Les propriétés antiparasitaires du thym

Le thym améliore significativement la qualité organoleptique des plats. Tentez d'en consommer régulièrement.
Les propriétés antiparasitaires du thym

Dernière mise à jour : 20 octobre, 2021

Nous vous invitons ici à découvrir les propriétés antiparasitaires du thym et ses effets bénéfiques pour l’organisme. En effet, entre autres conséquences positives, le thym élimine les poux, les parasites et les puces.

Ce qu’il faut savoir sur le thym

Le thym est un arbuste aromatique qui est utilisé pour donner de la saveur et de l’arôme aux aliments. Cependant, c’est aussi un puissant remède naturel. Il en existe différents types, mais le plus connu est le thym blanc.

Le thym est utilisé depuis l’Antiquité – il existe des traces de son application à l’époque romaine – à des fins médicinales, mais aussi pour aromatiser les vins et les fromages. Aujourd’hui, d’autres propriétés sont également reconnues, notamment dans le domaine de l’esthétique.

A quoi sert le thym ?

Les utilisations les plus fréquentes du thym sont liées à la gastronomie. Cependant, il présente également des avantages pour les systèmes digestif et respiratoire. Le thym :

  • Réduit les gaz, en raison de ses propriétés carminatives
  • Soulage la toux et les mucosités, grâce à ses propriétés expectorantes
  • Soigne les plaies, et même les plaies ouvertes, grâce à son pouvoir antiseptique
  • Équilibre le pH du cuir chevelu et élimine les pellicules et les dermatites
  • Soulage les problèmes bucco-dentaires tels que la gingivite ou les aphtes
  • Traiter les infections à Candida albicans et la vaginite
  • Réduit la douleur causée par les rhumatismes ou l’arthrite
  • Favorise la circulation sanguine
  • Prévient le vieillissement prématuré des cellules, car il possède des propriétés antioxydantes
  • Soulage les règles douloureuses ou difficiles
  • Réduit l’intensité des migraines et des maux de tête
  • Renforce le système immunitaire et prévient le rhume et la grippe
  • Combat tous types d’infections urinaires (urétrite, cystite, prostatite)
  • Prévient la mauvaise haleine
  • Protège les dents
  • Traite la diarrhée chez les enfants
  • Repousse les moustiques et autres insectes

Cependant, toutes ces propriétés ne sont pas démontrées par la science. La littérature scientifique démontre seulement ses propriétés antimicrobiennes. Elle indique également que l’association du thym à un traitement pharmacologique améliore le pronostic en cas de bronchite, comme l’explique cet article.

Le thym.

Les propriétés antiparasitaires du thym

Usage interne

Depuis l’Antiquité, le thym est utilisé pour éliminer les parasites intestinaux. Il permet également de lutter contre les vers. Cependant, il est à noter que son efficacité n’a pas été prouvée par la communauté scientifique.

Une tisane de type “lavement” permettrait d’expulser les oxyures, des parasites très fréquents chez les enfants. Voici comment préparer cette infusion :

Ingrédients

  • ½ litre d’eau
  • 2 cuillères à soupe de thym

Préparation

  • Faites bouillir les deux ingrédients pendant 10 minutes.
  • Après ce temps, éteignez le feu et laissez refroidir quelque peu le mélange.
  • Filtrez le mélange et buvez-le à jeun.
  • Il ne doit pas être sucré, ni dilué ou mélangé à d’autres boissons.
  • Buvez une tasse tous les jours pendant une semaine. Durant ces 7 jours, vous devez éviter de consommer des sucres et des farines raffinées.

Parasites internes

Les adultes porteurs de parasites internes peuvent suivre un traitement basé sur les propriétés antiparasitaires du thym. Il est à noter que ce remède naturel ne doit pas remplacer le remède pharmacologique. Voici les étapes de sa préparation :

Ingrédients

  • 1 poignée de thym frais
  • 1 litre d’eau

Préparation

  • Mettez le tout dans une casserole et faites chauffer jusqu’à ébullition.
  • Retirez le mélange du feu et laissez reposer pendant 15 minutes.
  • Filtrez le mélange et buvez-le en plusieurs fois. Buvez la première tasse à jeun et la dernière avant d’aller dormir.
  • Répétez le traitement pendant une semaine tout en suivant un régime de désintoxication à base de légumes, de fruits et de grains entiers. Tout ce qui contient des fibres favorisera l’élimination des vers et des amibes.

