Faits que vous ne saviez pas sur le stress

Saviez-vous que votre manque de mémoire peut être dû au stress ? À cause de cela, le cerveau est trop fatigué pour conserver des données ou prendre des décisions.
Faits que vous ne saviez pas sur le stress
Sara Ramo González

Relu et approuvé par la psychologue Sara Ramo González.

Dernière mise à jour : 10 novembre, 2022

Le stress est connu pour être un mécanisme que notre corps utilise face à toute demande ou défi. Un exemple de cela pourrait être une mauvaise performance au travail ou un changement majeur dans la vie. Dans tous les cas, il y a des faits sur le stress que vous ne connaissez peut-être pas encore.

C’est l’un des maux du 21e siècle, nous en souffrons presque tous à un moment de notre vie et cela peut nous épuiser, souffrir d’insomnie ou de maux de tête. Mais connaissez-vous tous les effets du stress ?

Si l’on s’en tient à la définition du stress on peut dire qu’il s’agit d’une réaction physiologique de l’organisme où les mécanismes de défense entrent en jeu pour faire face à une situation menaçante ou dangereuse.

Fondamentalement, c’est la réponse de notre corps lorsqu’il se rend compte que “quelque chose ne va pas”. Par conséquent, à des niveaux normaux, le stress peut être positif. Autrement dit, il remplit une fonction adaptative pertinente dans notre survie.

Que se passe-t-il lorsque nous souffrons de stress ?

Le stress au travail chez une femme.
Les états de stress peuvent se réguler grâce à la pratique sportive.

Lorsque nous subissons un stress, le corps peut subir une série de changements spécifiques. Parmi eux, on peut retrouver :

Augmente la présence de fringales

Si ces derniers temps vous sentez que les aliments caloriques attirent particulièrement votre attention, cela peut être dû à une phase de stress plus important.

Face au stress, le corps mobilise de l’énergie et produit du cortisol. De plus, nous pouvons nous sentir attirés par ces aliments caloriques qui peuvent nous offrir un apport supplémentaire en nutriments, lipides et glucides. C’est ainsi que le corps se prépare à faire face avec succès aux menaces.

D’après les recherches menées à ce sujet, il semble que cela pourrait avoir quelque chose à voir avec la ghréline, une hormone qui joue un rôle dans l’augmentation des fringales. Selon les chercheurs, des études sont nécessaires pour examiner l’utilité des méthodes de réduction du stress pour normaliser les réponses perturbées du cortisol et prévenir la prise de poids future.

Augmente la sensibilité à la douleur

Le stress a une conséquence méconnue ou peu liée à celui-ci. Il s’agit d’une faible tolérance aux stimuli. Certaines personnes peuvent même signaler une sensation de douleur au toucher ou à certains sons.

Cela peut être dû à l’état d’hypervigilance produit par les états de stress. Autrement dit, le corps reste alerte pendant un temps continu, étant plus susceptible de capter des stimuli. Nous serons donc plus sensibles à ce qui nous entoure.

Augmente le risque pour la santé mentale

L’usure causée par le stress nous rend plus vulnérables aux problèmes psychologiques. Parmi eux, on retrouve l’anxiété, les crises de panique, la dépression ou encore le stress post-traumatique.

Il nous fait oublier des choses

Les réseaux de mémoire de votre cerveau stockent et organisent les informations. Surtout pendant le sommeil, il y a un dépistage essentiel pour l’apprentissage et la consolidation des souvenirs. Si le stress s’accompagne d’insomnies, cet apprentissage peut être compromis.

En fait, selon l’American Psychological Association, le stress quotidien augmente l’association entre le déclin cognitif et les problèmes de mémoire quotidiens.

Il nous dérégule émotionnellement

La régulation émotionnelle est compromise lorsque nous sommes confrontés à des périodes de stress continu. Cela est dû à l’épuisement émotionnel et à l’usure qui s’accumule. Il est possible que si vous traversez une saison de stress, vous remarquiez que vous contrôlez moins bien vos émotions.

Certaines personnes peuvent être particulièrement sujettes aux pleurs ou à la colère. Si cela vous arrive, c’est un signe que votre système nerveux et votre cerveau ont besoin d’une pause.

Augmente les infections et les démangeaisons

Les cellules sont affectées par le stress parce que le système immunitaire ne fait pas correctement son travail. Par conséquent, nous pouvons être plus vulnérables aux maladies infectieuses de toutes sortes, du rhume à l’herpès, comme l’indiquent des études comme celle publiée en 2001 dans la revue Medical Hypotheses.

