Forte odeur corporelle : pourquoi se produit-elle ?

27 octobre 2020
Dans de nombreux cas, une forte odeur corporelle peut être générée par une transpiration excessive, bien que d'autres facteurs y contribuent. Lisez la suite pour le savoir.

La bromhidrose est une forte odeur corporelle, un problème courant qui affecte sérieusement la qualité de vie. Elle est définie comme une odeur désagréable. Elle transmet des signaux non verbaux forts et provoque ainsi une grande gêne sociale. Surtout si le patient souffre d’anosmie sélective, c’est-à-dire l’incapacité de percevoir cette odeur.

La transpiration elle-même n’a pas d’odeur. Ce n’est que lorsque la sueur entre en contact avec les bactéries sur la peau qu’elle peut se produire. Il est souvent possible de la traiter ou de la prévenir en modifiant les habitudes d’hygiène, bien qu’il existe également des options pour une approche médicale. Découvrons ensemble cette condition.

Qu’est-ce que la bromhidrose ou forte odeur corporelle ?

Selon des études publiées dans l’International Journal of Cosmetic Science, la bromhidrose est due à la biotransformation de sécrétions naturelles inodores en molécules odorantes volatiles et est associée à une transpiration excessive. C’est-à-dire que le trouble apparaît plus souvent chez ceux qui transpirent le plus.

Dans l’aisselle, Microbiome conclut que Corynebacterium spp. de la microflore résidente joue un rôle important dans cette biotransformation. L’obésité peut également être un facteur contribuant à la bromhidrose. Le mécanisme de fond est le changement que subissent les molécules lorsqu’elles sont métabolisées par des micro-organismes.

Des baskets sentant mauvais.
L’odeur apparaît lorsque la transpiration entre en contact avec les bactéries de la peau.

Les causes des mauvaises odeurs corporelles

Les glandes sudoripares sont divisées en glandes eccrines, qui se trouvent dans tout le corps, et en glandes apocrines, qui se trouvent dans la région des aisselles, de la poitrine et de l’aine. Ce sont les deux grandes variétés de ce tissu et tous les êtres humains possèdent les deux.

Les glandes apocrines ne sont pas activées avant la puberté. C’est pourquoi une forte odeur corporelle n’est généralement pas un problème chez les jeunes enfants, mais elle apparaît également comme un signe de croissance et de développement.

Un mécanisme important est l’interaction de la sécrétion des glandes sudoripares apocrines axillaires avec les bactéries, qui génère des acides gras insaturés ayant une odeur particulière. La présence de cette odeur est également importante pour le diagnostic de la bromhidrose.

Le métabolisme bactérien de la sueur apocrine est généralement à l’origine de l’odeur. Mais la sueur eccrine peut également devenir dérangeante. Pour cette deuxième situation, les éléments déclencheurs sont généralement les apports de certains aliments, tels que l’ail et l’alcool.

Vous trouverez peut-être cela intéressant : Comment traiter la transpiration excessive avec 5 remèdes naturels

Comment lutter contre une forte odeur corporelle ?

Des mesures de traitement conservatrices ont été essayées et ont échoué lorsque les patients consultent leur médecin de famille au sujet de fortes odeurs corporelles. Actuellement, les médicaments et la chirurgie sont les approches les plus utilisées pour traiter la bromhidrose.

Chirurgie : sympathectomie

La chirurgie est la méthode préférée pour la bromhidrose et est utilisée dans les cas graves. Cependant, les complications postopératoires et la formation de cicatrices restent les problèmes du traitement chirurgical.

Elle est réservée aux patients réfractaires à la thérapie médicale et chez qui l’hyperhidrose a un impact important sur leurs activités de la vie quotidienne. Selon des études réalisées par Annals of Surgery, la sympathectomie thoracique endoscopique est le dernier recours pour le traitement thérapeutique de l’hyperhidrose palmaire, axillaire et craniofaciale. Elle fonctionne en interrompant les fibres des ganglions sympathiques.

Toxine botulique contre la forte odeur corporelle

Le principal mécanisme d’action de la toxine botulique pour la bromhidrose est l’inhibition de la libération d’acétylcholine par les nerfs sympathiques qui innervent les glandes sudoripares. Le traitement est très efficace sur la paume des mains et la plante des pieds. Toutefois, la douleur lors des injections puisse être un facteur limitant pour son utilisation.

La dose pour les injections intradermiques dépend de la zone. Dans l’aisselle, par exemple, 50 à 100 unités sont utilisées. L’inconvénient du traitement à la toxine botulique est que l’effet disparaît après un certain temps, de sorte que plusieurs applications peuvent être nécessaires sur une année.

Antitranspirants à base de composés d’aluminium

La plupart des antisudorifiques standard des supermarchés contiennent du chlorure d’aluminium. Les agents plus puissants devraient contenir du chlorhydrate d’aluminium. Les agents contenant ces substances inhibent la croissance des bactéries malodorantes.

Ces sels métalliques réduisent également la transpiration en bloquant les canaux excréteurs des glandes sudoripares, ce qui minimise la source d’eau qui favorise la croissance bactérienne. La thérapie topique doit être appliquée une fois par jour, généralement la nuit, lorsque la peau est sèche.

Un homme se mettant du déodorant.
Les antitranspirants à base d’aluminium sont la meilleure option pour la bomhidrose si elle n’est pas considérée comme une intervention chirurgicale.

A lire également : 5 façons de préparer un déodorant fait maison et naturel

Recommandations pour le patient atteint de bromhidrose

L’hyperhidrose et la bromhidrose sont toutes deux des affections courantes et pénibles, car elles compliquent les relations sociales et les liens avec les autres. Une gestion sensible et une orientation appropriée peuvent contribuer à minimiser l’impact sur la qualité de vie du patient, tant sur le plan individuel que fonctionnel.

Un lavage régulier et une épilation des aisselles sont utiles. Les antisudorifiques parfumés sont un traitement de première ligne dans la gestion des odeurs corporelles. Ils réduisent le volume de la sueur et sont également antibactériens.

  • Kanlayavattanakul M, Lourith N. Body malodours and their topical treatment agents. Int J Cosmet Sci. 2011;33(4):298-311. doi:10.1111/j.1468-2494.2011.00649.x
  • Connolly M, de Berker D. Management of primary hyperhidrosis: a summary of the different treatment modalities. Am J Clin Dermatol. 2003;4(10):681-697. doi:10.2165/00128071-200304100-00003
  • Herbst F, Plas EG, Függer R, Fritsch A. Endoscopic thoracic sympathectomy for primary hyperhidrosis of the upper limbs. A critical analysis and long-term results of 480 operations. Ann Surg. 1994;220(1):86-90. doi:10.1097/00000658-199407000-00012
  • Li ZR, Sun CW, Zhang JY, Qi YQ, Hu JZ. Excision of apocrine glands with preservation of axillary superficial fascia for the treatment of axillary bromhidrosis. Dermatol Surg. 2015;41(5):640-644. doi:10.1097/DSS.0000000000000346
  • Lam TH, Verzotto D, Brahma P, et al. Understanding the microbial basis of body odor in pre-pubescent children and teenagers. Microbiome. 2018;6(1):213. Published 2018 Nov 29. doi:10.1186/s40168-018-0588-z
  • James AG, Hyliands D, Johnston H. Generation of volatile fatty acids by axillary bacteria. Int J Cosmet Sci. 2004;26(3):149-156. doi:10.1111/j.1467-2494.2004.00214.x