Effet Forer : croyez-vous à l'horoscope ou aux devins ?

L'effet Forer nous invite à réfléchir au danger de chercher à reconfirmer ce que nous croyons, au-delà des données empiriques. En quoi consiste-t-il ?
Effet Forer : croyez-vous à l'horoscope ou aux devins ?

Dernière mise à jour : 05 juin, 2022

“L’horoscope avait prédit que j’allais avoir un conflit familial cette semaine et vous voyez, c’est ce qui m’arrive maintenant.” “Ma personnalité est celle indiquée par l’horoscope. Ce sont des phrases que nous entendons fréquemment. Mythe ou réalité ? Qu’y a-t-il derrière les horoscopes ? Nous nous intéressons ici à l’effet Forer.

Il s’agit d’un phénomène psychologique selon lequel une personne accepte comme siennes certaines généralisations qui peuvent s’appliquer à n’importe quel individu. Il est également connu sous le nom de « sophisme de validation personnelle » ou « effet Barnum ».

Comment fonctionne l’effet Forer ?

Le soi-disant effet Forer provient d’une expérience menée par le psychologue Bertram Forer avec ses étudiants. Il a donné à ses élèves une feuille avec une série de questions, à travers lesquelles il a évalué leur personnalité.

Cette feuille comprenait des déclarations du type :

  • “Vous avez besoin d’être aimé et admiré par les autres, et pourtant vous avez tendance à vous critiquer.”
  • “Vous avez une capacité considérable que vous n’avez pas utilisée à votre avantage.”
  • “Parfois, vous avez de sérieux doutes quant à savoir si vous avez pris la bonne décision.”

Forer leur a demandé d’attribuer une note de 1 à 5 : 5 signifiait qu’ils étaient d’accord avec la déclaration et 1 qu’ils ne l’étaient pas. La moyenne obtenue a été de 4,26.

La surprise est venue lorsque Forer a fait remarquer à ses étudiants qu’il s’agissait de descriptions tirées d’une section d’astrologie d’un journal, confirmant ainsi que les personnes ont tendance à s’identifier à des déclarations suffisamment générales et ambiguës.

Comment fonctionne l'effet Forer ?
L’identification à l’horoscope est un exemple de l’effet Forer.



Les caractéristiques de l’effet Forer

Nombreuses sont les personnes qui croient à l’effet Forer, car il a tendance à présenter des situations possibles et évite les termes absolus. Par exemple, si la description d’un test de personnalité indique « vous êtes guidé par la réalisation de vos objectifs, même si parfois les difficultés vous découragent », personne n’oserait nier le contraire : cela concerne la plupart d’entre nous.

En d’autres termes, cet effet est autoréférentiel : les individus s’identifient à ce qu’ils lisent. Cet effet est basé sur un biais de confirmation : les personnes s’inspirent de l’environnement pour affirmer ou renforcer leurs croyances. C’est comme porter toujours les mêmes lunettes pour interpréter une situation.

Une autre raison pour laquelle cela fonctionne est que nous avons du mal à tolérer l’incertitude. Nous avons besoin de savoir ce qui va se passer, nous apprécions le sentiment de contrôler l’avenir. Il est également mis en évidence que les personnes tiennent compte des données empiriques. Nous cherchons des raisons qui donnent “plus de corps” à nos espoirs.

Dans le même ordre d’idées, nous avons besoin d’expliquer les choses qui se produisent. Par conséquent, nous sommes également en mesure de nous contenter de certaines réponses.

Un autre facteur décisif pour que cet effet opère tient à la présence d’aspects positifs dans les descriptions : nous prenons ce qui nous plaît et rejetons ce qui ne nous plaît pas. L’autorité accordée au locuteur exerce également une influence.

L’effet Forer s’applique à toutes les généralisations auxquelles il est facile de s’identifier. Cependant, la science ne doit pas être confondue avec la pseudoscience ou les instruments de recherche, tels que les inventaires de personnalité ou les tests connexes dont le principal attribut est la fiabilité.

Quelques précisions sur l'effet Forer.
L’effet Forer explique pourquoi nous acceptons comme valables les caractéristiques que les autres donnent de notre personnalité, même si elles peuvent s’appliquer à n’importe qui.




Choisissez quoi et quand

Il ne s’agit pas de diaboliser la lecture de l’horoscope ou la lecture de la paume. Chacun peut croire en ce qu’il veut. Ce qui est important, c’est de savoir qu’au-delà des outils que nous décidons d’utiliser, nous sommes protagonistes de nos vies.

Nous sommes des êtres actifs avec la capacité de décider librement, de changer d’avis, de choisir la direction dans laquelle nous voulons aller. En ce sens, nous ne devons pas nous contenter de déclarations simplistes ou restrictives sur nous-mêmes, mais plutôt essayer d’apprendre à nous connaître et à savoir quelles ressources utiliser et quand.

Enfin, l’effet Forer nous invite à réfléchir au danger potentiel de toujours chercher à confirmer ce que nous croyons. Cette attitude peut entraîner des distorsions cognitives qui nous amènent à ignorer certains éléments.

Cela conduit également à une fermeture mentale qui est loin de la créativité, de la flexibilité et de la tolérance. Cela peut même nous conduire à des situations dangereuses. En bref, comme le dit le dicton : “Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.”

Cela pourrait vous intéresser ...
Prophétie auto-réalisatrice, quand ce que vous prédisez devient une réalité
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Prophétie auto-réalisatrice, quand ce que vous prédisez devient une réalité

Prophétie auto-réalisatrice : quand ce que vous prédisez devient une réalité pour assurer le succès et le bien-être dans votre vie.



  • Layne C. Relationship between the “Barnum effect” and personality inventory responses. J Clin Psychol. 1978 Jan;34(1):94-7. doi: 10.1002/1097-4679(197801)34:1<94::aid-jclp2270340122>3.0.co;2-t. PMID: 641192.
  • Pérez Álvarez, M. (2020). The scientific imbroglio of psychotherapy: A way out= El embrollo científico de la psicoterapia: cómo salir. Papeles del Psicólogo.
  • Concha, D., Ramírez, M. Á. B., Cuadra, I. G., Rovira, D. P., & Rodríguez, A. F. (2012). Sesgos cognitivos y su relación con el bienestar subjetivo. Salud & Sociedad3(2), 115-129.