La vitamine C aide-t-elle à combattre les allergies ?

20 novembre 2020
Il est très habituel, avec les changements de saisons, de voir arriver des allergies. Nous allons ici vous montrer comment vous pouvez les combattre en consommant de la vitamine C.

La vitamine C aide à combattre les allergies car il s’agit d’un puissant antihistaminique et antiallergique naturel. Grâce à elle, les symptômes s’améliorent et, au fil du temps, les épisodes futurs diminuent.

Soigner les allergies est très important car elles peuvent être associées à des affections plus graves comme la sinusite ou l’asthme. Il ne s’agit pas de leur cause, mais elles compliquent le développement de ces troubles.

Il faut souligner que les allergies les plus communes sont les allergies de saison, qui se produisent en raison de facteurs externes tels que l’accumulation de poussière, les poils des animaux, l’humidité ou les fortes concentrations de pollen. Elles sont majoritairement dues aux changements de saisons, qui entraînent des modifications de l’environnement.

Qu’est-ce que la vitamine C ?

Les vitamines sont d’une grande importance pour le bon fonctionnement du corps. La vitamine C ou acide ascorbique est particulièrement essentielle pour la santé de la peau, des os et du tissu connectif.

Elle a aussi des propriétés antioxydantes qui favorisent la régénération des tissus et une bonne cicatrisation. Par ailleurs, elle est fondamentale dans la production de collagène et améliore l’absorption de minéraux comme le fer.

Ces fonctions dans le métabolisme se produisent quand les niveaux de ce nutriment sont bons. Le stimulus dans la réparation des lésions s’explique par son effet sur les fibroblastes. Il s’agit des cellules qui fabriquent le collagène, la protéine la plus présente dans le corps et qui maintient la turgescence de la peau. En plus de sa capacité antioxydante, on a associé l’acide ascorbique à un effet de ralentissement du vieillissement.

Sa consommation ne permettra pas seulement de combattre les allergies : elle maintiendra aussi l’organisme en bonne santé. L’effet nutritionnel général de la substance a des conséquences sur le système immunitaire et l’action des globules blancs, impliqués dans les mécanismes de réactivité face aux allergènes.

Une allergie chez une femme.

La rhinite est une condition allergique liée aux saisons, comme le printemps.

Quel rôle joue la vitamine C dans le traitement des allergies ?

La vitamine C a été étudiée dans le but de déterminer son incidence sur les allergies. Il a été démontré qu’elle renforçait le système immunitaire des personnes pendant des épisodes allergiques de rhinite. En d’autres termes, il s’agit d’un adjuvant dans les traitements qui s’appliquent pour ce trouble.

Ainsi, on a pu identifier que l’acide ascorbique produit une grande quantité de cytokines, une protéine qui aide les cellules à contrôler les réactions inflammatoires. En même temps, il stimule les cellules T pour combattre des infections qui pourraient être liées à l’allergie.

Au sujet de la façon dont cette vitamine combat les allergies, nous pouvons voir qu’elle a des effets comme la diminution des sécrétions nasales, du rougissement des yeux et des éternuements. Il s’agit des symptômes les plus communs et gênants, qu’il s’agisse de processus allergiques de saison ou de base.

Découvrez aussi : Vous souffrez de rhinite allergique ? Découvrez ces 5 remèdes maison

Doses adéquates de vitamine C

La vitamine C aide à combattre les allergies si on la consomme régulièrement et avec les doses dont l’organisme a besoin. Mais ne vous en faites pas, il se peut que vous la consommiez déjà de façon adéquate sans le savoir.

L’acide ascorbique est présent dans beaucoup des aliments que nous ingérons régulièrement. Et plus particulièrement dans des légumes comme le persil et le brocoli et des fruits comme la groseille, la fraise, les oranges, les citrons, la goyave et le kiwi.

Souvenez-vous que cuisiner ou stocker pendant longtemps un aliment peut lui faire perdre sa concentration en vitamine C. Il est donc préférable de consommer les fruits crus. Dans le cas des légumes, il sera plus judicieux de les cuire à la vapeur.

La dose recommandée de cette vitamine dépend de l’étape de vie dans laquelle se trouve la personne. Ainsi, un homme adulte doit consommer un total de 90 milligrammes de vitamine C par jour, tandis qu’une femme adulte doit en consommer 75 milligrammes.

