8 façons d'affronter la peur à l'heure de démarrer un nouveau projet

Démarrer un nouveau projet ne consiste pas seulement à mettre en œuvre une idée. Il s'agit aussi de reconnaître nos émotions et d'apprendre à les gérer.
8 façons d'affronter la peur à l'heure de démarrer un nouveau projet
Maria Fatima Seppi Vinuales

Rédigé et vérifié par la psychologue Maria Fatima Seppi Vinuales.

Dernière mise à jour : 14 décembre, 2022

Toute histoire commence par un premier pas, mais ce pas est souvent difficile à franchir ! La peur est généralement présente. Mais si nous savons lui donner une juste place, nous pouvons faire de notre peur une alliée. Voyons donc quelques façons d’affronter la peur lors du démarrage d’un nouveau projet.

Ces conseils vous aideront à combattre vos propres fantômes, doutes et insécurités. Il est important de savoir que la peur est une émotion qui a un message à nous transmettre. Écoutons-la, analysons-la, puis passons à autre chose.

À propos de la peur (et d’autres émotions) lors d’un nouveau projet

Il est bon de savoir qu’un projet implique bien plus que la simple mise en forme d’une idée. Il couvre également le fait d’apprendre à gérer l’intelligence émotionnelle pour reconnaître ses qualités et faire en sorte que celles-ci s’expriment plus fort que les peurs.

Pour cette raison, il est bon d’être clair sur ce que nous recherchons avec un projet, les raisons qui nous incitent à le réaliser et ce qui nous en empêche. Nous devons accepter qu’il s’agit d’un chemin graduel avec des hauts et des bas. Nous ne devrions pas être si exigeants ou si durs avec nous-mêmes.

Comme le dit E. Gilbert, “le perfectionnisme est une version haute couture de la peur”. Faisons preuve d’un peu de compassion envers nous-mêmes et encourageons-nous à l’action plutôt qu’à la passivité.

Voyons maintenant comment faire face à la peur.

Les façons d’affronter la peur lors du démarrage d’un nouveau projet

Voici quelques recommandations pour faire face à la peur à l’heure de démarrer un nouveau projet.

1. Planifiez

Faire une liste ou un inventaire de ce dont on a besoin est un moyen de réduire l’incertitude, principale source de nos peurs. Mais attention : ne tombez pas dans l’illusion d’attendre d’avoir coché toutes les cases de votre liste pour vous lancer.

Vous devez accepter que certaines choses se résolvent avec le temps, lors de l’exécution. Cependant, garder ces besoins à l’esprit est aussi une façon de commencer à les gérer.

Plans pour un nouveau projet.
La planification nous place face à la réalité et nous permet de canaliser les solutions possibles aux peurs.

2. Osez le partager avant de le finir

Un bon moyen d’améliorer un projet est de le mettre à l’épreuve, au lieu d’attendre qu’il soit terminé pour le rendre public. En somme, montrez une version bêta. Vous pourrez recevoir des avis et enrichir votre regard.

3. Identifiez vos forces et vos faiblesses

Acceptez que vous n’êtes pas parfait, que vous ne connaissiez peut-être pas le sujet à fond et qu’il n’y a rien de mal à cela. Au lieu de cela, écoutez attentivement et soyez réceptif aux critiques constructives. De même, faites confiance à vos compétences et à ce que vous savez bien faire.



4. Écoutez les expériences d’autres personnes qui se trouvaient dans une situation similaire

Depuis quelques années, la diffusion de la « face B » des entreprises qui réussissent est devenue à la mode. C’est-à-dire des dirigeants ou des référents qui ont rendu publics leurs échecs et tentatives infructueuses avant d’obtenir les résultats qu’ils souhaitaient. Nous pouvons ainsi apprendre de l’expérience des autres, et mieux gérer la frustration.

5. Essayez toujours de sortir des sentiers battus

Au-delà des chemins connus, il est bon de garder la créativité en éveil. Cherchez à apprendre de nouvelles choses, étudiez les tendances, découvrez ce qui se fait dans d’autres domaines différents du vôtre.

Cela vous permet non seulement de rester motivés, mais aussi d’ajouter un aspect différentiel à votre projet.

6. Reconnaissez vos émotions

Chaque projet a une facette intellectuelle, mais aussi émotionnelle. Apprendre à accepter vos émotions ne vous rend pas faible.

Au contraire, cela vous permettra de mieux vous connaître. Réfléchissez à ce que vous ressentez et trouvez des solutions pour affronter vos peurs.

7. Préparez des scénarios complexes

Démarrer un nouveau projet n’est pas la même chose que sauter dans le vide sans filet. Il convient d’anticiper un scénario complexe et de réfléchir à des ressources provisoires pour le surmonter.

Par exemple, si vous souhaitez quitter votre emploi pour devenir indépendant, parmi vos tâches à résoudre, vous pouvez inclure la possibilité d’économiser un temps avant de sauter le pas.

8. Visualisez votre succès

L’optimisme et une bonne attitude sont également essentiels au démarrage d’un projet. Par conséquent, vous pouvez vous imaginer dans une situation de triomphe et de succès. Comme le dit Henry Ford, que vous pensiez pouvoir ou non, vous avez raison.

Pensez au succès lorsque vous démarrez un nouveau projet.
La visualisation positive nous met sur la bonne voie pour poursuivre nos objectifs.



[/atomik -lu-aussi ]

Face à la peur que suscite un nouveau projet, redéfinissez l’échec

Dans une société où les réseaux sociaux et les médias ne montrent que le bon côté de la vie, c’est un défi d’accepter que l’échec n’est pas forcément négatif. L’échec apporte un apprentissage et permet l’amélioration. Une bonne idée peut surgir d’un échec.

Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas.

~ Thomas Alva Edison ~

L’important est que vous trouviez du sens et de la motivation. C’est ce qui vous aidera à vous convaincre d’aller de l’avant lorsque vous avez des doutes. N’attendez pas d’être sûr à 100 % ; le sentiment de sécurité vient en faisant.

Cela pourrait vous intéresser ...
Confiance en soi : commencez à parier sur vous-même
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Confiance en soi : commencez à parier sur vous-même

La confiance en soi nous permet d'atteindre nos objectifs. Savez-vous comment la développer ? Nous vous donnons ici quelques clés.



  • García Retana, José Ángel (2012). La educación emocional, su importancia en el proceso de aprendizaje. Revista Educación, 36(1),1-24.[fecha de Consulta 20 de Octubre de 2022]. ISSN: 0379-7082. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=44023984007
  • Goleman, Daniel. El cerebro y la inteligencia emocional: nuevos descubrimientos. B de Books, 2015.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.