Syndrome respiratoire aigu sévère : de quoi s’agit-il ?

8 août 2019
L'infection par le virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) provoque un essoufflement grave et parfois même la mort.

Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est une maladie infectieuse apparue récemment. Elle affecte les voies respiratoires, ce qui donne des symptômes semblables à ceux des premiers stades de la grippe.

Bien qu’il s’agisse d’une maladie répandue dans le monde entier, elle a une incidence particulière dans certaines régions de l’Asie du Sud-Est. Les dernières découvertes indiquent qu’elle est causée par une variante d’une espèce de virus déjà connue.

L’infection par le virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) cause une détresse respiratoire grave et parfois la mort.

Pourquoi cette infection se produit-elle ?

Le virus du syndrome respiratoire aigu sévère

Le syndrome respiratoire aigu sévère est causé par un membre de la famille des coronavirus. Cette famille est la même que celle qui peut causer le rhume. Lorsqu’une personne atteinte du syndrome respiratoire tousse ou éternue, des gouttelettes, qui contiennent une charge virale, se répandent dans l’air. C’est ainsi que l’on attrape le SRAS par inhalation.

Le virus du syndrome respiratoire peut vivre sur les mains, les tissus et d’autres surfaces jusqu’à six heures lorsqu’il est encapsulé dans ces gouttelettes. De plus, il peut survivre jusqu’à 3 heures après le séchage des gouttelettes.

La transmission par gouttelettes au travers d’un contact direct est à l’origine de la plupart des premiers cas. Cependant, le virus peut aussi se propager par les mains et d’autres objets avec lesquels les gouttelettes sont entrées en contact. La transmission par voie aérienne est une possibilité réelle dans certains cas.

Lire aussi : 8 symptômes de la pneumonie que vous ne pouvez pas ignorer

Le virus peut vivre pendant des mois ou des années lorsque la température est inférieure au point de congélation. Les symptômes se manifestent habituellement dans les 2 à 10 jours suivant l’entrée en contact avec le virus.

Les personnes présentant des symptômes actifs de la maladie sont contagieuses. Cependant, on ne sait pas combien de temps vous pouvez être contagieux avant ou après l’apparition des symptômes. Les groupes à risque comprennent :

  • Les professionnels santé qui soignent ces patients
  • Les personnes qui ont été en contact avec des sécrétions respiratoires ou des liquides biologiques provenant de patients atteints du syndrome respiratoire
  • Les personnes qui vivent dans le même foyer que les patients atteints par le SRAS

Les symptômes du syndrome respiratoire aigu sévère

Les symptômes et les signes cliniques ne sont pas très spécifiques. Les patients ont une fièvre supérieure à 38 ºC, parfois associée à des frissons, des maux de tête ou un inconfort général.

Dans certains cas, les patients ont des symptômes respiratoires légers au début de la contamination. Cependant, entre 3 et 7 jours après celle-ci, ils développent une toux qui peut évoluer vers une insuffisance respiratoire. De plus, la plupart des patients développent une pneumonie. Les symptômes les moins courants sont les suivants :

  • Toux qui produit des mucosités
  • Diarrhée
  • Étourdissements
  • Nausées et vomissements
  • Rhinorrhée
  • Mal de gorge

Le traitement

Le traitement du syndrome respiratoire aigu sévère

Si la maladie est suspectée, les patients doivent être mis en quarantaine à l’hôpital. Le traitement peut comprendre

  • La prise d’antibiotiques : ils sont utiles pour traiter les bactéries qui causent la pneumonie. Au moins jusqu’à ce que la pneumonie bactérienne soit exclue ou se produise en plus du syndrome respiratoire.
  • La prise de médicaments antiviraux.
  • L’administration de fortes doses de stéroïdes : ils permettent de réduire l’inflammation pulmonaire.
  • Le placement sous oxygène : soutien respiratoire ou thérapie thoracique.

Vous pourriez également être intéressé par : Les antibiotiques à large spectre : fonctions et résistance

Comment peut-on prévenir le syndrome respiratoire ?

Dans tous les cas, le meilleur traitement est la prévention. Réduire les contacts avec les personnes atteintes du syndrome respiratoire aigu sévère diminue le risque de contracter la maladie.

Évitez de vous rendre à des endroits où il y a une éclosion incontrôlable de la maladie. Dans la mesure du possible, évitez aussi tout contact direct avec des personnes atteintes de la maladie pendant au moins 10 jours après la disparition de la fièvre et des autres symptômes.

L’hygiène des mains est la partie la plus importante de la prévention du syndrome respiratoire aigu sévère. Lavez-vous les mains avec un désinfectant instantané pour les mains à base d’alcool.

Une autre mesure préventive simple consiste à vous couvrir la bouche et le nez lorsque vous éternuez ou toussez. Les gouttelettes qui sont libérées lorsqu’une personne éternue ou tousse sont infectieuses. Vous ne devriez pas non plus partager de la nourriture, des boissons ou des ustensiles de cuisine.

D’autre part, nettoyez les surfaces fréquemment touchées avec un désinfectant approuvé par les normes françaises et européennes. Les masques faciaux et les lunettes de protection peuvent aussi aider à prévenir la propagation. Portez également des gants avant de manipuler des objets qui ont pu entrer en contact avec des personnes infectées.

 

  • Li, W., Shi, Z., Yu, M., Ren, W., Smith, C., Epstein, J. H., … Wang, L. F. (2005). Bats are natural reservoirs of SARS-like coronaviruses. Science. https://doi.org/10.1126/science.1118391
  • Drosten, C., Günther, S., Preiser, W., van der Werf, S., Brodt, H.-R., Becker, S., … Doerr, H. W. (2003). Identification of a Novel Coronavirus in Patients with Severe Acute Respiratory Syndrome. New England Journal of Medicine. https://doi.org/10.1056/nejmoa030747
  • Marra, M. A., Jones, S. J. M., Astell, C. R., Holt, R. A., Brooks-Wilson, A., Butterfield, Y. S. N., … Roper, R. L. (2003). The genome sequence of the SARS-associated coronavirus. Science. https://doi.org/10.1126/science.108595