L’hyperpigmentation : pourquoi se produit-elle ?

31 juillet 2020
Même si l'hyperpigmentation ne fait pas mal ou n'est synonyme d'aucun risque, elle peut malgré tout être gênante car une grande partie des taches apparaissent dans des zones exposées au soleil, comme le visage, les mains et les bras.

L’hyperpigmentation fait référence à des zones de la peau où le pigment portant le nom de mélanine est plus concentré. La zone acquiert ainsi une teinte plus sombre, ce qui peut se manifester par des grains de beauté, des taches de rousseur ou des taches. Pourquoi se produit-elle ? Comment l’éviter ?

Dans un premier temps, il faut savoir que la couleur de la peau vient de pigments naturels comme l’hémoglobine, la mélanine et les caroténoïdes. La mélanine, en particulier, donne leur couleur aux yeux, à la peau et aux cheveux. Elle se forme dans les mélanosomes à partir de ses précurseures, la tyrosine et la tyrosinase.

Elle a pour fonction principale la protection de l’ADN face aux dommages que peuvent causer les radiations ultraviolettes. Cependant, quand elle est trop stimulée, elle cause des hyperpigmentations inesthétiques.

Pourquoi l’hyperpigmentation se produit-elle ?

Comme l’explique un article dans la revue scientifique Pigment Cell & Melanoma Researchl’une des causes fréquentes de l’hyperpigmentation est l’exposition à la lumière solaire. Cette dernière stimule la peau pour former la mélanine et apporte un effet protecteur contre les agressions des rayons UV.

De fait, c’est même la raison pour laquelle certaines personnes décident de se faire bronzer. Or, quand l’exposition est prolongée, ce processus est altéré et un dommage cutané se produit ; plus tard, cela se traduit par une hyperpigmentation. Voici quelques facteurs de risque associés :

  • Prédisposition génétique.
  • Taches de vieillesse : elles se produisent avec l’âge, mais aussi à cause de l’exposition solaire.
  • Post-inflammatoires : l’hyperpigmentation surgit après le processus de guérison d’une blessure sur la peau, comme une brûlure, une coupure, le psoriasis ou l’eczéma. On remarque une zone plus sombre mais sans relief.
  • Hormonaux : mélasma ou chloasma. Des zones sombres à la forme irrégulière apparaissent quand les hormones sexuelles féminines provoquent un stimulus dans la production de mélanine en exposant la peau au soleil, que ce soit au cours de la grossesse ou avec l’ingestion de pilules contraceptives.
  • Par exposition au soleil : il s’agit de la principale cause d’hyperpigmentation. Toutes les taches de la peau, que ce soient des taches de vieillesse, des taches de rousseur, des mélasmas ou une hyperpigmentation post-inflammatoire, prendront un ton différent avec l’exposition solaire.
  • Médicaments : il peut s’agir d’un effet collatéral de certains traitements hormonaux, de médicaments de chimiothérapie, d’antimalariques, d’antibiotiques, de médicaments anti-coagulants et autres.
  • Maladies : l’hyperpigmentation est le signe d’autres pathologies, comme un déficit vitaminique, des processus auto-immunes, des maladies gastro-intestinales et des désordres métaboliques.
Une femme sur une chaise longue.

L’exposition solaire est une cause principale d’hyperpigmentation. De fait, presque toutes les taches sont associées à ce facteur.

Cet article pourrait vous intéresser : 6 remèdes naturels pour atténuer le mélasma

Mesures pour prévenir l’hyperpigmentation

Au niveau général, il existe certaines mesures que tout le monde peut appliquer pour réduire le risque d’avoir une hyperpigmentation. Il faut cependant signaler que, dans la mesure du possible, il convient de les appliquer tous les jours.

Traitements dépigmentant

Le traitement de l’hyperpigmentation représente un défi pour les professionnels. Même s’ils ont progressé au fil du temps, il existe encore des difficultés pour réduire ce problème. De fait, comme le détaille une étude publiée dans le Indian Journal of Dermatologyles traitements topiques sont inefficaces pour de nombreux patients. Alors, quelles sont les options ?

  • Peeling chimique : il minimise l’hyperpigmentation en exfoliant la peau et en découvrant une nouvelle couche, avec une tonalité homogène.
  • Laser : l’effet est similaire à celui du traitement réalisé avec des acides mais le dermatologue peut l’appliquer avec beaucoup plus de précision. Il traite les zones les plus touchées avec la lumière à haute énergie du laser. Plus le traitement est intense, plus il sera efficace sur les couches les plus profondes de la peau.
  • Crèmes topiques : l’utilisation d’hydroquinone à faible concentration est utile dans de nombreux cas. On doit malgré tout faire attention pour éviter que cela ne provoque une irritation et une hyperpigmentation post-inflammatoire. La vitamine C est efficace contre les taches et s’utilise conjointement à d’autres ingrédients actifs. Ces derniers temps, des substances comme l’acide kojique, l’arbutine, les rétinoïdes et l’acide azélaïque ont gagné en importance.
Une femme se faisant faire un peeling.

Les preuves d’efficacité des traitements topiques contre l’hyperpigmentation sont encore limitées. Ces traitements semblent malgré tout utiles après plusieurs applications.

L’hyperpigmentation : que faut-il prendre en compte ?

Si de nouvelles taches apparaissent sur la peau, ou des irrégularités associées à l’hyperpigmentation, le mieux est de consulter le dermatologue. Ce professionnel pourra déterminer si elles sont normales ou si elles proviennent d’une pathologie cutanée. Par ailleurs, il vous conseillera à propos des meilleurs options pour la traiter, selon les cas.

Il est important de préciser que les résultats des dépigmentations ne seront pas visibles d’un jour à l’autre car cela requiert du temps et de la constance. Par ailleurs, elles doivent être complétées par des soins basiques, surtout en ce qui concerne la protection solaire.

 

  • Tran TT, Schulman J, Fisher DE. UV and pigmentation: molecular mechanisms and social controversies. Pigment Cell Melanoma Res. 2008;21(5):509‐516. doi:10.1111/j.1755-148X.2008.00498.x
  • Handel AC, Miot LD, Miot HA. Melasma: a clinical and epidemiological review. An Bras Dermatol. 2014;89(5):771‐782. doi:10.1590/abd1806-4841.20143063
  • Hassan S, Zhou X. Drug Induced Pigmentation. [Updated 2019 Jun 30]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK542253/
  • Fatima S, Braunberger T, Mohammad TF, Kohli I, Hamzavi IH. The Role of Sunscreen in Melasma and Postinflammatory Hyperpigmentation. Indian J Dermatol. 2020;65(1):5‐10. doi:10.4103/ijd.IJD_295_18
  • Bandyopadhyay D. Topical treatment of melasma. Indian J Dermatol. 2009;54(4):303‐309. doi:10.4103/0019-5154.57602
  • Soleymani T, Lanoue J, Rahman Z. A Practical Approach to Chemical Peels: A Review of Fundamentals and Step-by-step Algorithmic Protocol for Treatment. J Clin Aesthet Dermatol. 2018;11(8):21‐28.
  • Avci P, Gupta A, Sadasivam M, et al. Low-level laser (light) therapy (LLLT) in skin: stimulating, healing, restoring. Semin Cutan Med Surg. 2013;32(1):41‐52.
  • Davis EC, Callender VD. Postinflammatory hyperpigmentation: a review of the epidemiology, clinical features, and treatment options in skin of color. J Clin Aesthet Dermatol. 2010;3(7):20‐31.