Douleur à la rate : causes et traitements

La rate est un organe dont les fonctions sont liées au système immunitaire. Nous ne sommes généralement pas conscients de son existence, à moins qu'il y ait une condition.
Douleur à la rate : causes et traitements

Dernière mise à jour : 26 juillet, 2022

Plusieurs facteurs peuvent causer des douleurs à la rate. Les causes vont d’un certain type de blessure à des maladies, telles que l’amylose, la mononucléose, la drépanocytose, la leucémie et l’hépatite.

D’autre part, en plus de la douleur, une inflammation peut survenir. Le traitement dépendra de la cause.

Bien que la rate soit importante, car elle aide à filtrer le sang et à stocker les globules blancs, il est possible de vivre sans elle. Toutefois, la réponse du système immunitaire serait affectée.

Qu’est-ce que la rate et quelles sont ses fonctions ?

La rate est un petit organe en forme d’œuf constitué de tissu spongieux. Elle mesure environ 12 centimètres et pèse environ 150 grammes.

Elle est située dans la cavité abdominale, du côté gauche. Plus précisément, elle se trouve derrière l’estomac, juste en dessous du diaphragme.

Quant aux fonctions de la rate, elles sont liées à la filtration du sang :

  • La rate élimine les globules rouges endommagés ou anciens, à savoir ceux qui ne fonctionnent plus.
  • Elle aide à la production de globules rouges, surtout lorsqu’il y a un problème dans la moelle osseuse.
  • Elle stocke le sang (jusqu’à 250 centimètres cubes) et le fournit si nécessaire.
  • La rate participe à la production et au stockage des lymphocytes, qui sont les globules blancs du système immunitaire.
  • Elle aide à identifier les virus et les bactéries, en les préparant à l’élimination.

Dans la rate, il y a une pulpe rouge et une pulpe blanche. La première remplit les fonctions liées aux globules rouges ; tandis que la seconde traite des lymphocytes.



Les principales causes de douleur à la rate

Diverses affections ou blessures peuvent provoquer des douleurs à la rate, provoquant une inflammation de celle-ci et altérant le fonctionnement de ses fonctions. Nous les énumérons ci-dessous.

Douleur à la rate chez une femme.
La rate se trouve à gauche de l’abdomen.

1. Rupture de la rate

Malgré sa localisation, au milieu de plusieurs organes, il est possible que la rate se rompe. Toutefois, ce n’est pas très courant. L’incidence estimée est proche de 0,1 %, selon les études.

Cette rupture peut survenir à la suite d’un traumatisme ou d’un choc, lors d’accidents de voiture, de blessures sportives, de chutes et de bagarres. Une fracture des côtes peut également expliquer cette rupture. Des cas de rupture spontanée ont même été rapportés.

2. Rate hypertrophiée

La rate hypertrophiée peut ne pas causer de symptômes. Dans certains cas, elle se manifeste par des douleurs, ainsi qu’une sensation de pression dans l’abdomen.

Cela peut s’étendre sur le côté et jusqu’à l’épaule. Notamment lors d’une respiration profonde.

La personne éprouve une sensation de satiété, même si elle a peu mangé. La fréquence des infections peut également être augmentée. Parfois, il y a des saignements dans les muqueuses et des ecchymoses.

L’hypertrophie de la rate ou splénomégalie peut être due à diverses pathologies :

  • Syphilis
  • Paludisme
  • Leucémie
  • Lymphome
  • Thrombose
  • Sarcoïdose
  • Endocardite
  • Mononucléose
  • Anémie hémolytique
  • Maladie de Gaucher
  • Maladie de Niemann-Pick

3. Fonctions organiques accrues ou altérées

Des maladies ou la prise de certains médicaments peuvent entraîner une altération des fonctions de la rate. Conséquence de cela : la production de cellules sanguines peut être affectée, provoquant une hypertrophie, ainsi que des douleurs.

Parmi les principales maladies associées à ce processus, certaines provoquent également une inflammation :

  • Anémie pernicieuse
  • Thalassémie et thrombopénies
  • Anémie falciforme
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Infection à cytomégalovirus
  • Hépatite virale
  • Tuberculose miliaire
  • Leishmaniose

Dans tous ces cas, la demande sur le système immunitaire augmente, exerçant une pression sur la rate et la faisant travailler plus fort, affectant ainsi son fonctionnement normal.

4. Infiltration

Certaines maladies provoquent des infiltrations cellulaires, affectant divers organes. Cela peut entraîner une hypertrophie, ainsi que des douleurs à la rate.

Parmi ces maladies, figurent l’amylose, le syndrome myéloprolifératif, la leucémie, divers types de lymphomes et les tumeurs métastatiques.

