Pourquoi ai-je du mal à respirer quand je fais de l’exercice ?

28 septembre 2020
Certaines personnes s’inquiètent parce qu’elles ont du mal à respirer quand elles font de l’exercice physique. Il faut savoir qu'en général, c’est une situation normale. Quand faut-il s’inquiéter ? Nous détaillerons tout cela dans cet article.

 

Tous les jours, de plus en plus de personnes se rendent compte que l’activité physique est primordiale pour mener un mode de vie sain. Mais ne pas en faire très souvent, ou faire du sport de manière incorrecte, peut mener à des difficultés respiratoires pendant l’exercice.

La difficulté à respirer quand on fait du sport peut se manifester par un essoufflement, une toux, un rétrécissement de la gorge et une respiration sifflante (qui est un bruit similaire à celui d’un sifflement quand l’air passe par notre gorge).

De plus, il existe plusieurs raisons pour lesquelles on peut souffrir de problèmes de respiration quand on fait du sport. Dans cet article, nous analyserons tout ce qui est associé à la respiration pendant l’exercice.

Quelle est la fonction de la respiration ?

La respiration a plusieurs fonctions. La plus importante d’entre elles consiste à maintenir le fonctionnement du corps grâce aux mécanismes suivants :

  • Apport en oxygène aux tissus et rejet du Co2, produits par les cellules.
  • Maintien constant de l’acidité du sang, qui se mesure avec le pH. Le pH diminue si l’acidité du sang augmente et vice-versa. Il a une marge étroite qui se situe entre 7.35 et 7.45. La respiration est chargée de maintenir le sang dans cet intervalle-ci en expulsant le CO2.
La respiration pendant l’exercice.

La respiration est un processus vital qui permet l’apport d’oxygène à tous les tissus du corps.

Qu’est-ce que la ventilation ?

Pour pouvoir définir la respiration, il faut connaître le concept de ventilation et ses différents types. D’un côté, il y a la ventilation pulmonaire, qui est le processus par lequel l’air entre et sort des poumons. Ce mécanisme se fait par le biais de l’activation neurale des muscles respiratoires et les différences de pression entre les poumons et l’air extérieur.

D’un autre côté, l’air que nous respirons n’arrive pas en totalité aux alvéoles pour produire les échanges gazeux et apporter de l’oxygène aux tissus. Une partie de cet air reste dans les voies respiratoires (bronches, trachée, etc). Cet air non utilisé occupe un volume que l’on appelle « espace mort anatomique ».

Si nous soustrayons le volume d’air qui entre par la ventilation pulmonaire et celui de l’air de l’espace mort anatomique, cela donne naissance à l’air qui arrive effectivement jusqu’aux alvéoles et est utilisé. Cet air qui atteint les alvéoles fait partie du mécanisme de ventilation alvéolaire.

Pour autant, selon la façon dont nous respirons, si nous le faisons de manière plus profonde ou plus superficielle, selon s’il fait chaud ou froid, ou si nous faisons de l’exercice ou non, la quantité d’air qui arrive aux alvéoles, c’est à dire la ventilation alvéolaire, peut varier.

Même s’il existe deux types différents de ventilation, les deux sont représentés par les mêmes variables (avec certaines différences). En effet, ce processus est défini comme le volume d’air par minute qui entre dans notre corps quand nous respirons. Techniquement, c’est la multiplication entre :

  • La fréquence respiratoire : ou combien de fois nous respirons par minute. En moyenne, une personne saine respire 12 fois par minute, au repos.
  • Volume courant : c’est le volume d’air qui entre dans le corps pendant une respiration. Une personne saine au repos obtient en général 0.5 litre d’air par respiration.

Ainsi, la ventilation d’une personne saine est en général de 6 litres par minute.

Lisez cet article : 6 exercices pour maintenir votre cerveau en forme

Respirer pendant l’exercice : comment se déroule ce processus ?

Quand on fait de l’exercice, les muscles réalisent deux processus :

  • Ils utilisent l’oxygène qui arrive au sang pour obtenir de l’énergie et pouvoir bouger.
  • Comme ils doivent travailler beaucoup, ils obtiennent aussi de l’énergie par d’autres processus qui ne requièrent pas d’oxygène. Cependant, ils génèrent du lactate, qui est libéré dans le sang et l’acidifie.

