Prostatite : causes, symptômes et diagnostic

La prostatite est une maladie complexe. Vous serez surpris par ses implications graves et variées sur la santé des hommes.
Prostatite : causes, symptômes et diagnostic

Dernière mise à jour : 14 novembre, 2021

La prostatite implique des processus inflammatoires ou infectieux qui affectent la glande appelée prostate. Cette dernière fait partie du système reproducteur masculin. Elle est située sous la vessie, à côté du rectum, et est entourée de l’urètre.

La prostatite survient le plus souvent entre 20 et 40 ans. Elle peut toutefois survenir à tout moment. Elle touche entre 10 et 14 hommes sur 100.

Les causes de la prostatite

La prostatite a des causes diffuses. Le diagnostic tardif et le traitement non spécifique restent un problème. Bien qu’il existe plusieurs classifications de la pathologie, la plus utilisée est celle qui la divise en bactérienne et non bactérienne.

Prostatite bactérienne aiguë

La prostatite bactérienne aiguë est une infection de la prostate causée par des bactéries qui remontent les voies urinaires inférieures ou par voie lymphatique à partir du rectum. Dans ces cas, l’infection est dite rétrograde, car les éléments bactériens remontent de l’extérieur du système urogénital.

Prostatite bactérienne due à des infections urinaires

Chez les hommes, contrairement aux femmes, l’urètre fait partie du système reproducteur. La prostate possède plusieurs mécanismes pour se défendre contre les infections : ces mécanismes vont de son entraînement et son évacuation pendant la miction et l’éjaculation à la production de substances antimicrobiennes.

Cependant, un mauvais drainage des sécrétions ou un reflux d’urine dans la prostate entraîne une inflammation de la glande. C’est ainsi que la plupart des prostatites bactériennes ont pour origine des infections urinaires récurrentes.

Généralement, un seul type de micro-organisme provoque l’infection. Dans 50 % à 87 % des cas, cette bactérie est Escherichia coli.



Prostatite bactérienne et infections sexuellement transmissibles

La prostatite bactérienne peut également être causée par des maladies sexuellement transmissibles. Les bactéries Gardnerella vaginalis, Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae sont impliquées.

Parallèlement à cela, ces germes peuvent déclencher des événements auto-immuns, aggravant la maladie. C’est le cas de l’infection à C. trachomatis, dans laquelle des anticorps générés attaquent les spermatozoïdes.



Prostatite non bactérienne

Quant à la prostatite non bactérienne, son origine est moins claire. À cet égard, il existe plusieurs théories.

Selon l’une d’entre elles, il y a un reflux d’urine qui provoque une irritation et une inflammation chronique de la prostate. Une autre indique que les micro-organismes ou les substances que ces derniers produisent stimulent une réponse auto-immune.

Une autre théorie encore relie la prostatite chronique aux hémorroïdes et à la varicocèle. Le tout serait dû à un dysfonctionnement des veines de la région pelvienne.

La prostate dans le système reproducteur.
La prostate fait partie du système reproducteur masculin. Les maladies de la prostate affectent donc la fertilité.

Facteurs de risque

Différents facteurs peuvent favoriser l’apparition d’une prostatite. Ceux-ci incluent des conditions médicales, telles que l’utilisation d’un cathéter urinaire et la dialyse. De même, s’ajoutent le diabète et l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine qui augmentent le risque.

D’autre part, les habitudes sexuelles sont des déterminants substantiels pour le développement de la prostatite. Ainsi, avoir plusieurs partenaires sexuels sans utiliser de préservatif est considéré comme un comportement à haut risque.

La dépression comme facteur de risque de prostatite

Selon certaines théories, la prostatite chronique peut se comporter comme une maladie psychosomatique. Cette entité a été liée au stress, à l’anxiété et à une sensibilité accrue à la douleur.

Dans cette optique, Lien et ses collaborateurs ont mené une étude dans laquelle ils ont découvert que les hommes souffrant de dépression avaient presque deux fois plus de risques de souffrir de prostatite aiguë et chronique que les autres. Les mécanismes par lesquels cela se produit font encore l’objet d’une enquête.

