Évolution des virus : un parcours de mutation

21 mai 2020
Le coronavirus se propage et avec lui la peur de la mutation et des changements de létalité. Mais savons-nous vraiment ce qu'est une mutation virale et ce qu'elle implique ?

Les virus et leur influence sont malheureusement plus présents que jamais dans notre société. Charge virale, pourcentages, mutation, infectés et réinfectés sont des termes auxquels beaucoup d’entre nous n’avaient pas l’habitude d’entendre avant cette pandémie.

Pourtant, il existe des mécanismes encore plus complexes qui sous-tendent l’actualité. L’évolution virale est un processus passionnant et nous voulons vous en parler dans cet article.

En quoi l’évolution des virus consiste-t-elle ?

Les virus ont des cycles générationnels très courts. Ils entrent dans la cellule, prennent en charge le mécanisme de réplication de son information génétique, se répliquent et les copies quittent la cellule pour continuer à infecter.

En raison de cette rapidité et de cette plasticité génétique, de nombreux virus, en particulier les virus de type ARN, ont des taux de mutation exceptionnellement élevés. Ce taux de mutation, combiné au processus de sélection naturelle, permet aux virus de s’adapter rapidement et efficacement aux mécanismes de défense de l’hôte.

C’est essentiel pour comprendre la pandémie que nous connaissons. Qu’est-ce qu’un coronavirus si ce n’est une adaptation d’un virus déjà présent chez les animaux ? Si vous voulez en savoir plus sur l’évolution des virus, lisez la suite.

Un virus en mutation

Le changement assure le succès

Commençons par un sujet que nous connaissons déjà : la grippe. Les virus de la grippe A et de la grippe B sont également répandus chez l’homme. Malgré cela, le premier a un rythme d’évolution trois fois plus rapide que le second. Quelle en est la raison ?

Une étude publiée dans le Journal of Virology tente de nous donner la réponse. Outre la réaction du système immunitaire lui-même, les mutations au niveau moléculaire peuvent jouer un rôle important dans l’adaptation du virus.

Cela peut sembler évident. Pour autant, il n’est pas si facile de supposer directement qu’un taux d’évolution plus élevé est dû à un nombre plus important de mutations. De nombreuses mutations peuvent être délétères ou inappropriées pour le virus. Que se passe-t-il si, à cause de la mutation, il tue l’hôte plus rapidement ? Le virus ne serait pas en mesure de se propager durablement.

Il s’agit d’un ensemble très complexe de changements dans lequel, par sélection naturelle, les changements les plus efficaces peuvent finir par être fixés. Si un virus mutant maintient l’hôte en vie plus longtemps, étant capable de se reproduire davantage et d’infecter plus de personnes, c’est celui qui atteindra la plupart des gens.

Nous devons être clairs sur un point : les virus ne mutent pas pour devenir meilleurs. Les changements se produisent de manière aléatoire et les plus valables finissent par se propager. A l’instar du coronavirus qui a provoqué le COVID-19, combien de souches mutantes auront échoué jusqu’à l’arrivée de la souche capable d’infecter l’homme ?

Vous pourriez également être intéressé par : L’utilisation du sang de patients atteints de coronavirus guéris est à l’étude

Types de mutation des virus

Le coronavirus peut-il connaître une mutation ?

On peut distinguer deux types de mutations virales générales :

  • Changement antigénique : deux ou plusieurs virus s’entremêlent pour donner naissance à un nouveau. Cela trompe grandement le système immunitaire. Il peut les connaître et les combattre séparément. Mais leur union est une chose à laquelle il n’a jamais été confronté. Par conséquent, il nécessite la mise au point de nouveaux mécanismes. La fameuse grippe A en est un exemple
  • Dérive antigénique : il s’agit d’une mutation des protéines à la surface du virus, qui sont celles que le système immunitaire reconnaît et attaque normalement. Elle se produit spontanément et rend difficile pour le système immunitaire de se défendre par des anticorps provenant d’infections antérieures. C’est pourquoi le vaccin contre la grippe est annuel

Notre corps doit apprendre à lutter contre les maladies et les vaccins sont les moyens les plus efficaces. Si un virus change, le vaccin devra changer avec lui pour apprendre à notre corps comment le combattre sans être infecté.

En savoir plus : Une étude confirme l’existence de trois types de coronavirus dans le monde

Mutation et coronavirus

Comment appliquer toutes ces connaissances à la réalité d’aujourd’hui ? En fait, il est impossible actuellement de connaître le taux de mutation du virus COVID-19. Surtout dans un laps de temps aussi court. L’existence de deux souches différentes a été spéculée. Mais en raison des faibles groupes d’échantillons, des biais statistiques et des opinions diverses, cette idée semble avoir été diluée au fil du temps.

Comme l’indiquent les experts en la matière dans cet extrait du Journal of Microbiology, les taux de mutation pendant une pandémie ne devraient pas nous inquiéter.

De nombreuses mutations sont même négatives pour les virus. Pour qu’il y ait des changements substantiels dans la gravité ou la transmission, plusieurs gènes doivent varier ensemble. Il est très inhabituel qu’un virus subisse une telle mutation pour varier la dynamique que nous commençons à connaître en si peu de temps.

Là encore, il faut appeler au calme. Les variations dans le monde naturel sont extrêmement fréquentes. L’objectif est maintenant d’arrêter la propagation de la pandémie.

  • Evolución viral, wikipedia. Recogido a 14 de abril en https://en.wikipedia.org/wiki/Viral_evolution
  • Cambio antigénico, wikipedia. Recogido a 14 de abril en es.wikipedia.org/wiki/Cambio_antigénico
  • Deriva antigénica, wikipedia. Recogido a 14 de abril en https://es.wikipedia.org/wiki/Deriva_antig%C3%A9nica
  • Comparison of the Mutation Rates of Human Influenza A and B Viruses, journal of virology. Recogido a 14 de abril en https://jvi.asm.org/content/80/7/3675