Métacognition : qu'est-ce que c'est et exemples

La métacognition fait référence à une série de processus visant à la conscience de sa propre pensée. Apprenons-en plus à ce sujet.
Métacognition : qu'est-ce que c'est et exemples

Dernière mise à jour : 21 novembre, 2021

La métacognition est un concept qui est devenu populaire ces dernières années. En effet, dans des domaines tels que la psychologie ou la pédagogie, il est fréquemment évoqué, sans mentionner son utilisation dans les médias et les articles informatifs. Bien qu’on n’en ait jamais autant parlé avant qu’aujourd’hui, dans la pratique, très peu savent ce que c’est. Aujourd’hui, nous allons essayer de dissiper les doutes à travers des exemples.

Elle est souvent considérée comme une capacité humaine unique, mais certains experts ont souligné qu’il existe des indications de processus similaires chez certains animaux. Quoi qu’il en soit, elle est généralement comprise comme le processus de réflexion sur la pensée. Voyons ce qui est vrai à ce sujet, pourquoi c’est important et quels sont ses avantages dans la vie quotidienne des gens.

Qu’est-ce que la métacognition ?

La métacognition est la capacité de réfléchir sur les processus de pensée qui nous permettent d’interpréter la réalité. Aussi, dans la capacité de les contrôler, les surveiller, les évaluer et les réguler dans la mesure où ils interviennent dans la cognition. D’où la construction du mot (meta est un préfixe grec qui désigne quelque chose qui est au-delà).

Ce que nous entendons aujourd’hui par métacognition trouve son origine dans les idées de John H. Flavell. Depuis, de multiples théories ont émergé qui cherchent à expliquer le développement de ces processus, toutes à partir d’une école spécifique (les apports du constructivisme sont particulièrement précieux). Pour mieux comprendre cela, il faut préciser deux idées qui régulent le processus :

  • Connaissance métacognitive : fait référence à ce que les gens savent de leurs propres processus cognitifs. Par exemple, leur connaissance de leurs capacités et compétences pour accomplir certaines tâches. Cela implique également la connaissance des stratégies conçues pour améliorer ces capacités et ces compétences.
  • Régulation métacognitive : implique les actions actives que les gens font à propos desdits processus et stratégies cognitifs. Elle est liée au suivi et implique une discrimination des résultats. Par exemple, se rendre compte qu’une certaine stratégie utilisée pour améliorer une compétence (ou une faiblesse) n’est pas efficace.

Étapes ou phases

La métacognition est aussi une capacité de réflexion accrue
Tout être humain, avec un peu d’introspection, peut développer la métacognition à son profit.

Il est fréquemment fait référence aux phases de la métacognition. Chaque théorie et auteur a établi différentes phases, mais en termes généraux, nous pouvons en identifier quatre : la planification, le suivi, l’évaluation et la réflexion. Chacune de ces phases est importante et se combine pour consolider ce que les experts appellent la métacognition.

Le processus implique un niveau élevé de conscience des tâches qui sont effectuées, ainsi que des stratégies les plus appropriées pour contrôler volontairement ces processus. La théorie initiale de Flavell était que la métacognition est apparue comme un mécanisme naturel pour traiter les erreurs. En y réfléchissant activement, l’homme peut apprendre et être plus efficace.

Nous revenons donc à la définition que nous avons donnée au début : la métacognition, c’est penser à penser. Ces mots résument de manière simple tout le cadre systématique qu’implique le processus métacognitif. Ce n’est pas seulement un processus qui se développe dans les premiers stades de l’être humain, mais il l’accompagne tout au long de sa vie.

Implications de la métacognition pour l’apprentissage

La métacognition est souvent considérée comme un concept très abstrait qui n’a pas sa place dans la réalité. Il s’agit d’une croyance clairement erronée, car elle est activement utilisée dans les processus d’apprentissage depuis des années. En fait, il est fort probable que vous exécutiez vous-même des stratégies métacognitives au quotidien sans le savoir. Regardons trois exemples illustratifs :

Apprendre une seconde langue

Depuis une ou deux décennies, les programmes visant à enseigner une langue seconde ont intégré les paradigmes de la métacognition. Ce n’est pas pour moins. En fait, les experts et les chercheurs ont indiqué qu’il s’agit d’une stratégie très utile pour améliorer l’assimilation de l’étude d’une nouvelle langue.

Bref, inclure des processus métacognitifs dans l’apprentissage des langues étrangères permet de surmonter la barrière qui empêche de nombreux étudiants de continuer. Réfléchir à vos propres stratégies d’étude, être attentif aux forces et aux faiblesses, apprendre à diriger le processus et évaluer objectivement les résultats peuvent faire une différence significative à cet égard.