Les symptômes

Les hommes atteints de prostatite présentent un certain nombre de symptômes génito-urinaires inférieurs non spécifiques. Parmi eux, la douleur entre le scrotum et le rectum qui irradie vers l’aine et même les organes génitaux se démarque. Dans certains cas, il y a également des douleurs dans le bas du dos.

Parmi les autres symptômes courants, figurent la fièvre, un malaise général, une miction accrue ou une rétention urinaire, ainsi qu’une gêne au moment d’uriner. La douleur pendant les rapports sexuels et l’éjaculation précoce sont aussi des symptômes courants.

Chez certains patients, les symptômes urinaires sont les symptômes les plus visibles. Alors que chez d’autres, les manifestations sont évidentes dans la vie sexuelle.

De nombreux hommes atteints de prostatite sont asymptomatiques. La condition peut donc devenir chronique. Parfois, chez les hommes de plus de 50 ans, le diagnostic est établi accidentellement, suite à des résultats anormaux dans un examen d’urine.

Le diagnostic

Le diagnostic de la prostatite n’est pas simple. Des antécédents médicaux complets et un examen physique détaillé sont toujours importants. L’enquête sur les symptômes de la prostatite proposée par les National Institutes of Health des États-Unis peut être utile.

Prostatite aiguë

Dans la prostatite bactérienne aiguë, la prostate est hypertrophiée, sensible et très douloureuse à la palpation. Il est recommandé d’effectuer une analyse d’urine qui mettrait en évidence les leucocytes et les bactéries, ainsi qu’une culture d’urine.

Le dosage de l’antigène prostatique (APS) n’est pas un examen de routine pour le diagnostic de la prostatite. Mais si vous passez cet examen, ce dosage sera élevé. Dans une telle circonstance, un suivi post-traitement doit être effectué.

Prostatite chronique

Pour la prostatite chronique, le toucher rectal n’est pas très utile. Il est possible d’observer un grossissement et une sensibilité élevés.

Dans ce cas, d’autres tests sont utiles, tels que la culture de sperme. Parfois, une biopsie peut être nécessaire pour poser le diagnostic.

Une échographie de la prostate est essentielle dans le diagnostic de la prostatite aiguë et chronique. Elle servira à écarter la présence de complications, comme un abcès de la prostate.

Les complications possibles

L’éventail des complications de la prostatite est large. Une variante bactérienne mal traitée peut avoir des conséquences graves, telles qu’un abcès, une infection testiculaire ou une septicémie.

Lorsque le problème devient chronique, il entraîne une douleur chronique et un dysfonctionnement sexuel. Même l’infertilité est une complication attendue.

Dysfonctionnement sexuel et problèmes psychologiques dérivés de la prostatite

Le fait de ne pas consulter à temps entraîne des symptômes qui deviennent chroniques et s’aggravent. L’intensité de la douleur due à la prostatite peut être telle qu’elle compromet les performances sexuelles masculines. Les relations peuvent devenir une expérience traumatisante et douloureuse.

Considérant qu’il s’agit d’un sujet tabou, les hommes ne font pas part de leur problème. Une telle situation entraîne des troubles d’ordre psychologique.

Prostatite et infertilité masculine

La prostate est une glande qui sécrète un liquide prostatique riche en zinc, qui représente entre 25 et 30 % du volume éjaculé. Les glandes accessoires sécrètent des protéines, comme la séménogéline, qui sont libérées par la vésicule séminale et produisent de la viscosité dans le sperme.

C’est la raison pour laquelle la prostatite peut empêcher ou entraver la fécondation. Les conditions du sperme doivent être parfaites pour un processus efficace.

Prostatite et cancer de la prostate

Selon l’American Cancer Society, plusieurs chercheurs ont trouvé un lien entre la prostatite et le cancer de la prostate. Dans le tissu enflammé de la prostate, des cellules cancéreuses ont été trouvées.

