Les femmes ont besoin d’une année pour se rétablir après l’accouchement

· 28 juillet 2018
La puerpéralité est la période nécessaire de rétablissement dont la femme a besoin après l'accouchement. Il faut beaucoup plus que la fameuse quarantaine. Une année ou plus est le minimum nécessaire.

La célèbre quarantaine représente les 40 jours, environ, immédiatement après la naissance du bébé. Ce délai est souvent confondu avec la puerpéralité, la période dont nous avons besoin pour récupérer après l’accouchement.

La puerpéralité s’étend au-delà de 6 semaines de quarantaine. C’est un processus de récupération physique et émotionnelle dont la femme a besoin après 9 mois de gestation et après avoir donné naissance. Selon différentes études et théories, ce temps peut durer d’une année à deux ans, voir même trois.

Une année pour récupérer après l’accouchement

Une étude de l’année 2015, développée par le Dr Julie Wray, de l’Université de Salkford, au Royaume-Uni, a révélé cette information. « Les femmes ont besoin d’au moins un an pour se rétablir après l’accouchement. Les changements hormonaux et physiques que le corps de la femme vit pendant la grossesse ne se terminent pas avec l’accouchement.  »

La puerpéralité implique également des changements physiques et émotionnels pour s’adapter à la nouvelle réalité d’être une mère. Le chercheur a interrogé des femmes de plusieurs pays qui avaient accouché et passé deux à trois semaines, trois mois et six à sept mois après la naissance de leurs enfants.

La maman a besoin de temps après l'accouchement

Wray a constaté que pour la plupart des mères, l’idéal serait d’avoir au moins 12 mois de récupération postnatale, ce qui inclut à la fois le physique et l’émotionnel. « Les femmes estiment qu’elles prennent plus de six semaines pour se rétablir et devraient recevoir un soutien au-delà de six à huit semaines après la naissance« , a déclaré le chercheur.

La puerpéralité

La recherche susmentionnée fait référence au temps estimé que les nouvelles mères estimaient nécessaire pour se rétablir après l’accouchement. Mais pour la psychologue argentine Laura Gutman, auteur du fameux livre « Maternité et la rencontre avec son ombre« , la puerpéralité dure jusqu’aux 2 ou 3 ans de la vie du bébé.

Maman et bébé sont la même unité émotionnelle. L’accouchement « casse » l’unité physique qui était mère et bébé pendant les 9 mois de gestation. Bien qu’ils ne soient plus une unité, ils restent émotionnellement unis et la séparation prend du temps.

Pour le thérapeute familial, la puerpéralité est une période où il y a des situations qui ne sont pas entièrement physiques. Elles ne sont ni concrètes, mais non moins réelles, qui affectent la stabilité de la femme. L‘accouchement est une forte « déstructuration émotionnelle » où nous sommes passés de l’un à l’autre.

L’ombre d’elle-même

La puerpéralité nous confronte avec ce qui est en dehors de notre contrôle. Avec ce qui est en nous, avec nos propres ombres et conflits. Pour émerger reconstitué et renouvelé de cette confrontation, nous devons être conscients du processus que nous vivons et récupérer après l’accouchement.

Temps nécessaire après l'accouchement du bébé

Alors que nous évoluons dans cet univers qui se déplace entre le mystique, l’énergétique et l’émotionnel, nous avons un nouveau-né dans nos bras dont nous devons prendre soin. Mais, précisément, le bébé pleure parce qu’il exprime la douleur. Et les peurs de la femme sont déclenchées après la naissance.

Nous vous recommandons de lire : Comment interpréter les pleurs de votre bébé ?

Peut-être que nos grand-mères l’ont fait plus facilement parce que leur seule occupation était la maison et les enfants. Mais la femme d’aujourd’hui, active, ordonnée, entreprenante, travailleuse, est différente.

Les mères doivent passer de l’immensité de leur monde émotionnel au monde concret qui implique le travail. Mais également l’argent, les soucis quotidiens, puis revenir au rythme du bébé. Nous ne sommes pas prêts, et notre environnement non plus, à faire ce transit en toute sécurité, sans tomber dans le désespoir. Ou sans possibilité de demander de l’aide.

Quand il n’y a pas de temps pour la récupération

Compte tenu de la situation émotionnelle complexe décrite par Guttman, il est évident qu’attendre que la femme retrouve sa normalité d’avant la grossesse, sa sexualité, sa vie professionnelle, est une fantaisie impossible à réaliser en 6 semaines.

La vérité est que toutes les mères n’ont pas la chance de pouvoir se consacrer entièrement aux soins du bébé, alors qu’elles se rétablissent physiquement et émotionnellement. Beaucoup, des millions, ont d’autres enfants, n’ont pas d’aide de leur père, et doivent aller travailler. Il semble qu’il n’y ait pas de temps pour leur rencontre avec elles-mêmes.

L'accouchement nécessite du temps de repos

La réalité à laquelle sont confrontées des millions de femmes et de mères qui travaillent est que, dans leur pays, il n’y a pas de congé de maternité qui leur permet de se rétablir après l’accouchement. La femme doit aller au travail, elle doit trouver quelqu’un pour prendre soin du bébé, et elle perd l’opportunité de prendre conscience des options émotionnelles que la puerpéralité lui offre.

Lire aussi : 6 signes de carence affective chez les enfants

La réalité des mères qui travaillent

Seuls 34 pays se conforment à la recommandation de l’Organisation internationale du travail (OIT) d’accorder au moins 14 semaines de congé de maternité, avec une rémunération d’au moins deux tiers du revenu antérieur.

La plupart des congés de maternité ne sont pas adaptés aux besoins de la mère et du bébé. À quelques exceptions près : la Croatie accorde 410 jours de congé postnatal. Des pays comme le Monténégro, la Bosnie et l’Albanie offrent également 365 jours de congé postnatal. Le Royaume-Uni (315 jours), la Norvège (315) et la Suède (240).

A l’extrême opposé, la majorité des congés des pays d’Afrique et d’Asie n’excèdent pas 8 semaines. En plus de l’attachement au bébé, c’est une question de santé physique et émotionnelle pour la femme de récupérer après l’accouchement. La route que nous devons encore parcourir pour reconnaître les besoins de la femme et de son bébé est encore longue.