Entorses : pourquoi arrivent-elles et comment les guérir ?

Selon la gravité de l'entorse, il est très important de se reposer et de ne pas forcer sur l'articulation pour un rétablissement complet.

Les entorses ou les distensions des ligaments sont plus fréquentes que ce que l’on imagine.

Elles ne touchent pas seulement les sportifs, puisque n’importe quel accident domestique peut provoquer une entorse. 

Dans cet article, nous allons vous expliquer les raisons pour lesquelles les entorses surviennent, et vous présenter les différentes phases de rééducation.

Que savoir sur les entorses ?

Il s’agit d’une lésion des ligaments, due à une torsion, des étirements excessifs ou une distension.

Les entorses sont accompagnées d’inflammation, de douleur et d’hématomes qui empêchent un mouvement correct.

Il est nécessaire de connaître la différence entre l’entorse, la luxation et la déchirure.

  • La luxation est la plus sévère car elle suppose une séparation des os.
  • Dans le cas de la déchirure, les tissus musculaires sont abîmés.

Le temps nécessaire pour guérir d’une entorse peut varier selon la gravité et le moment de l’année où a eu lieu la lésion.

Les endroits les plus fréquentes sont les suivants :

  • Les chevilles
  • Les coudes
  • Les poignets
  • Les pouces
  • Le cou
  • Les genoux
  • Les épaules

Selon l’activité réalisée, on peut souffrir d’une entorse à un endroit déterminé, même si dans presque tous les cas (sauf les sportifs) elle est due à un mauvais mouvement ou à un accident domestique.

Voir aussi : Comment préparer de l’alcool de romarin et de châtaignier d’Inde pour traiter les douleurs musculaires et articulaires

Entorse-de-cheville-500x331

Il existe trois degrés d’entorse :

Premier degré

C’est une distension partielle, qui n’inclue pas de rupture des ligaments et qui peut arriver à la suite de mouvements légers. La guérison est totale et il n’y a pas de séquelles. 

Second degré

Les ligaments se rompent partiellement ou totalement, les mouvements sont anormaux et la douleur est très intense. La guérison est totale si la personne se repose suffisamment.

Il est possible de souffrir de séquelles légères.

Troisième degré

La ruptures des ligaments est totale et il y a un déchirement osseux. Il est nécessaire de subir une opération chirurgicale pour réparer les dommages.

Il y a quasiment toujours des séquelles plus ou moins graves (rigidité, fragilité et douleurs, par exemple).

Le traitement et les phases de rééducation des entorses

Douleur-pieds-500x332

Le traitement et la rééducation sont nécessaires pour les degrés 1 et 2, car dans le cas du degré 3, une attention médicale immédiate est indispensable.

Lorsqu’une articulation subit une entorse, il faut s’asseoir immédiatement sur une chaise ou sur un canapé.

  • Le repos est très important, et toujours avec les jambes surélevées pour que l’œdème se draine et que la zone ne s’enflamme pas. 
  • D’autre part, il est recommandé d’appliquer du froid dessus, car cela diminue le gonflement et la douleur. De plus, le froid favorise le processus de guérison.
  • Mettez quelques glaçons dans un linge propre et sec, et appliquez-le sur la zone affectée jusqu’à ce qu’ils fondent. Répétez l’opération toutes les 3 heures pendant les 3 premiers jours.
  • Selon le degré de l’entorse, l’immobilisation de l’extrémité peut être nécessaire.
    Par exemple, vous pouvez utiliser une bande, une attelle voire même un plâtre.
    Pendant ce moment, il est également conseillé de consommer des anti-inflammatoires pour éviter la douleur, surtout au moment de dormir.

Le soir, il est bon de surélever au maximum la zone (avec des coussins par exemple).

Les phases de rééducation des entorses pour les degrés 1 et 2 sont les suivantes :

Phase 1 (premières 72 heures)

Il est important de se mettre au repos absolu avec les jambes surélevées, l’application de glaçons et une bande pour soutenir la zone.

Phase 2 (entre le 4ème et le 7ème jour)

Le repos est relatif et, si c’est nécessaire, vous pouvez utiliser des béquilles pour vous aider à marcher.

Il est important de ne pas forcer sur l’articulation en essayant de faire une activité ou un mouvement.

Beaucoup de gens utilisent un bandage élastique que l’on trouve en pharmacie.

Phase 3 (à partir de la deuxième semaine)

A ce moment, il faut utiliser des bas de contention pour que l’œdème disparaisse complètement.

Avec des exercices de renforcement, on acquiert de plus en plus de mobilité et les gênes disparaissent petit à petit.

Exercices de rééducation des entorses de cheville

Nous allons vous parler de cette entorse car c’est la plus fréquente.

Certains de ces exercices peuvent être réalisés dans les cas d’entorse au niveau d’autres extrémités (poignets, genoux ou épaules).

Etirements avec une bande élastique

Etirement-500x334

Cet exercice se réalise allongé sur le côté et avec les jambes tendues.

Mettez une bande élastique entre vos chevilles et étirez le plus possible celle qui se trouve en haut (celle qui est abîmée).

Il est également possible de faire cet exercice debout ou assis, selon les capacités de chacun.

La mobilité articulaire

Une fois que l’inflammation a disparu et que la douleur n’est plus aussi importante, il faut bouger l’articulation dans toutes les directions.

Un bon exercice consiste à faire des formes en l’air pour bien renforcer la zone.

Nous vous recommandons de lire : Vous ressentez des douleurs musculaires et de la fatigue ? Vous souffrez peut-être de fibromyalgie

Les flexions

Allongé sur un sol plat avec les pieds posés sur le sol, levez la cheville plusieurs fois. C’est très utile car cela permet de remarcher à nouveau normalement.

Les exercices avec une balle

Renforcer-ses-chevilles-chez-soi-500x275

Vous pouvez utiliser une balle spéciale ou une balle de tennis.

Debout, posez-la sur la plante du pied et exercez une pression pour le faire bouger d’un côté à l’autre.

Vous pouvez également le faire assis. Les mouvements doivent toujours être circulaires.

Les étirements

Mettez-vous debout avec les jambes collées. Baissez le dos en essayant de toucher vos pieds et vos talons.

Ecartez un peu les jambes (à la largeur des épaules) et faites la même chose. Répétez en écartant de plus en plus les jambes.