Le marronnier d’Inde, un allié contre les varices !

9 mars 2014
Nous devons éviter de consommer des fleurs, de l'écorce ou des feuilles crues de marron d'Inde, car elles sont vénéneuses. Il est recommandé de consommer celles préparées en laboratoire.

Depuis quelques années, le marronnier d’Inde est devenu l’un des meilleurs remèdes contre les varices. Il permet aussi de traiter le syndrome des jambes lourdes et fatiguées.

Il faut savoir que le problème d’insuffisance veineuse chronique affecte un grand nombre de la population. C’est gênant, cela  rend la vie quotidienne difficile et surtout, c’est inesthétique.

Voilà pourquoi les varices ont toujours fait partie des affections les plus désagréables. Son traitement est vraiment complexe.

Heureusement, il existe déjà beaucoup d’études qui prouvent l’efficacité du marronnier d’Inde ! C’est un régulateur vasoconstricteur et un anti-œdémateux.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on utilise les composants de ses graines pour traiter toutes les maladies associées aux varices. Les résultats obtenus sur les patients ont été très bons.

Il faut savoir que les traitements ont été supervisés médicalement. Venez découvrir les conclusions de ces études !

Qu’est ce que le marronnier d’Inde ?

varices

Le marronnier d’Inde est un arbre originaire d’Asie, mais on peut le trouver partout dans le monde. D’ailleurs, nous sommes habitués à le voir dans nos parcs, pour notre plus grand bonheur.

Cependant, ce qui est très surprenant, c’est de voir les grandes propriétés médicinales que contient chacune de ses différentes parties :

  • Ses feuilles sont ainsi très efficaces dans le traitement de l’eczéma. Il en va de même pour les douleurs menstruelles, ainsi que pour les gonflements des tissus mous causés par des fractures ou des entorses. Ses feuilles permettent même de soigner les douleurs dans les articulations.
  • Son écorce est utilisée pour traiter le paludisme et la dysenterie. Des études sont actuellement en cours pour étudier les effets de cette écorce sur les personnes touchées par le lupus et également les ulcères de la peau.
  • Ses graines représentent l’élément le plus visé par les recherches. En effet, de nombreuses études ont été menées sur elles. Il existe des milliers de publications scientifiques qui soutiennent que l’aescine, leur principal composant, réduit grandement l’inflammation et donc la douleur dans les jambes.

C’est donc un excellent médicament ! Les graines favorisent la circulation sanguine et empêchent ainsi la rétention d’eau. D’ailleurs, la Base de Données Européenne des Médecines Naturelles les considère comme « efficaces ».

De son côté, le Collège des Pharmaciens de Barcelone (Espagne) soutient ses propriétés vasoconstrictrices.

Lisez également :

7 raisons pour lesquelles vous devriez avoir des plantes chez vous 

Comment agit le marronnier d’Inde contre les varices ?

Parmi les composants retrouvés dans ses graines, le marronnier d’Inde contient de l‘aescineElle favorise la circulation normale du sang. Parfait pour lutter contre les varices !

Mais ce n’est pas tout : elle favorise aussi la perte de liquides par l’urine, ce qui permet d’éviter la formation d’œdèmes !

Dès lors que vous souffrez de gonflements des veines dans les jambes, une douleur qui nous est très familière, les graines seront alors parfaites pour vous !

N’hésitez pas à les consommer lorsque vous ressentez une sensation de lourdeur dans les genoux, ou lorsque vous souffrez de crampes qui peuvent être si douloureuses.

L’action du marronnier d’Inde ne s’arrête pas là ! Il améliore la résistance capillaire, supprime les œdèmes et réduit également l’inflammation.

C’est parfait lorsque l’on souffre de ces typiques veines d’araignées sur les jambes, les varices, ou alors d’ulcères qui nous inquiètent souvent.

D’ailleurs, diverses recherches ont lieu en ce moment pour voir si ses propriétés permettent de soulager les hémorroïdes.

Comment consommer le marronnier d’Inde ?

Marronnier d'Inde pour lutter contre les varices

On peut trouver le marronnier d’Inde en gélules dans des magasins bios ou chez des herboristes. Il s’agit d’un extrait des propres graines du marronnier.

Elles se vendent souvent sous forme de comprimés, ou alors en crème, voire en pommade. La dose la plus appropriée est de 400 mg quotidiennement, ce qui équivaut à deux gélules par jour.

Il faut les prendre avant le petit-déjeuner et avant le dîner. On arrivera ainsi à calmer les crampes musculaires.

Lisez également :

4 arbres fruitiers que vous pouvez faire pousser chez vous

Consommer du marronnier d’Inde : attention

Nous devons vous avertir de quelque chose d’important : vous ne devez jamais consommer ses feuilles, ses fleurs ou son écorce crues. En effet, elles sont vénéneuses !

Ce qu’il faut faire, c’est consommer des préparations médicinales qui se font en laboratoire. Les professionnels enlèvent tous les composants et synthétisent ceux qui nous apportent des bienfaits.

Il faut aussi limiter la consommation des gélules du marronnier d’Inde chez les personnes suivantes : femmes enceintes, diabétiques (car cela pourrait diminuer le sucre dans le sang) et patients souffrant de problèmes hépatiques.

En effet, il existe un composant qui pourrait ne pas être bénéfique pour ce type de population.

En conclusion, on peut dire que cet arbre d’origine asiatique, très commun dans notre vie, nous apporte énormément de bienfaits.

Que ce soit dans la sève de son écorce, dans les feuilles ou bien les graines qui le composent, le marronnier d’Inde est rempli de qualités.

Il nous aide notamment à améliorer la circulation sanguine, ce qui en fait un trésor naturel qui peut aider beaucoup de gens !

  • Garcia-Tsao, G., & Bosch, J. (2010). Management of Varices and Variceal Hemorrhage in Cirrhosis. New England Journal of Medicine. https://doi.org/10.1056/NEJMra0901512
  • Sampert, C., & Jensen, K. (2014). Esophageal varices. In Pediatric Gastroenterology: A Color Handbook. https://doi.org/10.1201/b16722
  • Evans, C. J., Fowkes, F. G. R., Ruckley, C. V., & Lee, A. J. (1999). Prevalence of varicose veins and chronic venous insufficiency in men and women in the general population: Edinburgh Vein Study. Journal of Epidemiology and Community Health. https://doi.org/10.1136/jech.53.3.149