Le syndrome de stress post-traumatique : symptômes, causes et traitement

28 avril 2020
Le syndrome de stress post-traumatique peut être très handicapant. Si vous reconnaissez l'un de ces symptômes chez vous ou chez un de vos proches, n'hésitez pas à consulter un spécialiste.

Le syndrome de stress post-traumatique, également appelé SSPT, est un trouble mental que certaines personnes éprouvent après avoir été exposées à un événement traumatisant. Des événements tels que vivre une catastrophe naturelle, une guerre, un accident grave, une agression sexuelle ou un enlèvement peuvent déclencher le trouble.

En réalité, presque tout le monde développe une sorte de réaction après avoir vécu ou été témoin d’une situation traumatisante. Ainsi, dans les semaines qui suivent l’événement, il est courant de devenir plus alerte, plus craintif ou plus inquiet de l’expérience. Il s’agit d’une réaction aiguë à un stress important.

Heureusement, la plupart des gens se rétablissent naturellement au fur et à mesure qu’ils assimilent ce qui s’est passé. Cependant, certains peuvent ne pas être en mesure de le gérer correctement et continuer à éprouver des symptômes même lorsque le danger n’est plus présent.

Quels sont les symptômes du syndrome de stress post-traumatique ?

Chaque personne réagit différemment à un événement traumatique, mais de nombreux symptômes sont communs. Pour qu’un diagnostic de SSPT soit posé, les signes suivants doivent être présents depuis au moins un mois et ils doivent entraîner une détresse cliniquement significative :

Le stress post-traumatique chez une femme

 

Symptômes de réminiscence

  1. Souvenirs douloureux récurrents
  2. Cauchemars
  3. Détresse psychologique intense ou prolongée
  4. Réactions physiologiques telles que l’hyperventilation, les malaises digestifs, la fatigue extrême ou les contractures

Symptômes d’évitement

  1. Éviter les souvenirs, les pensées ou les sentiments liés à l’événement traumatisant
  2. Éviter toute personne, tout lieu, toute activité ou toute situation qui déclenche des souvenirs de l’expérience traumatisante

Symptômes cognitifs et d’humeur

  1. Difficulté à se souvenir des aspects importants de l’événement traumatique
  2. Sentiments de culpabilité déformés
  3. État émotionnel négatif
  4. Perte d’intérêt pour les activités de loisirs
  5. Sentiment de détachement

Symptômes de réactivité

  1. Irritabilité exacerbée
  2. Comportement autodestructeur
  3. Hypervigilance
  4. Sursauter facilement
  5. Difficulté de concentration
  6. Troubles du sommeil

En outre, les sujets peuvent présenter les symptômes dissociatifs suivants :

  • Dépersonnalisation : la personne a l’impression de ne pas faire partie de son propre corps
  • Non-réalisation : le sujet a le sentiment que ce qu’il vit n’est pas réel

Lire aussi : 6 effets de la maltraitance psychologique que vous devez connaître

Pourquoi certaines personnes souffrent-elles de stress post-traumatique et d’autres pas ?

Comme nous en avons discuté au début, la plupart des gens se rétablissent naturellement après une expérience traumatisante. Plusieurs raisons expliquent pourquoi certaines personnes développent un SSPT et d’autres pas. Toutefois, un certain nombre de facteurs nous y prédisposent. Voici les plus importants :

  • Être une femme. Le SSPT touche un homme pour deux femmes
  • Avoir des antécédents de troubles mentaux ou de consommation de drogues
  • Avoir vécu une ou plusieurs expériences traumatisantes pendant l’enfance
  • Présenter un faible taux de sérotonine
  • Être témoin d’une blessure ou d’un décès lors de l’événement traumatique
  • Avoir une crise de panique pendant ou peu après les événements
  • Faire face à un deuil, une douleur physique, une blessure, une perte de travail ou de domicile à la suite de l’incident
  • Vivre à proximité du lieu où l’événement s’est produit
  • Ne pas avoir de soutien émotionnel
  • Sentiment d’impuissance ou de peur extrême

La combinaison de ces facteurs entraînera chez le sujet des symptômes de stress post-traumatique plus ou moins intenses. Ainsi, il ne sera pas identique pour une personne de ne vivre qu’une seule de ces circonstances comme c’est le cas pour la plupart d’entre elles.

