Les sèche-mains publics pourraient être contreproductifs, selon les études

16 avril 2021
Saviez-vous que les sèche-mains pouvaient nous resalir les mains après les avoir lavées ? Poursuivez votre lecture et découvrez ce que disent les études à ce sujet.

Les sèche-mains publics ou séchoirs à main sont des appareils électriques qui se placent dans les toilettes d’institutions de santé, d’éducation, dans des centres commerciaux ou d’autres espaces dans lesquels beaucoup de personnes circulent.

Comme leur nom l’indique, ils servent à sécher les mains une fois que celles-ci ont été lavées. Leur raison d’être obéit à deux principes : économie et écologie. À la longue, ils sont plus économiques que les serviettes et on ne doit pas couper d’arbres pour les fabriquer.

Pour le dire simplement, les sèche-mains publics expulsent de l’air chaud qui provient de l’espace où ils se trouvent, le rendant donc circulaire. On pourrait dire qu’ils recyclent et réchauffent l’air qui est dans les toilettes.

Ce mode de fonctionnement est précisément ce qui a poussé les gens à s’interroger : sont-ils sûrs ou non ? Les preuves trouvées dans de récentes études ont remis en question les sèche-mains publics car ils pourraient en fait contaminer les mains déjà lavées.

La désinfection des mains

Dès notre plus tendre enfance, nous avons toujours entendu les adultes nous dire d’aller nous laver les mains avant de manger, en sortant des toilettes, après avoir fait un travail manuel, en rentrant à la maison… Et nous faisons désormais cette même recommandation à nos enfants.

Dans ces circonstances (et dans d’autres), nous laver les mains est une chose que nous faisons pour éviter d’attraper des maladies, du simple rhume à l’hépatite ou à la diarrhée.

Ces troubles de santé sont souvent causés par des virus et des bactéries qui se trouvent sur les mains et peuvent entrer en contact avec les muqueuses. Certains sont inoffensifs mais d’autres micro-organismes peuvent être dangereux. Une chose aussi simple que se laver les mains régulièrement est une mesure d’hygiène préventive que nous devons respecter.

De cette façon, nous ne faisons pas qu’éviter de tomber malades : nous diminuons aussi les possibilités de propager des infections. Ceci est crucial pour les personnes qui manipulent des aliments et pour le personnel des services de santé.

Se laver les mains.

Le lavage des mains est efficace pour le contrôle des micro-organismes. On réduit ainsi considérablement le risque de tomber malades.

Poursuivez votre lecture : 6 habitudes d’hygiène personnelle à enseigner aux enfants

Que disent les études sur les sèche-mains publics ?

Il y a quelque temps, les bureaux publics, entreprises privées, institutions éducatives et de santé ont décidé de supprimer les serviettes en papier pour s’essuyer les mains dans les toilettes publiques. Elles généraient en effet des déchets et affectaient l’environnement.

Par conséquent, il a été décidé de remplacer les serviettes par des sèche-mains publics. Or, il semblerait que le remède soit devenu pire que la maladie. Le résultat auquel on parviendrait en se lavant les mains serait ruiné par l’utilisation du sèche-mains.

Dans une étude récente, on a examiné les sèche-mains des toilettes d’un centre de santé, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Cette étude a été réalisée pour détecter des bactéries en utilisant des plaques qui s’exposaient devant le sèche-mains pendant une certaine période de temps.

Les résultats de l’étude ont indiqué que beaucoup de types de bactéries, agents pathogènes potentiels et spores inclus, pouvaient se déposer sur les mains des personnes quand elles utilisaient le sèche-mains dans les toilettes publiques.

En d’autres termes, après avoir été lavées, les mains sont de nouveau contaminées par l’air chaud qui peut contenir des bactéries fécales.

En poursuivant avec cette recherche, quand des filtres à air ont été placé dans les sèche-mains, la concentration en bactéries a diminué. Cela a permis de conclure que les bactéries sont dans l’air des toilettes. Les découvertes montrent qu’en tirant la chasse des toilettes, une certaine quantité de microbes se répand dans l’air.

Plusieurs études similaires ont confirmé ces découvertes, qui montrent que les sèche-mains publics peuvent être une source de contamination bactérienne. Dans une autre étude, on a même pu comparer les différentes méthodes de séchage de mains : on a pu conclure que le nombre de bactéries était plus élevé pour le sèche-mains que pour la serviette en papier.

Néanmoins, toutes les études ne sont pas du même avis. Certaines affirment qu’il n’y a pas de preuves concluantes car les données manquent de plusieurs clés nécessaires pour évaluer les véritables risques d’infection. D’autres affirment même que l’utilisation des sèche-mains publics n’a pas plus de probabilités que la serviette en papier.

Ceci peut vous intéresser : 3 savons naturels à préparer chez vous

Possibles risques de l’utilisation des sèche-mains

Il convient de souligner que certains des microbes que l’on trouve dans l’air des toilettes peuvent ne pas produire de maladies ou ne pas affecter les personnes en bonne santé. Néanmoins, parmi eux, on peut en trouver d’autres plus dangereux, comme le Staphylococcus aureus.