5. Troubles hépatiques

Le foie et la rate sont étroitement liés. Parfois, des troubles au niveau du foie, comme la cirrhose, peuvent également provoquer un gonflement et des douleurs dans la rate.



Comment est établi le diagnostic ?

Dans certains cas, en cas de croissance anormale de la rate, il peut n’y avoir aucun symptôme. La découverte peut avoir lieu lors d’un examen physique de routine : le médecin ne sent pas la rate à moins qu’elle ne soit hypertrophiée.

Lorsqu’il y a une douleur dans la rate ou dans la zone où elle se trouve et qu’un problème est suspecté, un test d’imagerie peut être effectué, tel qu’une radiographie abdominale, une échographie, une tomodensitométrie ou une résonance magnétique nucléaire.

Ces tests permettent de déterminer les dimensions de la rate ou si elle comprime d’autres organes. Ils permettent également d’évaluer l’approvisionnement en sang.

D’autre part, les tests sanguins aident à identifier la cause de l’hypertrophie de la rate en mesurant les quantités de protéines. Un examen de la moelle osseuse peut également être effectué pour exclure une leucémie ou un lymphome.

Enfin, lorsque l’organe a été prélevé chirurgicalement, une biopsie tissulaire est réalisée, afin de déterminer si la cause de l’hypertrophie est liée à une maladie.

Échographie de la rate.
L’échographie de la rate est la première méthode d’imagerie pour aborder le diagnostic.

Le traitement de la douleur à la rate

Il existe diverses raisons pour lesquelles des douleurs spléniques peuvent survenir. Le traitement dépendra des causes.

En général, il vise à traiter les pathologies sous-jacentes. S’il s’agit par exemple d’une anémie pernicieuse, des injections de vitamine B12 sont recommandées ; dans le cas des lymphomes, une chimiothérapie ou une radiothérapie est appliquée.

Il convient de souligner que, lorsque cet organe est atteint, des infections à répétition se produisent. Pour cette raison, les antibiotiques sont utilisés en conjonction avec le traitement de base.

D’autre part, si la rate se rompt et qu’il y a des saignements, le médecin doit évaluer quelle est la meilleure option et éviter que la situation ne s’aggrave. Des transfusions sanguines sont généralement nécessaires.

Tant dans ce cas que dans d’autres situations graves, la recommandation est généralement une intervention chirurgicale d’urgence pour retirer l’organe, partiellement ou complètement.

L’ablation totale peut être indiquée en cas de cancer de la rate, de traumatisme abdominal, de rupture spontanée due à une leucémie ou d’abcès.

Est-il possible de vivre sans rate ?

Oui, il est possible de vivre sans cet organe, puisqu’il n’est pas vital, au sens strict du terme. Mais ce n’est pas l’idéal, car le corps est plus sensible aux infections.

En l’absence de rate, d’autres organes du corps s’adaptent pour fournir partiellement les fonctions perdues, aidant à filtrer les globules rouges et à produire des anticorps.

Pour éviter les complications, la personne dont la rate a été retirée doit prendre des précautions supplémentaires. Cela implique de recevoir des vaccins polyvalents (contre le pneumocoque, le méningocoque et la grippe) et de prendre des antibiotiques à vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Est-il possible de prévenir naturellement les problèmes de foie ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Est-il possible de prévenir naturellement les problèmes de foie ?

Le foie est un organe fondamental de notre corps. Découvrez quels remèdes ont des effets positifs pour prévenir les problèmes de foie.



  • Arbonés L, Capdevila J, Ruiz M, Carrion S. Rotura esplénica como complicación de una tuberculosis miliar. Revista Española de Quimioterapia. 2016; 29(2):109-110,
  • Báez-García J, Martínez-Hernández M, Iriarte-Gallego G, et al. Ruptura esplénica espontánea secundaria a amiloidosis. Cir Cir. 2010; 78(6): 538-542.
  • Castaño C, Pérez Martín R, Mancebo Y, Guerra T. Rotura espontánea de bazo. A propósito de un caso. SEMERGEN, Soc. Esp. Med. Rural Gen. 2007; 33(9): 485-487.
  • Gobert D. Esplenomegalia. EMC – Tratado de Medicina. 2013; 17(1): 1-5.
  • Guantes Del Vigo M, Hernaiz Argudo L, Insausti Jaca N, et al. Rotura esplénica atraumática: revisión. Sociedad Española de Radiología Médica. 2018. Recuperado de: https://www.piper.espacio-seram.com/index.php/seram/article/download/857/498.
  • López-Tomassetti E, Delgado Plasencia L, Arteaga González I, Pallares A, Hernández Siverio N. Rotura no traumática del bazo: experiencia con 10 casos. Gastroenterología y Hepatología. 2007; 30(10): 585-591.