10 différences entre l'estime de soi et l'égocentrisme

L'égocentrisme et l'estime de soi sont deux concepts facilement confondus. Quelles sont leurs principales différences ? Nous les détaillons ici.
10 différences entre l'estime de soi et l'égocentrisme

Dernière mise à jour : 24 janvier, 2022

L’estime de soi et l’égocentrisme sont deux concepts souvent confondus. Or, ce sont deux concepts assez différents. L’estime de soi fait référence à la conception de soi positive que nous développons au cours de notre vie.

Bien que cela puisse sembler contradictoire, les personnes égocentriques ont souvent une faible estime de soi. Et ce, car l’ego est soumis à l’opinion des autres : les personnes égocentriques sont très dépendantes de l’approbation externe.

La confusion entre ces termes est due au fait qu’une personne égocentrique semble très sûre d’elle-même. Cependant, il s’agit d’une façade. Les personnes ayant une haute estime de soi ont, elles, confiance en elles. Découvrez ci-dessous les autres différences.

10 différences entre l’estime de soi et l’égocentrisme

L’estime de soi est liée à une véritable satisfaction personnelle. Quant au moi, il est conditionné par des opinions extérieures. 

1. Les personnes qui font preuve d’égocentrisme ont besoin d’une attention constante

Alors que les personnes ayant une bonne estime de soi n’ont pas besoin d’une attention constante, pour les personnes égocentriques, c’est un besoin compulsif. En d’autres termes, une personne confiante ne cherche pas à plaire aux autres.

Les personnes avec un ego gonflé essaient d’attirer l’attention par l’éloge de soi, ce qui se retourne contre elles. Autrement dit, les personnes égocentriques finissent par aliéner les personnes de leur cercle social.

Le besoin d'attention constante.
Les personnes égocentriques veulent être le centre d’attention à tout moment et en tout lieu.

2. Admiration disproportionnée

Les personnes ayant un ego exacerbé s’admirent de manière excessive. En revanche, une haute estime de soi se caractérise par la conscience de soi et l’acceptation de soi.

3. Non prise en compte des besoins des autres

Les personnes ayant une estime de soi bien établie tiennent compte des besoins des autres. À l’inverse, la personne égocentrique ne cherche qu’à satisfaire ses seules exigences. Se soucier de soi est nécessaire pour mener une vie saine, mais cela, tant que nous savons faire preuve d’empathie.

4. Incapacité à accepter les erreurs

Les personnes qui ont une haute estime de soi sont capables d’accepter leurs erreurs. En revanche, celles qui pensent détenir la vérité absolue ont un ego démesuré. Être conscient du fait que les erreurs sont des leçons permet d’améliorer l’estime de soi.

5. Incapacité à accepter les critiques

Ce point est lié au précédent. Il s’agit de l’interprétation que l’on peut faire des critiques. Une personne confiante sait qu’il ne s’agit pas d’une attaque personnelle. En revanche, les personnes égocentriques prennent une critique comme une offense.

6. Aide intéressée

Il va de soi qu’une personne égocentrique n’aide que si elle s’attend à recevoir quelque chose en retour. Une personne qui ne se soucie que d’elle-même n’est pas en mesure d’apporter un véritable soutien. 



7.  Tout est permis 

L’absence de limites saines pendant l’enfance fait que les enfants grandissent en pensant que tout leur est permis. L’un des objectifs de la parentalité positive est de faire en sorte que les jeunes grandissent avec une bonne estime de soi et un ego modéré.

L’estime de soi nous aide à mieux nous adapter à la société et favorise la tolérance. Par exemple, pour bien accepter une défaite, il faut avoir une bonne estime de soi.

8. Comparaisons constantes

Contrairement à ceux qui ont une bonne estime de soi, les personnes égocentriques ont tendance à se comparer constamment aux autres. Les comparaisons sont orientées vers les personnes de l’environnement immédiat qu’elles envient. Par exemple : les collègues, des membres de la famille proche et les amis.

9. Aucune aide 

La capacité de déléguer des fonctions repose sur l’acceptation du fait que nous ne pouvons pas tout faire tout seuls tout le temps. Une personne qui a une bonne estime de soi sait s’entourer de personnes qui l’aideront à atteindre ses objectifs. À l’autre extrême, se trouvent les personnes qui sont déterminées à monopoliser la vedette, même lorsqu’elles n’ont pas les compétences.

10. Instabilité émotionnelle

L’estime de soi est un facteur de protection contre la détresse émotionnelle. Une bonne estime de soi aide à mieux réguler les émotions et la pression sociale. Pour les égocentriques, le besoin d’attirer l’attention est épuisant, et il est aussi frustrant de ne pas pouvoir être le centre de l’attention tout le temps. 

Femme avec une bonne estime de soi.
Avoir une estime de soi permet de maintenir un bien-être émotionnel constant.


Comment faire preuve de moins d’égocentrisme ?

L’estime de soi et l’égocentrisme sont deux choses naturelles. L’important est de savoir gérer l’égocentrisme pour qu’il n’affecte pas les relations interpersonnelles. L’équilibre est la clé.

Vouloir supprimer l’ego est une attente irréalisable. L’idée est de faire en sorte que l’estime de soi serve de barrage qui permette de réguler l’ego. Pour tenir l’ego à distance, l‘introspection est un excellent outil.

This might interest you...
5 conseils pour améliorer l’estime de soi
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
5 conseils pour améliorer l’estime de soi

Voulez-vous savoir comment améliorer votre estime de soi ? Nous vous invitons à faire ces petites recommandations pour commencer.



  • Chainé, S. M., Ruíz, M. J. M., Nieto, J., & Mandujano, J. L. (2017). Crianza positiva y negativa asociada a los problemas severos de conducta infantil. Salud y drogas17(2), 137-149.
  • Roca, E. L. I. A. (2013). Autoestima sana. Una visión actual, basada en la investigación.
  • Montt, M. E., & Chávez, F. U. (1996). Autoestima y salud mental en los adolescentes. Salud mental19(3), 30-35.