La fatigue causée par la canicule

18 août 2019
Qu'est-ce que la fatigue liée à la canicule ? Comment la reconnaître ? Il est important de garder à l'esprit que la valeur du thermomètre ne reflète pas toujours le danger réel des températures ambiantes.

La fatigue causée par la canicule constitue un symptôme caractérisé par une température corporelle élevée, toujours inférieure à 40°C. Elle trouve son origine dans des environnements très chauds, en combinaison avec une grande humidité et une activité physique intense.

Cette fatigue peut évoluer vers le fameux  » coup de chaleur » qui représente un cadre clinique beaucoup plus grave, voire même mortel. La dernière grande vague de chaleur qui a touché l’Europe en 2003 a provoqué plus de 35 000 décès avec des températures dépassant les 46°C.

Symptômes de l’épuisement dû à la canicule

Ils ne sont pas forcément spécifiques et le patient peut ne pas faire le lien entre les effets de la chaleur, l’humidité et l’exercice. Lors de l’examen physique, il a tendance à présenter une température inférieure à 40°C et peut même être tout à fait normal. Ceci est dû à des mécanismes de compensation tels que la transpiration.

Les symptômes les plus courants sont :

  • Transpiration excessive : peau pâle et froide
  • Pouls accéléré
  • Crampes musculaires
  • Mal-être
  • Faiblesse
  • Vertiges
  • Maux de tête
  • Nausées et vomissements
  • Urine de couleur foncée du fait de la déshydratation

Contrairement à ce qui se passe lors d’un coup de chaleur, dans ce cas, les patients conservent généralement leur état mental intact. En effet, les épisodes de confusion ou de perte de connaissance sont très rares. Même s’ils peuvent présenter une hypotension orthostatique (sensation de vertiges lorsqu’ils se lèvent soudainement).

Découvrez également : Boutons de chaleur chez les bébés : faut-il s’en inquiéter ?

Pourquoi la canicule provoque-t-elle une telle fatigue ?

Une femme fatiguée à cause de la canicule

Autrement dit, il s’agit de l’incapacité de l’organisme à maintenir la température normale dans des environnements avec des températures élevées et une forte humidité, au cours d’efforts physiques intenses. Le corps essaie de réguler sa température à travers la transpirationmais il arrive un moment où cela devient inefficace.

En plus de l’eau, à travers la transpiration, nous perdons des électrolytes tels que le sodium et le potassiumCela provoque des crampes musculaires et la tachycardie.

Il est donc important de garder à l’esprit que la valeur du thermomètre ne reflète pas toujours le danger réel des températures ambiantes. En effet, une température qui n’est pas excessivement élevée peut entraîner une immense fatigue.

C’est ce que l’on appelle l’indice thermique qui mesure la température de l’air en plus des effets de l’humidité. Par conséquent, les températures considérées comme tolérables peuvent devenir dangereuses dans certaines situations.

Comme dans bien d’autres cas, la meilleure thérapie contre l’épuisement de la canicule est la prévention. Les entreprises sont tenues par la loi d’adapter les températures des lieux de travail.

Dans les bureaux et les lieux de travail sédentaires : entre 17 et 27° C. Si les températures sont inférieures ou supérieures à ces degrés, on parle de stress thermique. Néanmoins, il existe un vide juridique lorsqu’il s’agit de travaux à l’extérieur.

La lui oblige les entreprises à prévenir le stress thermique à l’aide de diverses mesures. Par exemple, en adaptant les horaires de travail en hiver et en été où les risques sont moindres et le rendement, meilleur.

Situations qui aggravent le pronostic

  • Obésité
  • Troubles cardiaques
  • Insuffisance respiratoire
  • Certains médicaments : antibiotiques, anticonvulsifs, diurétiques, laxatifs, antihistaminiques, vasoconstricteurs, bêta-bloquants, antidépresseurs et antipsychotiques, entres autres. Ainsi que certaines drogues comme la cocaïne et les amphétamines
Un personne obèse chez le médecin

L’attention ne doit pas se limiter aux travailleurs. La pratique de sports en plein air, le cyclisme, l’athlétisme, la randonnée, etc, au mauvais moment de la journée et sans la protection adéquate peut également conduire à un épuisement en cas de forte chaleur.