À cause de ces processus, le sang qui circule dans les tissus musculaires reste sans oxygène et est acidifié, et cela peut mettre l’organisme en danger. Heureusement, pour que cela n’arrive pas, le cerveau, par le biais de récepteurs distribués à divers endroits du corps, se rend compte de ces altérations et fait en sorte que :

  • Nous respirions plus rapidement, ce qui augmentera la fréquence respiratoire.
  • Cette respiration soit beaucoup plus profonde pour qu’un plus grand volume d’air puisse entrer dans nos poumons à chaque fois que nous respirons. En bref, le volume courant augmente.

Pourtant, si la fréquence respiratoire et le volume respiratoire augmentent, la ventilation pulmonaire et alvéolaire augmentera aussi. C’est ainsi que :

  • Une plus grande quantité d’oxygène arrivera au sang pour pouvoir satisfaire les besoins des muscles.
  • On expulsera plus de CO2, éliminant ainsi l’acide généré par les muscles, tout en maintenant le pH du sang stable, comme nous l’avons expliqué auparavant.
Avoir du mal à respirer pendant l'exercice.

Pendant l’exercice, la fréquence respiratoire augmente, et avec elle, la ventilation pulmonaire et alvéolaire.

Étapes de la respiration pendant l’exercice

Les différentes études ont déterminé qu’il existe trois étapes quand nous faisons de l’exercice. Dans la première et la seconde étape, la ventilation monte de manière brusque pour pouvoir mener à bien l’activité. En arrivant à la troisième étape, le corps s’habitue et la ventilation se maintient stable.

Cet article va vous intéresser : 4 façons de faire de l’exercice pendant la grossesse

Pourquoi ai-je du mal à respirer quand je fais de l’exercice ?

Si nous ne sommes pas habitués à faire de l’exercice, nous pouvons vite nous sentir noyés, au début. Cependant, cet effet est complètement normal. Le système respiratoire doit faire un effort supplémentaire pour pouvoir maintenir les choses en ordre dans la circulation sanguine, et que rien ne s’altère, comme nous l’avons expliqué.

Cependant, à mesure que nous continuons à faire de l’exercice, respirer nous semble de moins en moins difficile, car le corps s’habitue à cette nouvelle situation. Par contre, il faut savoir que faire de l’exercice avec la même intensité et faire de l’exercice au augmentant progressivement la puissance n’est pas la même chose.

Dans une pratique physique qui augmente progressivement en puissance, le corps ne va pas s’y habituer et continuera à demander plus d’oxygène. Par conséquent, nous respirerons encore plus vite. Par contre, il faut souligner que nous continuons à respirer le même volume d’air à chaque respiration.

On peut observer que la fréquence respiratoire des athlètes professionnels est beaucoup plus basse. C’est parce qu’ils ont entrainé leur système respiratoire à absorber plus d’air. Ici, on respire plus profondément et on maintient cet air beaucoup plus longtemps dans les poumons, et on a besoin de moins de respirations.

Consulter un médecin peut être important

Le fait d’avoir du mal à respirer pendant l’exercice indique souvent que c’est parce que nous n’y sommes pas habitués. Cependant, ce peut aussi être un signe d’alerte qui nous alarmera sur d’autres pathologies respiratoires ou cardiovasculaires. Ainsi, on sera attentifs aux symptômes suivants :

  • Essoufflement ou suffocation, si forte qu’elle peut nous empêcher de continuer l’activité.
  • Une respiration sifflante.
  • Etourdissements ou évanouissements.
  • Sensation que le thorax se dilate et se rétracte de manière exagérée.

Si vous ressentez ces sensations, il est recommandé de faire appel à un médecin pour déterminer si une maladie est à l’origine de cela. Si c’est le cas, le professionnel de santé vous proposera un traitement adapté au problème.

  • European Lung Foundation. Los pulmones y el ejercicio.2020 . Disponible en: https://www.europeanlung.org/assets/files/es/publications/lungs-and-exercise-es.pdf
  • Wilmore. Fisiología del Deporte y el Ejercicio de W. Larry Kenney | Editorial Médica Panamericana. 2014. Disponible en:  https://www.medicapanamericana.com/es/libro/wilmore-fisiologia-del-deporte-y-el-ejercicio?gclid=EAIaIQobChMIos_H_fr56AIV_QYGAB1S1wEAEAEYASABEgIFIvD_BwE
  • Brinkman JE, Sharma S. Physiology, Respiratory Drive. [Updated 2020 Mar 25]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK482414/
  • Aliverti A. The respiratory muscles during exercise. Breathe (Sheff). 2016;12(2):165‐168. doi:10.1183/20734735.008116