Usage externe

Son action antiparasitaire s’applique non seulement aux vers intestinaux, mais sert également à éliminer les puces, les poux, la gale et les champignons des ongles ou de la peau. Préparez cette infusion :

Ingrédients

  • 1 litre d’eau
  • 120 grammes de fleurs et feuilles de thym séchées

Préparation

  • Faites chauffer l’eau et ajoutez les fleurs.
  • Laisser bouillir jusqu’à ce que l’eau réduise de moitié.
  • Retirez la préparation du feu et laissez reposer.
  • Filtrez le mélange et faites tremper un coton dans le liquide.
  • Appliquez le coton sur le cuir chevelu, la peau ou les ongles, selon le cas.
  • Dans les cas les plus avancés, appliquez des compresses avec un chiffon sur la zone touchée.
  • Suivez ce traitement pendant huit jours. Ensuite, faites une pause de deux semaines et renouvelez l’opération.
Les propriétés du thym.

Pourquoi le thym est-il si bon pour ces conditions ? Car il contient un composé appelé thymol, qui inhibe la croissance des acariens, teignes et autres parasites. Il existe un remède qui fonctionne pour toutes ces conditions qu’il est possible de stocker pendant plusieurs semaines. Voici les instructions :

Ingrédients

  • Thym frais ou séché
  • Alcool

Préparation

  • Dans un bocal, mettez 4 cuillères à soupe de thym et versez de l’alcool blanc jusqu’au bord.
  • Couvez hermétiquement le bocal et laissez reposer 3 semaines dans un endroit sombre et frais.
  • Après ce temps, faites tremper un coton et appliquez-le sur la zone à traiter, à savoir le cuir chevelu, la peau ou les ongles.
  • Une autre option consiste à l’appliquer sous forme de cataplasme et de laisser agir pendant environ 15 minutes.

Utilisation gastronomique

Vous pouvez également tirer parti du thym en cuisine. Il se marie très bien avec les aliments suivants :

  • Poisson
  • Fruit de mer
  • Légumes
  • Poulet
  • Vinaigres
  • Huiles
  • Sauces
  • Marinades

Le thym a-t-il des effets secondaires ?

Bien qu’elle soit l’une des plantes les moins toxiques qui existent, une consommation excessive peut provoquer ce qu’on appelle la thyroxicose, une pathologie thyroïdienne due à un niveau élevé de thyroxine. C’est pourquoi un traitement interne doit durer au maximum une semaine maximum. Il faut ensuite laisser le corps se reposer pendant une quinzaine de jours avant de recommencer.

En cas d’application topique, il faut porter une attention particulière aux réactions de la peau. Une consultation médicale est fortement recommandée si les symptômes persistent ou s’ils s’aggravent.

Infusion de thym.

Ce qu’il faut retenir

L’utilisation du thym peut être très positive à la fois pour améliorer la qualité organoleptique de vos plats et pour lutter contre certaines infections grâce à ses propriétés antimicrobiennes. Nous vous encourageons donc à en consommer plus fréquemment, avec d’autres épices.

Cela pourrait vous intéresser ...
3 façons de préparer le thym pour combattre la bronchite
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
3 façons de préparer le thym pour combattre la bronchite

Découvrez 3 manières de préparer le thym pour combattre la bronchite. Le thym est une plante médicinale aux nombreuses vertus.



  • Rosas, A., & López, A. (2011). Actividad Antimicrobiana de Aceite Esencial de Tomillo. Temas Selectos de Ingeniería de Alimentos. https://doi.org/10.1145/1978942.1978984
  • Folcarà, S. C., & Vanaclocha, B. (2000). Usos terapéuticos del tomillo. Revista de Fitoterapia, 5–13.
  • Sakkas H., Papadopoulou C., Antimicrobial activity of basil, oregano, and thyme essential oils. J Microbiol Biotechnol, 2017. 27 (3): 429-438.
  • Kemmerich B., Eberhardt R., Stammer H., Efficacy and tolerability of a fluid extract combination of thyme herb and ivy leaves and matched placebo in adults suffering from acute bronchitis with productive cough. A prospective, double blind, placebo controlled clinical trial. Arzneimittelforschung, 2006. 56 (9): 652-60.
  • Salehi B., Mishra AP., Shukla I., Sharifi Rad M., et al., Thymol, thyme and other plant sources: health and potential uses. Phytother Res, 2018. 32 (9): 1688-1706.