Par ailleurs, on a pu détecter la présence d’Acinetobacter, qui peut causer des infections chez les personnes avec un système immunitaire affaibli ou des patients hospitalisés. Et ceci est délicat, surtout s’il s’agit de sèche-mains dans les toilettes des hôpitaux, qui sont utilisés par le personnel médical.

Enfin, au-delà de ceux qui sont présents dans l’air des toilettes, les germes sur les mains des personnes se répandent à cause de l’effet de l’air chaud du sèche-mains, qui fonctionne comme un aérosol.

Comment pouvons-nous nous sécher les mains ?

Vous vous demandez peut-être s’il vaudrait mieux ne pas se sécher les mains. Ce n’est pas l’option qui convient. Selon une étude, la transmission de bactéries est plus probable quand la peau est humide.

La première et meilleure option serait de s’essuyer avec une serviette propre. Bien sûr, nous pouvons faire cela si nous sommes chez nous ou dans notre espace de travail, où nous avons notre intimité.

Même dans ce contexte, il faut laver les serviettes régulièrement. Si des personnes sont malades à la maison, il serait recommandé d’utiliser des serviettes en papier tant qu’elles ne sont pas guéries.

En ce qui concerne les toilettes publiques, à partir des résultats observés dans la majorité des études, la suggestion est d’utiliser des serviettes en papier pour s’essuyer les mains. Elles absorbent mieux l’humidité et aident à éliminer les bactéries qui demeurent après le lavage, en réduisant les niveaux de contamination.

Trois serviettes empilées.

Les serviettes en tissu et en papier, si on les utilise pour se sécher les mains, doivent être lavées correctement.

Comment prévenir l’utilisation d’un sèche-mains public ?

Il n’a pas été démontré que les bactéries qui se déposaient à cause des sèche-mains étaient une cause directe de maladie. En fait, pour ceux qui ont un système immunitaire sain, cela ne devrait pas supposer un problème.

Néanmoins, pour des personnes malades ou avec un système immunitaire affaibli, elles constituent un risque potentiel. Souvenons-nous que nous ne vivons pas seuls dans ce monde : bien au contraire, nous sommes toujours au contact d’autres gens.

Le mieux est de nous essuyer les mains avec notre propre serviette, en veillant à ce qu’elle soit propre. Cependant, quand nous sortons et avons besoin d’utiliser des toilettes publiques, nous ferons face à un dilemme.

S’il y a des serviettes en papier, il n’y a pas de problème. Mais s’il n’y a que des sèche-mains, l’option est de toujours avoir, dans son sac ou dans la voiture, des serviettes en papier ou mouchoirs pour une utilisation personnelle. Nous éviterons ainsi les risques.

  • Alharbi SA, Salmen SH, Chinnathambi A, Alharbi NS, Zayed ME, Al-Johny BO, Wainwright M. Assessment of the bacterial contamination of hand air dryer in washrooms. Saudi J Biol Sci. 2016; 23(2): 268-271.
  • Best E, Parnell P, Couturier J, Barbut F, Le Bozec A, Arnoldo L, Madia A, Brusaferro S, Wilcox MH. Environmental contamination by bacteria in hospital washrooms according to hand-drying method: a multi-centre study. J Hosp Infect. 2018; 100(4): 469-475.
  • Gammon J, Hunt J. The neglected element of hand hygiene – significance of hand drying, efficiency of different methods and clinical implication: A review. J Infect Prev. 2019; 20(2): 66-74.
  • Lam SC, Cheung MMF, Au JKL, Suen LKP. Bioluminescence-based hygiene evaluation of public washroom environment: Repeated measurement of posthandwashing facilities on baseline and before and after cleaning schedule. Am J Infect Control. 2020; S0196-6553(20)30960-3. doi: 10.1016/j.ajic.2020.10.015.
  • Margas E, Maguire E, Berland CR, Welander F, Holah JT. Assessment of the environmental microbiological cross contamination following hand drying with paper hand towels or an air blade dryer. J Appl Microbiol. 2013; 115(2): 572-582.
  • Matthews JA, Newsom SW. Hot air electric hand driers compared with paper towels for potential spread of airborne bacteria. J Hosp Infect. 1987; 9(1): 85-88.
  • Reynolds KA, Sexton JD, Norman A, McClelland DJ. Comparison of electric hand dryers and paper towels for hand hygiene: a critical review of the literature. J Appl Microbiol. 2021; 130(1): 25-39.
  • Sasahara T, Ae R, Watanabe M, Kimura Y, Yonekawa C, Hayashi S, Morisawa Y. Contamination of healthcare workers’ hands with bacterial spores. J Infect Chemother. 2016; 22(8): 521-5.
  • Snelling AM, Saville T, Stevens D, Beggs CB. Comparative evaluation of the hygienic efficacy of an ultra-rapid hand dryer vs conventional warm air hand dryers. J Appl Microbiol. 2011; 110(1):19-26.
  • Suen LKP, Siu GKH, Guo YP, Yeung SKW, Lo KYK, O’Donoghue M. The public washroom – friend or foe? An observational study of washroom cleanliness combined with microbiological investigation of hand hygiene facilities. Antimicrob Resist Infect Control. 2019; 8. doi: 10.1186/s13756-019-0500-z.