Compétences musicales améliorées

Comme le cas précédent, la musique est généralement un domaine d’étude difficile pour de nombreuses personnes. Même parmi ceux qui s’y intéressent, il peut être un peu difficile d’assimiler certaines idées du solfège. Des études et des recherches ont montré que la métacognition peut aider à accélérer l’apprentissage de concepts musicaux.

Cela a des implications pour les étudiants, ceux qui veulent apprendre à jouer d’un instrument et bien sûr ceux qui se consacrent professionnellement à la musique. Les bénéfices se font sentir à court terme et augmentent au fur et à mesure que les processus sont appliqués régulièrement.

Meilleure compréhension des mathématiques

La métacognition est utile pour étudier les mathématiques
Les mathématiques peuvent être le cauchemar de beaucoup. Changer la façon dont cette discipline est appréhendée par la métacognition pourrait être bénéfique.

Enfin, les experts et les chercheurs approuvent également l’utilisation de la métacognition pour améliorer les compétences en mathématiques. Les mathématiques sont généralement l’un des domaines d’étude qui provoque le plus grand rejet, ce qui est généralement dû à l’approche ou aux stratégies d’étude utilisées.

Grâce à ces méthodes, il est possible de comprendre les mathématiques d’une manière différente, ainsi que d’opter pour des modèles d’étude alternatifs pour obtenir des résultats efficaces. De cette façon, la mise en pratique du processus peut aider à améliorer l’enseignement et les compétences des étudiants.

Utilités de la métacognition dans la vie quotidienne

Il est très probable que les déclarations précédentes vous aient fait comprendre que la métacognition n’est pas une idée à un niveau théorique sans aucune implication dans la réalité.

Mais vous vous demandez sûrement que vous n’apprenez pas toujours une nouvelle langue, la théorie musicale ou que vous ne résolvez pas des problèmes de mathématiques. Voici comment nous présentons les utilités de la métacognition au quotidien :

  • Encourager la pensée critique.
  • Éviter de caler ou de répéter des schémas qui n’obtiennent aucun résultat.
  • Elle permet la pratique de l’empathie et de l’altérité (à travers ce qu’on appelle la métacognition sociale ).
  • Vous pouvez augmenter votre estime de soi en découvrant vos capacités et vos compétences.
  • C’est une stratégie idéale pour cultiver le succès.
  • Éviter de laisser les échecs ou les erreurs déterminer ce que vous pouvez accomplir.
  • Elle vous permet d’avoir le contrôle de vos émotions et de vos sentiments.

Il reste encore beaucoup à étudier sur les implications de ces processus, ainsi que sur la manière de les utiliser à notre avantage. Son utilité est ressentie au-delà de l’environnement éducatif, car elle explore des idées aussi variées que le concept de soi et la façon dont nous nous rapportons aux autres.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que la restructuration cognitive et quand est-elle recommandée ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Qu’est-ce que la restructuration cognitive et quand est-elle recommandée ?

En quoi consiste la restructuration cognitive ? Découvrez quel est son but, et dans quels cas elle s'applique.



  • Anderson, N. J.The Role of Metacognition in Second Language Teaching and Learning. ERIC Digest. 2002.
  • Benton, C. W. Promoting metacognition in music classes. Music educators journal. 2013; 100(2): 52-59.
  • Concina E. The Role of Metacognitive Skills in Music Learning and Performing: Theoretical Features and Educational Implications. Front Psychol. 2019 Jul 12;10:1583.
  • Flavell, J. H. Metacognition and cognitive monitoring: A new area of cognitive–developmental inquiry. American psychologist. 1979; 34(10): 906.
  • Hoffman, B., & Spatariu, A. (2008). The influence of self-efficacy and metacognitive prompting on math problem-solving efficiency. Contemporary educational psychology, 33(4), 875-893.
  • Jozefowiez, J., Staddon, J. E. R., & Cerutti, D. T. Metacognition in animals: how do we know that they know?. Comparative Cognition & Behavior Reviews. 2009; 4.
  • Oz, H. Metacognition in Foreign/Second Language Learning and Teaching. Hacettepe University Journal of Education. 2005; 29: 147-156.
  • Van der Stel, M., Veenman, M. V., Deelen, K., & Haenen, J. The increasing role of metacognitive skills in math: A cross-sectional study from a developmental perspective. ZDM. 2010; 42(2): 219-229.