Les cosmétiques peuvent-ils irriter la peau ?

15 février 2021
Les cosmétiques peuvent irriter la peau, provoquant des effets tels que rougeurs et inflammations. Si cela se produit trop fréquemment, cela peut endommager la peau. Tous les cosmétiques, même hypoallergéniques, peuvent provoquer des effets indésirables.

Les chiffres indiquent qu’il y a à peine deux décennies, 15% des dermatites de contact étaient causées par les cosmétiques. Aujourd’hui, ce nombre a doublé. Cela signifie que les cosmétiques peuvent irriter la peau et que leur utilisation a augmenté ce problème.

On estime que l’industrie cosmétique utilise environ 8 000 éléments dans la production de ses produits. Avec un tel volume, il est clair qu’un ou plusieurs de ces composants cosmétiques peuvent irriter la peau, mais il n’est pas facile de détecter lequel d’entre eux affecte une personne en particulier.

Les cosmétiques peuvent irriter la peau ou provoquer une réaction allergique. Ce sont deux processus différents qu’il faut différencier. L’irritation se manifeste principalement par une rougeur et une inflammation. Dans la réaction allergique, en revanche, se produisent des démangeaisons, des brûlures et souvent, des cloques se forment.

Les cosmétiques peuvent-ils irriter la peau ?

Les composants des cosmétiques peuvent irriter la peau.
Les composés chimiques présents dans les cosmétiques peuvent provoquer des irritations ou des réactions allergiques.

Il est clair que les cosmétiques peuvent irriter la peau. Rappelons que la peau est le plus grand organe du corps et qu’elle est aussi une voie de pénétration pour de nombreux agents chimiques. En termes techniques, la réaction indésirable à un élément ou à un composant est appelée dermatite de contact. Cette dermatite peut être irritante ou allergique.

Il n’y a pas de cosmétique sûr à cent pour cent. Tous les cosmétiques peuvent irriter la peau dans une plus ou moins grande mesure. Ceux-ci peuvent inclure des savons de tous les jours et des mousses à raser pour hommes, pas seulement du maquillage.

De même, personne n’est exempt de la dermatite de contact du fait de l’utilisation de cosmétiques. De toute évidence, les personnes à la peau atopique sont plus sujettes à souffrir de dermatite. Il en va de même pour ceux qui ont des antécédents de rhinite ou de conjonctivite allergique.

Cet article pourrait vous intéresser : 6 remèdes maison pour traiter la dermatite de contact

Composants irritants

D’une manière générale, les parfums et les conservateurs sont les éléments responsables de la majorité des irritations et allergies cutanées. En particulier, il a été établi que les composés cosmétiques suivants peuvent irriter la peau plus fréquemment :

  • Ammoniac. Il est principalement présent dans les teintures capillaires et les produits utilisés pour fabriquer des permanentes. Il produit une irritation ou une réaction allergique.
  • Sulfate. C’est un composant de nombreux shampooings, sous forme de lauryl sulfate de sodium et de laureth sulfate de sodium. Il est important de vérifier l’étiquette du shampooing lorsque vos cheveux sont secs. De même, restez attentifs aux démangeaisons sur le cuir chevelu après avoir utilisé le produit.
  • Colorants pour fards à paupières. Son effet se manifeste par une rougeur, une inflammation des yeux et même des larmes.
  • Rétinol. C’est le composant vedette de nombreuses crèmes anti-âge. Certaines personnes le trouvent irritant et sec.
  • Acide salicylique. On le trouve principalement dans les crèmes anti-imperfections. Dans certains cas, ce produit augmente non seulement les imperfections, mais provoque également une irritation supplémentaire.
  • Acide glycolique. Parfois, ce produit provoque des rougeurs, de la sécheresse ou des brûlures. Il se trouve principalement dans les produits exfoliants. Dans ces cas, il est préférable d’utiliser des produits contenant de l’acide lactique.
  • Parfums. Ils sont régulièrement associés à une irritation cutanée.
  • Aluminium et toluène. Les déodorants contenant de l’aluminium ont été fréquemment associés à une irritation cutanée. Il en va de même pour les vernis à ongles contenant du toluène, du formaldéhyde ou du DBP.

Autres produits irritants

Ces composants présentent un potentiel important d’irritation ou d’allergie : euxyl K-400, kathon et baume péruvien, en poudres compactes ; le gallate de propyle, le gallate d’octyle et le mercure, dans les rouges à lèvres ; sulfate de nickel, dans les masques pour cils et eye-liner ; et thiomersal dans les ombres à paupières.

Découvrez aussi : Préparer la peau pour un maquillage naturel

Données à prendre en compte

Une femme atteinte de dermatite faciale.
Bien que la plupart du temps, il suffise d’éviter le produit qui provoque la réaction allergique, dans d’autres cas, il est nécessaire d’aller chez le dermatologue pour trouver un autre traitement.

Dans de nombreux cas, le cosmétique est la cause de la réaction irritative ou allergique. Cependant, il ne peut être exclu qu’il y ait un problème antérieur à l’origine de cette réaction. Lorsqu’il y a une irritation très fréquente ou très intense, il est ainsi toujours nécessaire de consulter un dermatologue.

En règle générale, une irritation apparaît peu de temps après l’utilisation du produit. Par conséquent, il est très important de faire attention pour identifier la cause du problème. Parfois, il suffit d’éviter le produit qui provoque la réaction et tout s’arrange.

Les cosmétiques peuvent également irriter la peau s’ils ne sont pas utilisés correctement. Ceux-ci ont une date d’expiration, après laquelle ils peuvent provoquer non seulement des effets indésirables mineurs, mais aussi une infection. Ces types de produits doivent être stockés dans des endroits secs et frais. Autrement, ils risquent de changer de composition.

En outre, il est nécessaire de garder tous les articles de maquillage propres. Les pinceaux, broches, applicateurs, etc. doivent ainsi être lavés fréquemment. Ces articles sont réservés à un usage personnel et il n’est pas approprié de les partager.

  • De Lapuente, J., Borras, M., González-Linares, J., Llanas, H., Mitjans, M., Ramos-López, D., & Vinardell, P. (2014). Los métodos alternativos en el estudio de la seguridad de cosméticos. Revista de toxicología, 31(2), 140-148.
  • Park, M. E., & Zippin, J. H. (2014, January). Allergic contact dermatitis to cosmetics. Dermatologic Clinics. https://doi.org/10.1016/j.det.2013.09.006
  • Zirwas, M. J. (2019, February 15). Contact Dermatitis to Cosmetics. Clinical Reviews in Allergy and Immunology. Humana Press Inc. https://doi.org/10.1007/s12016-018-8717-9
  • Goossens, A. (2011). Contact-Allergic Reactions to Cosmetics. Journal of Allergy2011, 1–6. https://doi.org/10.1155/2011/467071
  • Biebl, K. A., & Warshaw, E. M. (2006, April). Allergic Contact Dermatitis to Cosmetics. Dermatologic Clinics. https://doi.org/10.1016/j.det.2006.01.006
  • Ortiz, K. J., & Yiannias, J. A. (2004). Contact dermatitis to cosmetics, fragrances, and botanicals. Dermatologic Therapy. https://doi.org/10.1111/j.1396-0296.2004.04027.x