Il peut également altérer les bactéries digestives provoquant des inflammations fréquentes, de la constipation ou des coliques. Dans le cas de la peau, cela peut provoquer une augmentation de la sensibilité, augmentant ainsi l’incidence des irritations. Tout cela lié à la diminution des défenses de l’organisme.

Problèmes menstruels et de fertilité

fluctuations hormonales
Les changements hormonaux féminins sont souvent la principale cause de douleurs mammaires.

Il est associé à une incidence plus élevée de crampes menstruelles. Il est également lié à la dysménorrhée et à la présence de saignements intenses et de plus longue durée. Si les niveaux de stress augmentent très fortement, une aménorrhée ou une disparition temporaire de la période menstruelle peut survenir.

Concernant les problèmes de fertilité :

  • Dans le cas des femmes, cela serait lié à une diminution de la qualité de l’ovule, ou à des problèmes de réussite de l’implantation de l’ovule dans la paroi utérine.
  • Concernant les hommes, elle produirait des problèmes tels que l’impuissance, l’anéjaculation et l’oligospermie avec altération de la qualité séminale. Cela pourrait également être lié à une diminution de la testostérone.

Si vous envisagez de tomber enceinte, il serait bon de contrôler votre niveau de stress. De plus, votre partenaire augmenterait les chances que son sperme soit plus adapté à la fécondation.

Enfin, d’autres conséquences que vous ne connaissiez peut-être pas sont les suivantes :

  • Ongles cassants
  • Migraines fréquentes.
  • Syndrome du côlon irritable.
  • Intolérance à certains aliments.
  • Problèmes dentaires (bruxisme).
  • Augmentation du besoin d’uriner.

Bref, les problèmes qui peuvent résulter du stress sont nombreux et variés. Apprendre à le gérer est essentiel pour maintenir une bonne qualité de vie. N’oubliez pas que vous pouvez toujours demander de l’aide à un professionnel de la santé.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les femmes sont plus sujettes au stress
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les femmes sont plus sujettes au stress

Le cerveau des femmes est plus sensible au stress. Les hommes ont la capacité d'adapter leurs neurones pour résister aux effets.



  • Sánchez Sánchez, A. (2017). Estilo de vida y fertilidad: actuación del profesional de enfermería.
  • Rosset, C. M. (2002). Factores psicológicos de la infertilidad. INFORMACIO PSICOLOGICA, (78), 85.
  • Suárez, P. S. (2000). Problemas de fertilidad: Estrategias de afrontamiento y apoyo social. Informació Psicológica, (73), 30-36.
  • Veiga, M. C., Puccio, M. C., & Tamburelli, V. (2013). ¿ Qué relación existe entre estrés, ansiedad e infertilidad. Reproducción28(3), 79-89.
  • Ahmad, A. H., & Zakaria, R. (2015). Pain in times of stress. The Malaysian journal of medical sciences: MJMS, 22(Spec Issue), 52.
  • Trucco, M. (2002). Estrés y trastornos mentales: aspectos neurobiológicos y psicosociales. Revista chilena de neuro-psiquiatría, 40, 8-19.
  • Rickenbach, E. H., Almeida, D. M., Seeman, T. E., & Lachman, M. E. (2014). Daily stress magnifies the association between cognitive decline and everyday memory problems: An integration of longitudinal and diary methods. Psychology and aging, 29(4), 852.
  • Sapolsky, R. M. (2007). Stress, stress-related disease, and emotional regulation. Handbook of emotion regulation, 1, 606-615.
  • Sainz, B., Loutsch, J. M., Marquart, M. E., & Hill, J. M. (2001). Stress-associated immunomodulation and herpes simplex virus infections. Medical hypotheses, 56(3), 348-356.
  • Wang, L., Wang, X., Wang, W., Chen, C., Ronnennberg, A. G., Guang, W., … & Xu, X. (2004). Stress and dysmenorrhoea: a population based prospective study. Occupational and Environmental Medicine, 61(12), 1021-1026.
  • Chao, A. M., Jastreboff, A. M., White, M. A., Grilo, C. M., & Sinha, R. (2017). Stress, cortisol, and other appetite‐related hormones: Prospective prediction of 6‐month changes in food cravings and weight. Obesity, 25(4), 713-720.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.