La dépression nerveuse : quand le corps et l’esprit n’en peuvent plus

19 novembre 2020
Pensées négatives, épuisement, problèmes de concentration... Que se passe-t-il ? Ces signaux correspondent à un état de dépression nerveuse. Découvrez-en plus sur ses symptômes et la façon de la gérer.

Être à bout. Ne plus arriver à rien faire. Avoir l’impression que tout le poids du monde tombe sur nos épaules et que réfléchir, se souvenir et prendre des décisions demandent des efforts surhumains. Ressentir tout cela est ce qui se passe quand nous souffrons d’une dépression nerveuse, un état dont l’origine se situe dans un stress intense maintenu dans le temps.

L’épuisement physique et émotionnel est une constante dans le monde actuel. Nous ne ressentons pas seulement une plus grande pression dans le domaine professionnel : notre pelote de préoccupations grandit chaque jour et notre moral ne fait que diminuer. Nous nous retrouvons soumis à un état psychologique qui, plus tard, aura des effets sur notre santé.

Pablo Neruda disait que nous sommes parfois même fatigués d’être des personnes. Et c’est peut-être vrai car l’être humain se met dans des situations de plus en plus complexes et exigeantes et il en paye le prix plus tard. S’il est habituel de nous sentir bloqués et paralysés, il faut néanmoins savoir d’où vient cela pour apprendre à gérer cette situation.

La dépression nerveuse : qu’est-ce que c’est et quels sont ses symptômes ?

La dépression nerveuse n’est pas un trouble en soi, ni une entité clinique diagnosticable. Nous sommes face à un symptôme qui naît d’un état de stress intense. Il se déclenche en cas de situations adverses, comme après avoir reçu une mauvaise nouvelle, avoir vécu des faits traumatiques, avoir traversé des ruptures affectives, etc.

En d’autres termes, il s’agit d’une réalité psychologique qui survient après un événement à forte charge émotionnelle. Comme l’expose une étude réalisée par l’Université de Leipzig en Allemagne, « la dépression nerveuse est liée à un stress élevé et sa principale conséquence est la sensation d’épuisement physique et psychologique ».

Lors de ces états, un excès de neurochimiques se libère, comme l’adrénaline et le cortisol, et cela peut nous conduire à une situation de surcharge. Cette accumulation d’émotions, de sensations et d’altérations psychophysiologiques finit par affecter notre rendement cognitif (pensées) et notre résistance physique.

La dépression chez un homme.

La dépression nerveuse vient d’un stress non géré qui finit par consumer nos ressources psychologiques.

Ceci peut vous intéresser : 6 effets méconnus de l’anxiété sur le corps

Symptômes associés à la dépression nerveuse

Certains donnent le nom de crise nerveuse à la dépression nerveuse. Or, il s’agit de deux réalités différentes. Tandis que, dans la première, il y a généralement une extériorisation des symptômes et une manifestation d’épuisement, d’intensité émotionnelle et de nervosité, dans la seconde, nous voyons surtout un blocage. Approfondissons un peu plus ce sujet.

Symptômes psychologiques

  • Problèmes de concentration.
  • Difficultés à raisonner : la personne perçoit une sorte de brume mentale.
  • Défauts de mémoire.
  • Sensation d’irréalité, comme si ce qui nous entourait n’était pas vraiment réel.
  • Des changements d’humeur apparaissent, mais il est commun de surtout ressentir de l’irritabilité ou de l’apathie.
  • Ne pas pouvoir réaliser normalement les tâches quotidiennes. Absence de motivation et d’envie, difficultés à se concentrer sur ce que l’on fait.

Symptômes physiques

Les symptômes physiques associés à la dépression nerveuse sont multiples. Cependant, leur intensité sera plus élevée si nous ressentons du stress depuis longtemps. En général, les manifestations associées sont les suivantes :

  • Épuisement constant, sensation de ne pas pouvoir réagir face aux choses même si nous essayons.
  • Douleurs musculaires, surtout dans les bras et les jambes.
  • Altérations du sommeil (nous pouvons souffrir d’insomnie ou, au contraire, trop dormir).
  • Pression dans la poitrine ou tachycardie.
  • Vertiges.
  • Céphalées.
  • Sensation que nous nous déplaçons plus lentement que d’habitude.