Une attention particulière doit aussi être accordée aux enfants et aux personnes âgées qui ne disposent pas d’un système thermorégulateur efficace. Ils sont très exposés à la fatigue caniculaire même en cas de température et de temps d’exposition moindres.

Lisez également : Les causes méconnues des maux de tête

Des mesures préventives

  • Vêtements légers, amples et de couleur claire
  • Chapeau, casquette, parasol pour éviter le contact direct du soleil avec la tête
  • Crème solaire de protection suffisante selon le lieu, la saison de l’année et l’indice UV
  • Boire suffisamment d’eau, en répétant régulièrement l’opération : pour vérifier si vous êtes bien hydraté, il vous suffit d’observer la couleur de votre urine. Si elle est claire, l’hydratation peut être correcte. Au cas où elle serait foncée, il faudrait boire davantage d’eau
  • Réapprovisionner les électrolytes qui sont éliminés dans l’eau avec la transpiration : les boissons isotoniques ou les limonades dites alcalines peuvent aider les sportifs
  • Réduire la consommation de boissons stimulantes qui contiennent de la caféine : Coca-Cola, café, etc
  • Eviter la consommation d’alcool, qui provoque une déshydratation cellulaire
  • Dans la mesure du possible, il faut programmer les activités qui requièrent un effort physique, tant sportif que professionnel, aux heures les moins chaudes. Par ailleurs, il est important de prévoir des moments de repos dans un lieu plus frais avant de reprendre l’activité
  • Nous ne devons en aucun cas laisser les enfants à l’intérieur de la voiture par temps chaud. La température intérieure peut augmenter de plusieurs degrés en peu de temps

Comment agir en cas d’épuisement dû à la canicule ?

Voici quelques mesures à prendre en cas d’épuisement dû à la chaleur :

  • Éloignez-vous de la source de chaleur et cherchez un lieu frais à l’ombre
  • Allongez-vous sur le sol et levez les jambes afin de faciliter le retour veineux au coeur et l’irrigation du cerveau
  • Débarrassez-vous des vêtements inutiles, déboutonnez les boutons du cou ou toute autre partie qui vous oppresse
  • Rafraîchissez-vous avec un bain ou une douche froide : appliquez des serviettes mouillées sur votre tête, votre nuque et votre poitrine
  • Hydratez-vous progressivement avec de l’eau et des boissons isotoniques
  • Les symptômes de l’épuisement peuvent durer plusieurs jours : ne faites donc pas d’exercice et ne vous exposez pas à la chaleur avant d’avoir récupéré totalement

Si après l’application de ces conseils, votre température corporelle est encore élevée et que vous ne récupérez pas, si vous vous évanouissez ou que vous avez des convulsions, appelez les services d’urgence ou rendez-vous chez un médecin. Enfin, il est fondamental d’être prudent avec les activités qui peuvent causer un épuisement en cas de canicule. Et de prendre les mesures préventives nécessaires.

 

  • Ballester, F. (1996): “Metereología y salud. Relación entre temperatura ambiental y salud”, Revista Española de Salud Pública, 70, pp. 251-259
  • Montero, J.C., Mirón, I.J., Díaz, J. y Alberdi, J.C. (1997): “Influencia de las variables atmosféricas sobre la mortalidad por enfermedades respiratorias y cardiovasculares en lo mayores de 65 años en la Comunidad de Madrid”, Gaceta Sanitaria 11, pp.164-170.
  • Moreno, A. y Fernández, F. (2003): “El confort climático en los entornos residenciales de las capas altas, medias y bajas de la Comunidad de Madrid: Otra forma de desigualdad socio-espacial”, en Moreno, A. (coord.): La distribución de la renta en la Comunidad de Madrid. Análisis y aplicaciones. Madrid, Instituto de Estadística de la Comunidad de Madrid, pp. 153-175.
  • Olivera, A. (1993): Geografía de la Salud. Colección Espacios y Sociedades. Madrid, Síntesis.
  • Sierra, M., Díaz, J., Montero, J.C., Alberdi, J.C., y Mirón, I.J. (1997): “Mortalidad diaria en la Comunidad de Madrid durante el periodo 1986-1991 para el grupo de edad de 45 a 65 años: su relación con la temperatura del aire”, Revista Española de Salud Pública, 71, pp.149-160.