De leur côté, les femmes enceintes, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), doivent ingérer un maximum de 60 milligrammes par jour, même si cette dose peut augmenter au moment de l’allaitement.

Suppléments avec de la vitamine C

Aujourd’hui, il est commun de trouver différents suppléments diététiques qui contiennent de la vitamine C. On peut en consommer si notre médecin généraliste nous a autorisé à le faire.

La consommation de ces suppléments est particulièrement recommandée chez ces personnes qui ont du mal à obtenir la vitamine de façon naturelle. Il est néanmoins conseillé de ne pas en consommer trop pour éviter des effets adverses comme des effets gastro-intestinaux, c’est-à-dire des brûlures d’estomac, diarrhées, nausées et vomissements.

Des aliments avec de la vitamine C.

Les agrumes sont de grandes sources de vitamine C, même s’il existe aussi des suppléments pharmacologiques.

Lisez aussi : 6 recettes riches en vitamine C

La vitamine C aide à combattre les allergies

En réalité, la vitamine C aide à combattre les allergies, alors assurez-vous d’avoir une alimentation équilibrée qui inclut les fruits et légumes mentionnés. Le succès de cette approche naturelle réside dans sa continuité, même quand vous ne souffrez pas d’un épisode allergique.

Grâce à cela, vous ferez diminuer les effets allergiques en hiver et au printemps. Les symptômes qui ont un impact sur votre qualité de vie se réduiront également. Si vous êtes asthmatique, cette approche est encore plus utile !

 

 

  • Vollbracht, C., Raithel, M., Krick, B., Kraft, K. y Hagel, AF (2018). Vitamina C intravenosa en el tratamiento de alergias: un análisis de subgrupos intermedios de un estudio observacional a largo plazo. Revista de investigación médica internacional , 46 (9), 3640–3655. https://doi.org/10.1177/0300060518777044
  • Carr, A. C., & Maggini, S. (2017). Vitamin C and Immune Function. Nutrients, 9(11), 1211. https://doi.org/10.3390/nu9111211
  • Chambial, S., Dwivedi, S., Shukla, K. K., John, P. J., & Sharma, P. (2013). Vitamin C in disease prevention and cure: an overview. Indian journal of clinical biochemistry : IJCB28(4), 314–328. https://doi.org/10.1007/s12291-013-0375-3
  • “Datos sobre la vitamina C”. National Institutes of Health Office of Dietary Supplements (2019).
  • García-Casal, M., Landaeta, M., de Baptista G., Murillo, C., Rincón, M., Bou Rached, L., Bilbao, A., Anderon, H., García, D., Franquiz, J., Puche, R., García, O., Quintero, Y., Peña-Rosas, J. “Valores de referencia de hierro, yodo, zinc, selenio, cobre, molibdeno, vitamina C, vitamina E, vitamina K, carotenoides y polifenoles para la población venezolana”.  ARCHIVOS LATINOAMERICANOS DE NUTRICIÓN, Órgano Oficial de la Sociedad Latinoamericana de Nutrición (2013).
  • Terán, L., Haselbarth-López, M., Quiroz-García, D. “Alergia, pólenes y medio ambiente”. Gac Méd Méx (2009). Diponible en: https://www.medigraphic.com/pdfs/gaceta/gm-2009/gm093f.pdf
  • Bastías M, José Miguel, & Cepero B, Yamira. (2016). La vitamina C como un eficaz micronutriente en la fortificación de alimentos. Revista chilena de nutrición43(1), 81-86. https://dx.doi.org/10.4067/S0717-75182016000100012
  • Casseb, Gabriel Ramon Matavelli, et al. “o Papel da Vitamina C nos Processos Cicatriciais.” International Journal of Nutrology 11.S 01 (2018): Trab576.
  • Miura, Kaori, et al. “Anti-allergic activity of monoacylated ascorbic acid 2-glucosides.” Molecules 22.12 (2017): 2202.
  • Mauro-Martín, San, and Elena Garicano-Vilar. “Papel de la vitamina C y los β-glucanos sobre el sistema inmunitario: revisión.” Revista Española de Nutrición Humana y Dietética 19.4 (2015): 238-245.
  • Couto, Meylene Aparecida Luzia, and Solange Guidolin Canniatti-Brazaca. “Quantificação de vitamina C e capacidade antioxidante de variedades cítricas.” Food Science and Technology 30 (2010): 15-19.