Traitement du syndrome de stress post-traumatique

Comme tout autre trouble mental, le SSPT peut être traité. De fait, il existe différentes méthodes pour améliorer la vie des patients.

Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale s’est avérée être l’une des meilleures solutions pour traiter le trouble de stress post-traumatique. Parmi ses techniques, certaines des plus appropriées sont :

  • Restructuration cognitive : le patient apprend à identifier ses croyances irrationnelles sur ce qui s’est passé et à les remplacer par des croyances plus appropriées
  • Formation aux méthodes de relaxation : ces techniques seront essentielles pour que le patient puisse mieux gérer son anxiété. Ainsi, elle pourra apprendre à pratiquer la respiration profonde, la relaxation musculaire progressive de Jacobson, la méditation, le Tai Chi ou la visualisation, entre autres
  • Thérapie d’exposition : lorsque le patient contrôle déjà son anxiété de manière plus adéquate, il peut s’exposer aux stimuli qui ont causé le traumatisme
  • Thérapie de traitement cognitif de Resick et Schnicke : ce traitement intègre des aspects de la thérapie cognitive à la théorie du traitement de l’information
Le stress post-traumatique peut être combattu en thérapie

 

Groupes de soutien

Ces groupes peuvent être très utiles pour de nombreux patients, surtout s’ils ne bénéficient pas d’un environnement favorable qui comprend leur situation. Partager des expériences similaires vous permet de verbaliser votre douleur, de la mettre en perspective et d’apprendre des autres qui ont vécu la même chose.

EMDR

Cette technique a été mise au point dans les années 1980 par la neurologue Francine Shapiro et a depuis lors aidé des millions de personnes souffrant de troubles de stress post-traumatique.

La méthode consiste à provoquer une série de mouvements oculaires, de stimuli auditifs et de légères caresses sur le corps du patient. Celles-ci permettent de réduire les effets du traumatisme en traitant mieux l’expérience et en remplaçant les pensées et sentiments négatifs par des pensées et sentiments plus appropriés.

Médicaments

Si nécessaire, les ISRS (antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) diminuent l’intensité des symptômes du SSPT et soulagent la dépression.

Il est important de rappeler qu’ils doivent être prescrits par un professionnel et qu’un protocole spécifique doit être suivi lorsqu’elles sont arrêtées.

A lire également : 14 troubles psychologiques étranges et méconnus

Conclusions sur le stress post-traumatique

Bien que les symptômes du syndrome de stress post-traumatique soient souvent difficiles à gérer, la plupart des personnes qui suivent une thérapie parviennent à surmonter le traumatisme. Avec le temps, elles pourront se souvenir de ce qui s’est passé sans être submergées par la peur et la détresse.

Un événement traumatisant sera toujours présent ; la thérapie ne le fera pas oublier. Toutefois, elle permettra à la personne de ne plus être ancrée dans le passé et d’intégrer le souvenir comme une expérience dont elle a peut-être beaucoup appris.

 

  • Asociación Americana de Psiquiatría. (2013). DSM V: Manual Diagnóstico y Estadístico de Trastornos Mentales (Quinta Edición Revisada).
  • Badós, A. (2017). Trastorno por estrés postraumático. Facultad de Psicología. Universidad de Barcelona.
  • Carvajal, C. (2002). Trastorno por estrés postraumático: aspectos clínicos. Revista chilena de neuropsiquiatría. V. 40 (Suplemento 2): 20-34
  • Resick, P. A., Monson, C.M. & Chard, K.M. (2008). Cognitive processing therapy vet- eran/military vaersion: Therapist Manual. Washington, DC: Department of Veterans’ Affairs.