La violence indirecte : qu'est-ce que c'est et comment l'éviter ?

La violence indirecte transforme un tiers — généralement des enfants — en un instrument pour nuire à une personne. Nous vous disons ce que c'est et comment le reconnaître.
La violence indirecte : qu'est-ce que c'est et comment l'éviter ?

Dernière mise à jour : 20 mai, 2022

Il existe différentes manières de blesser et de “punir” une personne. Dans la violence de genre, il y a la violence indirecte, qui est généralement appliquée par un homme – partenaire ou ex-partenaire – lorsqu’il ne peut pas obtenir ce qu’il veut.

En d’autres termes, l’agresseur essaie de changer la volonté de son partenaire et cherche d’autres “fronts” pour l’attaquer. Plus précisément, ce sont souvent les enfants ou les proches de la femme qui subissent des dommages collatéraux. Voyons en détail de quoi il s’agit.

Qu’est-ce que la violence indirecte ?

La violence indirecte est une façon de faire pression sur une autre personne en s’attaquant à son point faible. Cette maltraitance ne s’exerce pas “directement” sur la personne concernée, mais sur les personnes qui l’entourent.

C’est peut-être l’une des formes d’abus les plus douloureuses et le coup le plus bas qu’une personne puisse porter lorsqu’elle veut blesser une autre. Elle est considérée comme faisant partie de la violence de genre, car c’est une raison fréquente dans les cas où un homme cherche à nuire et à dominer une femme.

À cette fin, il a tendance à utiliser ses fils ou ses filles comme instruments. Bien que les utiliser soit le plus courant, cela peut aussi être contre leurs parents, leurs frères et sœurs ou un être cher.

Parfois, il existe des signes préalables, allant de menaces à des atteintes explicites aux enfants. Par exemple, lorsqu’ils rentrent chez la mère avec des biens endommagés.

Qu'est-ce que la violence indirecte ?
La violence indirecte est une forme de violence sexiste. Prêter attention à ses signaux est extrêmement important pour éviter des issues fatales.

Certaines des caractéristiques qui permettent de le reconnaître sont les suivantes :

  • Le but est de nuire à la femme. Par exemple, lorsque le père est avec ses enfants, il n’est pas intéressé à passer du temps de qualité avec eux, mais se concentre plutôt sur la critique et l’insulte de la mère.
  • Elle est basée sur la violence patriarcale, car à travers sa performance, il cherche à faire passer un message ; montrer qui a le pouvoir et ce qui se passe quand elle ne se conforme pas ou ne lui donne pas ce qu’il veut.
  • Les fils et les filles sont des otages ou des objets, ils sont les moyens par lesquels il va faire du mal à la femme. Il les utilise également pour obtenir des informations sur la mère; où il est ou ce qu’il fait.

Conséquences sur les garçons et les filles

Sans aucun doute, les conséquences sur les enfants sont graves. Les cas extrêmes de violence aboutissent à l’homicide, mais il existe d’autres conséquences intermédiaires et non moins graves.

Parmi eux, on retrouve le “lavage de tête” sur ce qu’est leur mère et son comportement, la manipulation et la situation (pas toujours explicite) de leur faire choisir entre un parent et un autre.

Ainsi se tisse une instrumentalisation de ces garçons et filles, dépossédés de tous droits, et qui sont impliqués dans un contexte conflictuel qui —de toute façon— devrait se résoudre entre adultes.

Ainsi, ce sentiment de sécurité et de protection que devrait procurer le séjour chez le parent devient une torture et un inconfort permanent. Pour cette raison, la santé physique et psychologique des enfants commence à souffrir.

L’avocat Peral López nous invite à rendre la violence indirecte encore plus complexe ; le concevoir comme une triple violence. En ce sens, ce n’est pas seulement que les enfants sont utilisés pour faire du mal, mais qu’ils sont eux-mêmes les protagonistes et les sujets du mal.

“Ils le vivent dans leur propre chair” et sont aussi témoins des mauvais traitements qui sont exercés contre leur mère.

Qu'est-ce que la violence indirecte ?
Dans la violence indirecte, les enfants sont souvent instrumentalisés pour manipuler ou violer la mère.

Violence indirecte : des contrôles qui ont échoué auparavant

La violence indirecte est l’une des nombreuses formes de violence subie par une femme qui se trouve dans une relation hostile et agressive. La pointe de l’iceberg, qui dans ce cas est la violence physique et même le suicide, n’est qu’une des faces visibles de ce phénomène complexe.

Il est nécessaire de soutenir et d’accompagner, de manière systémique et à travers de multiples acteurs et institutions, une femme victime de violence de genre.

Lorsque leurs enfants sont devenus le “trophée” d’un père violent, de multiples alarmes et mesures ont échoué qui auraient dû garantir des droits.

Quels sont les signes qui doivent attirer notre attention ? Par exemple, quand soudain un père qui ne s’est jamais occupé de ses enfants insiste pour réclamer des visites.

Bien sûr, on fera valoir ici qu’il s’agit d’un droit, mais il est très important de ne pas perdre de vue le fait que nous parlons d’un contexte et d’un cas d’une grande sensibilité et d’unicité, dans lequel le risque et le danger doivent être pris en compte.

En ce sens, un “phare” qui doit être pris en compte est le désir des garçons et des filles, ce qu’ils ressentent, dans quel état ils partent et dans quel état ils reviennent de la maison de leurs parents. Ils sont des sujets de droits et choisir et donner leur avis est extrêmement important.

N’attendons pas de compter un cas de plus ou que des années passent pour qu’une mesure soit prise. En tant que société, nous avons le devoir collectif de nous engager pour l’éradication de la violence, sous toutes ses formes.

Le changement est la somme des volontés et des actions individuelles. Pour cette raison, peut-être que notre grain de sable commence par ne pas rire des blagues qui objectivent les femmes ou ne normalisent pas le contrôle des messages que nous recevons sur le téléphone portable. Commençons par quelque chose pour ensuite moins regretter.

Cela pourrait vous intéresser ...
Violence conjugale : quels effets psychologiques peut-elle entraîner ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Violence conjugale : quels effets psychologiques peut-elle entraîner ?

Découvrez ici quels sont les effets psychologiques de la violence conjugale. Les connaître permet de les surmonter plus facilement.



  • Pacheco E, Bártolo A, Pereira A, Duarte JC, Silva CF. The role of fear in the relationship between vicarious violence at work and work ability in nurses: A cross-sectional study. Nurs Health Sci. 2022 Mar;24(1):132-139. doi: 10.1111/nhs.12904. Epub 2022 Jan 3. PMID: 34783132.
  • Bárbara; LÓPEZ-ANGULO, Yaranay. Violencia vicaria en el contexto de la violencia de género: un estudio descriptivo en Iberoamérica. CienciAmérica, [S.l.], v. 11, n. 1, p. 11-42, ene. 2022. ISSN 1390-9592. Disponible en: <http://cienciamerica.uti.edu.ec/openjournal/index.php/uti/article/view/381>. Fecha de acceso: 19 abr. 2022 doi: http://dx.doi.org/10.33210/ca.v11i1.381.
  • López, M. D. C. P. (2020). Responsabilidad pública en materia de violencia de género (Especial referencia a las hijas e hijos de madres maltratadas). FEMERIS: Revista Multidisciplinar de Estudios de Género5(2), 166-182.