Hypothymie : causes et traitements

L'une des principales caractéristiques de l'hypothymie est l'incapacité à ressentir de la joie. Si elle n'est pas traitée à temps, elle peut entraîner une dysthymie ou une dépression.
Hypothymie : causes et traitements

Dernière mise à jour : 10 septembre, 2021

Toutes les émotions, qu’elles soient agréables ou désagréables, ont une fonction adaptative. La tristesse en fait partie, il est donc normal et nécessaire d’en faire l’expérience dans certaines situations. Cependant, cette émotion peut se transformer en hypothymie.

L’hypothymie est un trouble de l’humeur dans lequel la réponse émotionnelle est diminuée et inadéquate. De plus, ce n’est pas une catégorie diagnostique différenciée, mais c’est généralement un symptôme présent dans de nombreuses maladies.

Caractéristiques de l’hypothymie

L’hypothymie diffère de la tristesse normale en ce que la personne est incapable d’être heureuse ; même s’il se passe quelque chose qui devrait vous causer une joie intense. De plus, elle répond aux critères suivants :

  • La personne se désintéresse souvent de quelque chose qui lui procurait auparavant satisfaction et joie.
  • Elle manifeste un langage inexpressif et une lenteur dans ses mouvements corporels.
  • Une expression émotionnelle inappropriée à la situation réelle est évidente.
  • Elle s’accompagne généralement de pessimisme, de dégoût, d’inconfort ou de timidité.
  • Elle a tendance à souffrir de dépression et de dysthymie.
La tristesse est une émotion et l'hypothymie un symptôme.
La tristesse est nécessaire à l’adaptation. Mais sa forme pathologique est l’hypothymie.

Quelles sont vos causes ?

Les causes de l’hypothymie peuvent être très diverses, le spécialiste doit donc évaluer le cas particulier et déterminer quels sont les mécanismes à l’origine de l’altération. Cependant, elle est généralement exogène, c’est-à-dire causée par un facteur de conditionnement extérieur à la personne.

L’American Psychological Association associe l’hypothymie à l’épisode dépressif majeur, car elle le classe parmi ses symptômes. Dans ces cas, les causes se retrouvent dans les modèles explicatifs de la dépression :

  • Nous avons d’abord les causes biologiques. D’une part, des explications génétiques et des problèmes endocriniens ont été établies qui expliquent l’apparition de symptômes dépressifs. Alors que l’hypothèse monoaminergique est également retrouvée, qui pointe vers un déficit en norépinéphrine, sérotonine ou dopamine.
  • Explications comportementales : l’absence de renforcements positifs dans l’environnement.
  • Modèles cognitifs : parmi eux se distingue la théorie de l’impuissance apprise ou la théorie cognitive de Beck pour la dépression.

Différences entre hypothymie et dysthymie

L’hypothymie est généralement un symptôme, et non une catégorie ou un trouble diagnostique, comme c’est le cas avec la dysthymie. Ce dernier se retrouve au sein des troubles de l’humeur et se caractérise par le fait que la personne ressent de la mélancolie.

Mais cliniquement, elle ne répond pas aux critères de la dépression. Cela dit, la dysthymie pourrait être considérée comme une dépression légère, bien que constante dans le temps.

En revanche, pour que la dysthymie soit diagnostiquée, l’humeur triste doit être maintenue pendant au moins deux ans. Au lieu de cela, l’hypothymie est davantage liée à l’abattement et sa durée est généralement plus courte.

Différence entre hypothymie et dépression

La dépression est un autre trouble de l’humeur. Des sentiments de tristesse, de perte, d’irritabilité, d’apathie ou de frustration interfèrent avec la vie quotidienne pendant 2 semaines ou plus.

Parfois, l’hypothymie peut être confondue avec la dépression. C’est pourquoi il doit être clair qu’il s’agit d’un symptôme. Cela dit, l’une des principales différences réside dans son intensité.

Dans la dépression, les symptômes de tristesse sont beaucoup plus intenses et se généralisent à la plupart des situations vécues par le patient. En d’autres termes, vous ressentez une profonde tristesse. Alors que l’hypothymie se caractérise par l’absence de bonheur.

L’autre différence, comme pour la dysthymie, est la durée. Comme nous l’avons dit, l’hypothymie est généralement un symptôme bref et de courte durée, tandis que la dépression est plus durable.

Traitements disponibles pour l’hypothymie

Si vous présentez certains des signes d’hypothymie, la première chose à faire est de consulter un spécialiste de la santé mentale pour confirmer le diagnostic. Si ceux-ci ne sont pas correctement traités, des sentiments de tristesse et de découragement peuvent évoluer.

Comme nous l’avons dit, l’hypothymie est généralement exogène. Cela signifie que les professionnels identifient généralement une cause ou un facteur causal externe. Dans ces cas, la source d’inquiétude et d’angoisse de la personne est abordée.

De même, les interventions visent à :

  • Que la personne poursuive ses activités quotidiennes.
  • Encourager les contacts sociaux, car l’isolement peut aggraver l’humeur.
  • Favoriser l’exécution d’exercices physiques, car le sport aide à élever l’humeur.
  • Pratiquer des activités qui aident à se déconnecter et à être distrait.

À ce stade, il est pertinent de souligner l’importance de l’approche thérapeutique dans l’hypothymie. Les actions susmentionnées n’aideront guère si elles ne sont pas accompagnées d’une thérapie psychologique.

Thérapie de l'hypothymie.
Le soutien professionnel est important pour surmonter l’hypothymie et l’empêcher d’évoluer vers des états dépressifs.

Ne la sous-estimez pas

La tristesse non pathologique est une réponse émotionnelle adaptative qui aide à faire face aux pertes et à réfléchir à leurs problèmes. De plus, elle atténue le niveau d’excitation générale pour réduire le taux de processus cognitifs. Cela permet d’approfondir l’examen de la situation.

Cependant, cette émotion peut devenir pathologique et provoquer un profond inconfort. Lorsqu’elle prend la forme d’une hypothymie, d’une dysthymie ou d’une dépression, il est important de s’adresser à un professionnel et de rechercher les bons outils pour la surmonter.

Cela pourrait vous intéresser ...
Dépression existentielle : quand la vie perd son sens
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Dépression existentielle : quand la vie perd son sens

La dépression existentielle touche généralement les personnes ayant de hautes capacités intellectuelles et réflexives. Découvrez-en plus ici.