Bien que des études supplémentaires soient nécessaires pour confirmer cette hypothèse, cela nous invite à réfléchir aux soins et au dévouement avec lequel nous devons diagnostiquer la maladie. Une bonne gestion et le bon traitement de la prostatite permettront d’éviter des issues fatales.

Symptômes de la prostatite.
Beaucoup d’hommes ne consultent pas en raison du sentiment de honte.

3 conseils pour prévenir la prostatite

Il existe des mesures simples pouvant prévenir la prostatite. Elles sont simples à appliquer.

1. Lavez-vous les mains

Se laver les mains avant et après avoir uriné diminue le nombre de micro-organismes présents sur les extrémités. Par conséquent, avec cette mesure, vous pouvez éviter les infections.

2. Ayez une vie sexuelle saine

Toutes les actions qui aident à prévenir les infections sexuellement transmissibles préviennent également les infections des voies urinaires et la prostatite. Parmi elles, l’utilisation correcte des préservatifs se démarque.

3. Corps sain, prostate saine

Pour prendre soin de la prostate, menez des actions qui favorisent le bien-être. Évitez le stress, pratiquez une activité physique et ayez une alimentation équilibrée.

Surmontez la honte

Un point important en guise de conclusion : consultez un médecin face à un symptôme inquiétant. L’ignorer ne fera qu’aggraver le problème. Il est crucial de mettre de côté la honte et d’aller chez le médecin à temps.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le laser : une percée scientifique pour la chirurgie de la prostate
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le laser : une percée scientifique pour la chirurgie de la prostate

Le laser pour traiter l'hyperplasie bénigne de la prostate est une technique dont les résultats sont remarquables. Apprenez-en plus ici.



  • Matsumoto M, Yamamoto S. AAUS guideline for acute bacterial prostatitis 2021. J Infect Chemother. 2021;27(9):1277-1283.
  • Puerta-Suárez J., Cardona-Maya W. D. La próstata desde una perspectiva inmunológica. Medicina y Laboratorio 2020;24(1):13-35.
  • Magri V, Boltri M, Cai T, Colombo R, Cuzzocrea S, De Visschere P et al. Multidisciplinary approach to prostatitis. Arch Ital Urol Androl. 2019;90(4):227-248.
  • Robles A, Garibay T. R., Acosta E, Morales S. La próstata: generalidades y patologías más frecuentes. Revista de la Facultad de Medicina (México), 2019;62(4):41-54.
  • Repetto E, Sosa A, Colla R, Metrebian E, Metrebian S. Relación de prostatitis en la aparición del cáncer de próstata y la hiperplasia benigna prostática. Revista Cubana de Urología 2019;8(1):22-33.
  • Puerta J., Cardona W. Prostatitis: revisión de una patología enigmática y su relación con la fertilidad masculina. Urol Colomb 2018;27(3):233–242.
  • Torres K. L. Prostatitis. Revista Médica Sinergia 2018;2(1):26-31.
  • Reyes N., Correa Ó. Inflamación y cáncer de próstata: implicaciones biológicas y posible utilidad clínica. Iatreia 2914;27(1):73-84.
  • Jiménez-Cruz J. F., Broseta-Rico E. Clasificación, etiología, diagnóstico y tratamiento de las prostatitis. Otros tipos de prostatitis. Enferm Infecc Microbiol Clin 2005;23(Supl. 4):47-56.
  • Lien CS, Chung CJ, Lin CL, Chang CH. Increased risk of prostatitis in male patients with depression. World J Biol Psychiatry. 2020;21(2):111-118.
  • Collins MM, O’Leary MP, Calhoun EA, Pontari MA, Adler A, Eremenco S et al; Chronic Prostatitis Collaborative Research Network. The Spanish National Institutes of Health-Chronic Prostatitis Symptom Index: translation and linguistic validation. J Urol. 2001;166(5):1800-3.
  • En la referencia de la Bibliografía Reyes N., Correa Ó. Inflamación y cáncer de próstata: implicaciones biológicas y posible utilidad clínica. Iatreia 2014;27(1):73-84