Le nesting ou les bienfaits de ne rien faire

4 mai 2020
Le nesting est une pratique qui, curieusement, consiste à ne rien faire et se détendre chez soi. Bien qu'elle ne soit pas pratique dans certains cas, elle peut être très bénéfique pour beaucoup.

Découvrez le nesting, les bienfaits de ne rien faire, car votre tranquillité n’a jamais été aussi importante. “S’ennuyer” et rester à la maison n’a rien de mal. Au contraire, c’est ce que l’on appelle aujourd’hui le nesting et il s’agit d’une tendance prometteuse.

Cela provient du terme anglais nest qui se traduit par “nid”. De plus en plus de personnes se tournent vers cette pratique très simple comme forme de thérapie et de connaissance de soi.

Le nesting comprend des tâches quotidiennes et agréables comme prendre un bain avec beaucoup de mousse, lire un livre, dormir dès que l’envie nous prend, dessiner un mandala, ou faire du jardin.

Ces activités sont toutes à réaliser à la maison et à la portée de tous, sans avoir à quitter le nid pour participer à l’une d’entre elles.

Qu’est-ce que le nesting ?

Une femme qui boit un thé chez elle : un exemple de nesting

Le nesting est un moyen de réagir face au passage frénétique des heures de la vie quotidienne. Tout comme le hyggele nesting a également commencé à se pratiquer dans les pays nordiques et s’est maintenant étendu à un nombre étonnant d’endroits.

La raison pour laquelle de plus en plus de personnes décident d’arrêter leurs occupations et d’adopter ce mode de vie, c’est parce qu’il contribue réellement au bien-être, réduit l’anxiété et le stress.

Par ailleurs, le nesting est une option assez peu coûteuse car, en plus de profiter de la chaleur de la maison, il contribue à renforcer les liens avec la famille.

Cela vaut la peine de prendre un moment et de réfléchir aux longues journées de travail et à cette obligation de remplir les weekends avec toutes sortes d’activités. Qui, la plupart du temps, sont planifiées longtemps à l’avance et perdent de leur spontanéité.

Découvrez également : Qu’est-ce que la logothérapie ?

Le devoir de socialiser

Cela se passe aussi généralement avec les plus petits de la maison qui, une fois sortis de l’école, doivent suivre les cours ou les activités extra-scolaires organisés par leurs parents.

D’autre part, il existe une espèce de tendance qui impose de partager le temps libre avec d’autres couples, proches ou amis, et d’aller au restaurant ou faire une promenade. Bien évidemment, ce n’est pas un mal. Seulement, nous constatons que le temps consacré au repos et au plaisir personnel est de moins en moins important.

Il en va de même avec les téléphones portables et la nécessité de répondre aux messages, de consulter ses mails et d’être présent sur les réseaux sociaux. Tout cela se traduit par une charge de stimulations trop étouffantes qui ne s’améliorent pas si le mode de vie est déjà écrasant.

Parfois, le corps tombe malade parce qu’il a besoin de se reposer. Il n’y a rien de mal à rester à la maison, sur le canapé, avec une couverture, une boisson chaude et un peu d’espace pour nous-même.

Ainsi, le refuge de la maison devient l’endroit le plus sûr pour nous connecter avec notre monde intérieur, récupérer de tout cet épuisement et savourer notre propre compagnie.

Lisez aussi: Techniques de relaxation pour les périodes de crise

Dans quels cas le nesting n’est pas recommandé ?

Le nesting n'est pas toujours une bonne chose pour les personnes anxieuses

Il est important de préciser que le nesting n’est pas recommandé dans tous les cas, en particulier en présence de certains cas cliniques. Effectivement, le nesting n’est pas judicieux pour les personnes souffrant d’anxiété, qui traversent un deuil ou une dépression.

Dans les cas décrits, les personnes présentent des symptômes d’isolement et il n’est pas possible de faire le choix de rester à la maison pour en profiter. En revanche, il est conseillé de consulter un thérapeute et de suivre ses indications.

Le nesting doit être une pratique pour le plaisir. Ceux qui n’ont pas une vie professionnelle très active restent parfois à la maison par “obligation”, mais le nesting n’a rien à voir avec cela.

Comment pratiquer le nesting ?

Voici quelques-unes des règles pour suivre cette tendance :

  • Faire quelque chose qui nous plaît (lire, peindre, regarder un film, changer l’engrais des plantes, jouer avec son animal, etc)
  • Eviter les programmes fastidieux
  • Faire des choses qui favorisent la relaxation
  • Vivre sans se presser
  • Ne pas s’imposer de terminer une tâche juste par obligation
  • Apprécier une bonne compagnie
  • Être conscient et appliquer le mindfulness. Autrement dit, maintenir le mental dans le présent
  • Il est conseillé de ranger et de nettoyer la maison

En plus de ces recommandations, il est préférable que ce soit la lumière naturelle qui éclaire les espaces de la maison. Effectivement, l’environnement et la décoration sont essentiels pour trouver le calme. Certaines personnes choisissent de placer des plantes naturelles à certains endroits.

La simplicité est également précieuse. Il ne sert à rien d’avoir une maison remplie d’objets s’ils ne font que charger l’espace. L’environnement domestique doit lui-même refléter le calme.

Enfin, si vous souhaitez donner forme à cet espace, il est judicieux de réduire progressivement la quantité d’objets inutiles et d’ajuster chaque recoin jusqu’à le remplir de paix. Ainsi, cela vous permettra également de travailler sur votre nouveau mode de vie.

 

  • Picón, J. (2010). Guia del descanso saludable. Colegío Profesional de Fisioterapeutas.
  • Salinas., D. (2012). Estrés. In Prevención y afrontamiento del estrés laboral.
  • Sandín, B. (2003). El estrés: un análisis basado en el papel de los factores sociales. Revista Internacional de Psicología Clínica y de La Salud = International Journal of Clinical and Health Psychology.
  • Suhail Velazquez Cortes. (2009). Hábitos y estilos de vida saludable. Programa Institucional Actividades De Educacion Para Una Vida Saludables.
  • Universidad de Las Palmas de Gran Canaria. (2015). Necesidad de descanso y sueño. Enfermeria Comunitaria.
  • Fernández-Castro, J., Martínez-Zaragoza, F., Rovira, T., Edo, S., Solanes-Puchol, Á., Martín-del-Río, B., … & Doval, E. (2017). How does emotional exhaustion influence work stress? Relationships between stressor appraisals, hedonic tone, and fatigue in nurses’ daily tasks: A longitudinal cohort study. International journal of nursing studies, 75, 43-50.
  • Linnet, J. T. (2011). Money can’t buy me hygge: Danish middle-class consumption, egalitarianism, and the sanctity of inner space. Social Analysis, 55(2), 21-44.
  • Wielgosz, J., Goldberg, S. B., Kral, T. R., Dunne, J. D., & Davidson, R. J. (2019). Mindfulness meditation and psychopathology. Annual review of clinical psychology, 15, 285-316.