L’épilepsie et l’allaitement maternel

18 août 2020
L'épilepsie et l'allaitement maternel constituent une combinaison qui soulève des questions chez les mères atteintes de la maladie. Dans cet article, nous tenterons d'élucider ces préoccupations et donnerons des conseils pour allaiter, malgré les médicaments.

La plupart du temps, l’allaitement maternel est recommandé pour tous les nouveau-nés de mères atteintes d’épilepsie. Effectivement, l’usage des médicaments anti-épileptiques ne génère pas d’effets secondaires chez le bébé qui allaite.

Il s’agit d’une question très fréquente parmi les mères qui souffrent d’épilepsie en ce qui concerne l’allaitement. En effet, c’est un sujet qu’il faut considérer dans ce cas. Les soins de l’enfant dépendent également d’une alimentation correcte comme axe de croissance.

Dans cet article, nous verrons quelques recommandations à prendre en compte afin de minimiser tout effet indésirable possible. Nous partons de l’affirmation que l’épilepsie et l’allaitement maternel sont compatibles.

Quelques définitions autour de l’épilepsie

L’épilepsie se définit comme un trouble convulsif dû à un processus chronique sous-jacent dans le cerveau de la personne. Ce processus entraîne des décharges suivies d’impulsions neuronales, de manière synchronique.

Par ailleurs, la convulsion ou crise convulsive est un épisode soudain produit par ces décharges anormales et excessives, ou par une activité neuronale synchronique au niveau du cerveau. Cela engendre alors un déséquilibre entre l’excitation et l’inhibition du cerveau.

Il est important de préciser que la présence d’une ou plusieurs convulsions, dont la cause est corrigeable ou évitable, n’est pas synonyme d’épilepsie. Dans l’épilepsie, comme nous l’avons déjà mentionné, il existe une altération au niveau cérébral qui ne peut pas se corriger.

D’autre part, il existe différents types d’épilepsie. Chacun a un traitement et un pronostic particulier. L’usage de médicaments antiépileptiques est l’approche la plus répandue.

Des connexions neuronales.

“Une décharge synchronique et excessive de nombreux neurones en même temps génère la crise épileptique.”

Lisez également : Remèdes naturels contre l’épilepsie: des compléments naturels et efficaces

Quels sont les traitements antiépileptiques ?

Le traitement d’un patient qui souffre d’épilepsie se concentre sur l’administration de médicaments antiépileptiques. Comme nous l’avons déjà souligné, il s’agit de l’approche principale de ce type de maladie.

De plus, le scénario idéal est de parvenir à une prévention complète de l’apparition des convulsions, sans la présence d’effets secondaires, ou au moins en les minimisant. Il n’y a qu’un seul médicament utilisé de préférence. C’est ce qu’on appelle la dose minimale efficace en monothérapie.

Il est conseillé de toujours commencer par un seul médicament antiépileptique, puis d’augmenter la dose si nécessaire. Dans certains cas plus résistants à la thérapie, plusieurs médicaments seront prescrits.

En général, la recherche du traitement adéquat est un processus d’adaptation qui peut prendre beaucoup de temps. Pour procéder à ces ajustements, des études de mesure et de dosage sont réalisées sur le patient.

L’épilepsie pendant l’allaitement maternel

De nos jours, l’épilepsie et l’allaitement maternel sont compatibles. Il est toutefois très important pour ces mères d’être suivies au plus près pendant leur grossesse. Ainsi qu’au cours de la période post-partum.

Durant la grossesse, un soin spécial sera accordé à la mesure des antiépileptiques dans le sang. En effet, la grossesse peut diminuer le médicament réparti dans le corps. A cela s’ajoute une augmentation du risque de crises convulsives pour la femme enceinte. Par conséquent, il peut être nécessaire d’augmenter les doses des médicaments à cette étape.

Une fois que l’accouchement est passé, certains aspects pouvant changer le traitement et les soins pendant l’allaitement sont à prendre en compte :

  • Dose utilisée de médicament antiépileptique : en général, on effectue un nouvel ajustement de la dose. Il s’agit presque toujours d’une diminution.
  • Apparition possible de crises convulsives dues au manque de sommeil. C’est pourquoi, il est fortement conseillé de bien se reposer car le manque de sommeil est un facteur déclencheur de crises d’épilepsie.
  • Précautions de sécurité pour le nouveau-né : il est préférable d’éviter le co-dodo, et de donner le bain ou la toilette au bébé accompagné.

Comme nous l’avons précisé, l’alimentation à travers l’allaitement maternel n’est pas interdit. Au contraire, chaque fois que cela est possible, il est conseillé de le maintenir de manière exclusive pendant six mois. Puis de le poursuivre sur deux ans dans le cadre d’une alimentation complémentaire.

Médicaments pour l’épilepsie et l’allaitement maternel

Un bébé qui tète au sein de sa mère.

“Il existe des médicaments qui sont compatibles avec l’allaitement, et d’autres non. Un avis médical est toujours nécessaire.”

Les médicaments antiépileptiques sont nombreux. Ils passent dans le lait maternel en quantités variables.

Cependant, aucun effet secondaire chez le nouveau-né n’a été remarqué parmi la grande majorité des antiépileptiques utilisés. Certains d’entre eux ne pénètrent pas dans le lait maternel à des niveaux significatifs, et d’autres le font.

Le choix du médicament par le neurologue tiendra compte de tous ces éléments. Par ailleurs, il est important que la maman ne saute pas de dose. Même s’il est préférable de diviser la dose journalière ou de laisser passer quelques heures entre la prise du médicament et l’allaitement du bébé.

Découvrez aussi : Situations dans lesquels vous ne pouvez pas allaiter

Est-ce sans danger pour le bébé ?

Dans les cas où le passage du médicament dans le lait maternel est important, le nouveau-né peut se montrer somnolent, avec des difficultés à téter ou être irritable. C’est pourquoi un contrôle stricte du dosage, basé sur les niveaux sanguins maternels, est nécessaire.

Enfin, en guise de conclusion, nous tenons à souligner l’importance d’un suivi étroit de la part du neurologue pendant la grossesse et l’allaitement, dans le but de prendre soin de la santé du nouveau-né et de sa maman. Seul un professionnel pourra définir le dosage des médicaments et leur éventuelle suspension.

  • https://www.uptodate.com/contents/management-of-epilepsy-during-preconception-pregnancy-and-the-postpartum-period?search=epilepsy%20breastfeeding&source=search_result&selectedTitle=1~150&usage_type=default&display_rank=1
  • https://www.uptodate.com/contents/initial-treatment-of-epilepsy-in-adults?search=epilepsy%20breastfeeding&source=search_result&selectedTitle=2~150&usage_type=default&display_rank=2
  • https://www.uptodate.com/contents/breastfeeding-infants-safety-of-exposure-to-antipsychotics-lithium-stimulants-and-medications-for-substance-use-disorders?search=epilepsy%20breastfeeding&source=search_result&selectedTitle=6~150&usage_type=default&display_rank=6
  • Kasper y col., Principios de medicina interna de Harrison, ed. Mac Graw Hill. Ed. 19.
  • J.M. Mercadé Cerdá y col., Guía oficial de la Sociedad Española de Neurología de práctica clínica en epilepsia, Vol. 31. Núm. 2. páginas 121-129 (Marzo 2016).
  • Llerda y col., Guía oficial de la Sociedad Española de Neurología de práctica clínica en epilepsia. Epilepsia en situaciones especiales: comorbilidades, mujer y anciano, Neurología Volúmen 30,  Octubre 2015, Pág. 510-517.