affirment que l’exposition excessive aux écrans chez les enfants est associée à un développement cognitif et socio-émotionnel plus faible. Lorsque nous parlons d’écrans, nous faisons référence aux téléphones portables, tablettes, télévision, ordinateurs, etc.

La plupart du temps, les parents ne sont pas conscients de l’impact de ces appareils sur leurs enfants. Dans cet article, nous nous appuierons principalement sur l’étude récente de Madigan, S., Browne, D., Racine, N.& Tough, S. (2019), publiée dans JAMA Pediatrics, de l’Association de Pédiatres américains.

La recherche, intitulée Relation entre le temps passé devant un écran et les performances des enfants lors d’un test de dépistage du développementexpose plusieurs conséquences que peuvent subir les enfants lorsqu’ils utilisent de façon excessive les appareils dont il est question dans cet article.

Etude scientifique de l’exposition excessive aux écrans chez les enfants

Nous décomposerons le contenu de l’étude ainsi que ses implications dans les différents appareils, afin de la rendre plus facile à comprendre.

Un jeune enfant qui joue avec une tablette.

“Des études récentes mettent en garde contre les risques que peuvent courir les enfants en raison de l’exposition excessive aux écrans ou aux appareils mobiles.”

L’étude

Cette étude a suivi de près le développement de 2400 enfants canadiens et a démontré, de manière expérimentale, que plus un enfant passe de temps devant un écran vers l’âge de 2-3 ans, plus ses performances seront mauvaises à 4-5 ans.

Par ailleurs, la recherche a examiné les progrès de l’enfant dans 5 domaines, énumérés ci-dessous :

  • Communication
  • Capacités motrices globales
  • Capacités de motricité fine
  • Résolution de problèmes
  • Compétences sociales

Par exemple, pour évaluer la capacité de communication, les chercheurs ont demandé à l’enfant s’il pouvait former des phrases de quatre mots ou identifier les parties communes du corps.

Entre temps, concernant la motricité, il a été demandé aux enfants de se tenir sur une jambe ou d’enfiler des perles sur un fil. Ensuite, les chercheurs ont déterminé que le temps passé devant les écrans influait fortement sur les résultats de ces exercices. Effectivement, plus les enfants passaient de temps devant un écran, plus les résultats étaient mauvais.

D’autre part, les scientifiques soutiennent que, pendant les cinq premières années de vie, le cerveau de la personne est très sensible aux stimulations. C’est ce que l’on appelle la période critique, fondamentale pour la croissance et la maturation de chaque individu.

Lisez également : Fatigue oculaire numérique : l’impact des écrans

Conséquences de l’exposition excessive aux écrans chez les enfants

Tout semble indiquer qu’une exposition excessive aux écrans fait perdre d’importantes habiletés à l’enfant. Cela interfère généralement dans les aspects suivants :

  • Développement social et communicatif (interaction avec d’autres personnes).
  • Compétences motrices (les écrans favorisent le sédentarisme).
  • Développement de liens avec les personnes proches.
  • Apprentissage et régulation émotionnelle.

Lorsque les enfants sont face aux écrans, ils peuvent perdre la capacité de maîtriser leurs compétences interpersonnelles, motrices et communicatives. C’est ce que cite textuellement l’étude en question.

Nous pouvons donc établir une conclusion assez grave : l’exposition excessive aux écrans chez les enfants affecte leur développement à tout niveau. Autrement dit, cela les rend moins intelligents, moins habiles et moins compétents que les enfants qui en font un usage rationnel et responsable.

Deux enfants allongés sur un lit avec un téléphone portable.

“L’exposition excessive aux écrans peut interférer dans les compétences sociales de l’enfant. Elle compromet également ses processus d’apprentissage.”

Variables socio-économique et de genre

Selon l’étude, les jeunes filles ont tendance à passer moins de temps devant les écrans. Elle obtiennent également de meilleurs résultats que les garçons, dans les 5 domaines mentionnés auparavant.

Par ailleurs, il est inquiétant de constater le déclin drastique des jeux collectif. Qui étaient jusqu’à récemment la source principale de renforcement et d’apprentissage socio-émotionnel chez les enfants. L’utilisation excessive des appareils mobiles est en train de bannir le jeu individuel et collectif chez les plus petits.

Une autre conclusion importante de cette étude est que les enfants d’âge préscolaire qui ont bénéficié davantage de lectures, faisaient plus d’exercice, qui dormaient plus et avaient des parents avec un niveau de dépression plus faible, obtenaient de bien meilleurs résultats.

Il a également été remarqué que les personnes dont le niveau socio-économique est plus faible, étaient celles qui laissaient généralement leurs enfants plus longtemps devant les écrans. Par conséquent, les enfants de ces familles étaient les plus touchés.

Lisez aussi : Faciliter l’adaptation des enfants à l’école

Les enfants souffrent des conséquences de l’exposition excessive aux écrans

Bien qu’au cours de la dernière décennie, de nombreux chercheurs ont démontré avec des preuves scientifiques à l’appui les conséquences pernicieuses de l’utilisation excessive des écrans chez les enfants, cette étude a apporté des résultats essentiels. Pour la première fois, une étude importante sur 2400 sujets souligne une relation directe entre les écrans et un développement plus faible chez l’enfant.

  • Hale, L., & Guan, S. (2015). Screen time and sleep among school-aged children and adolescents: a systematic literature review. Sleep medicine reviews21, 50-58.
  • Madigan, S., Browne, D., Racine, N., Mori, C., & Tough, S. (2019). Association between screen time and children’s performance on a developmental screening test. JAMA pediatrics173(3), 244-250.
  • Tandon, P. S., Zhou, C., Sallis, J. F., Cain, K. L., Frank, L. D., & Saelens, B. E. (2012). Home environment relationships with children’s physical activity, sedentary time, and screen time by socioeconomic status. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity9(1), 88.