Comment pouvons-nous gérer la dépression nerveuse ?

Y a-t-il un traitement pour les dépressions nerveuses ? En réalité, non. Ces conditions psychologiques nécessitent une stratégie d’affrontement multidimensionnelle. Analysons quelques-unes de ces clés.

Technique d’inoculation du stress

Cette approche part du modèle d’affrontement du stress de Lazarus et Folkman. Elle consiste à appliquer une série d’outils qui auront pour objectif d’inoculer progressivement le stress. Pour cela, nous devons développer des habiletés dont le but est de créer de nouveaux schémas de pensées sains et réduire les émotions anxiogènes.

Voici les différentes étapes :

  • Restructuration cognitive : identifier les pensées négatives et obsessives et les remplacer par d’autres plus saines.
  • Appliquer des stratégies de relaxation, comme la respiration profonde.
  • Entamer de nouveaux changements dans notre routine pour gérer ce stress. Nous pouvons nous demander quels sont les changements dont nous avons besoin pour nous sentir mieux. Parfois, le bien-être peut être atteint en s’éloignant de certaines situations et en commençant de nouveaux projets.
  • Apprendre des bonnes techniques de gestion émotionnelle.
Une femme qui respire.

Une façon de gérer la dépression nerveuse est d’apprendre des techniques de résolution de problèmes. Par ailleurs, il est recommandé de pratiquer des techniques de relaxation.

Techniques de résolution de problèmes

Cette donnée est intéressante : une grande partie des origines des dépressions nerveuses viennent de l’excès de problèmes que nous n’affrontons pas. Presque sans savoir comment, une chose se mêle à une autre ; nous ne savons pas quoi faire avec certaines et, au fil du temps, tout finit par s’accumuler.

Après cela, on voit apparaître l’épuisement, la surcharge et le blocage. Face à ces situations si communes, il convient d’apprendre une série d’habiletés. Voici quelques conseils.

  • Identifier le problème et le décrire.
  • Le diviser en plus petites parties. En fin de compte, n’importe quelle préoccupation est faite de plusieurs unités.
  • Clarifier ce que nous voulons obtenir.
  • Prendre une feuille et un stylo et poser les solutionsUne seule ne suffit pas : l’idéal est de noter plusieurs stratégies.
  • Appliquer les solutions.
  • Les évaluer : ont-elles abouti au résultat escompté ?
  • Gérer les émotions impliquées à chaque étape.

Affronter les dépressions nerveuses

Nous devons bien avoir à l’esprit que, en période de crise et d’incertitudes, il est très commun de souffrir de dépressions nerveuses. Nous consacrer du temps, écouter nos besoins et inclure de bonnes techniques d’affrontement du stress pourra nous aider.

Bien évidemment, si nous ne parvenons pas à gérer cette situation, le mieux est de demander une aide professionnelle. Une consultation avec un psychologue est essentielle pour connaître d’autres stratégies et pouvoir contrôler ce problème.

 

 

 

  • Azizoddin, D. R., Jolly, M., Arora, S., Yelin, E., & Katz, P. (2020). Longitudinal Study of Fatigue, Stress, and Depression: Role of Reduction in Stress Toward Improvement in Fatigue. Arthritis Care and Research72(10), 1440–1448. https://doi.org/10.1002/acr.24052
  • Yaribeygi, H., Panahi, Y., Sahraei, H., Johnston, T. P., & Sahebkar, A. (2017, July 21). The impact of stress on body function: A review. EXCLI Journal. Leibniz Research Centre for Working Environment and Human Factors. https://doi.org/10.17179/excli2017-480
  • Kocalevent, R. D., Hinz, A., Brähler, E., & Klapp, B. F. (2011). Determinants of fatigue and stress. BMC Research Notes4. https://doi.org/10.1186/1756-0500-4-238