A quoi ressemble un examen de la prostate ?

14 janvier 2020
L'examen de la prostate est d'une importance vitale pour les hommes à certains âges. Ainsi, le cancer de la prostate peut être détecté tôt et traité en temps opportun.

L’examen de la prostate est un sujet qui est souvent tabou chez les hommes. Pour beaucoup, cela signifie une atteinte à la vie privée qu’ils ne sont pas prêts à vivre. Cependant, il est devenu de plus en plus accepté au fil du temps.

La prostate est une glande que seuls les hommes possèdent. Elle se situe sous la vessie et s’enroule autour de l’urètre. Sa fonction est de produire des liquides qui formeront plus tard le sperme.

Au fil des ans, la prostate augmente progressivement de taille. C’est un phénomène auquel tous les hommes se soumettent en raison de leur âge. Nous savons qu’à l’âge de quatre-vingts ans, près de 70 % d’entre eux ont une croissance anormale de la glande.

Le cancer de la prostate est la forme la plus agressive et la plus mortelle de cette hypertrophie de la glande. C’est l’un des cancers les plus courants chez les hommes et il est responsable d’une mortalité importante.

Tout comme le test de Papanicolaou et la mammographie sont des outils de prévention des maladies cancéreuses chez les femmes, ils le sont aussi chez les hommes. L’examen de la prostate est l’outil de prévention pour les hommes.

Un examen de la prostate implique initialement deux pratiques : la mesure de l’antigène prostatique et un examen rectal digital. Si l’un ou l’autre ou les deux produisent des résultats altérés, la deuxième phase diagnostique est passée avec l’imagerie et la biopsie de la prostate.

Mais voyons d’abord, avant de détailler chaque examen de la prostate, qui devrait les subir.

Indications pour l’examen de la prostate

Il est important de préciser que l’examen de la prostate n’est pas pour n’importe quel homme. La science médicale a établi des âges et des protocoles pour déterminer qui bénéficie du dépistage et qui n’en bénéficie pas.

Les principaux paramètres sont liés à l’âge du patient :

  • Plus de 50 ans : ces hommes sont indiqués pour un examen de la prostate chaque année ou tous les deux ans
  • Entre 45 et 50 ans : ce groupe d’âge doit être dépisté s’il présente des facteurs de risque de cancer de la prostate. Par exemple, les personnes de descendance noire ou celles dont un membre de la famille a reçu un diagnostic de cancer de la prostate
  • Moins de 40 ans : Il est rare qu’une personne de moins de 40 ans ait une indication pour un dépistage de la prostate. Les hommes dont plus d’un proche parent a un cancer de la prostate sont considérés comme des candidats

Lorsque la nécessité d’un examen de la prostate se précise, le médecin ordonnera une mesure de l’antigène prostatique et un examen rectal. La mesure est effectuée avec des techniques de laboratoire en utilisant un échantillon de sang et un examen rectal numérique dans le même bureau.

Si les résultats de laboratoire sont normaux, le patient devra réaliser un nouveau test un an plus tard. Dans certains cas, en l’absence de facteurs de risque, la mesure de l’antigène prostatique spécifique peut être programmée tous les deux ans.

Un homme ayant besoin de faire un examen de la prostate

 

Antigène prostatique spécifique ou APS

Le test APS est un élément constitutif de l’examen de la prostate. Il s’agit de mesurer une substance produite par la prostate dans le sang. Dans le cas du cancer, l’antigène est élevé et sa détection nous alerte sur le processus pathologique.

Cependant, il peut aussi y avoir une élévation du taux d’APS pour d’autres raisons non oncologiques. Il y a un APS élevé quand :

  • Le patient a subi une échographie transrectale
  • Prostatite : les infections dans la prostate augmentent le taux de PSA
  • Hypertrophie de la prostate : L’hypertrophie appelée hyperplasie bénigne de la prostate change également la valeur, mais de façon moins prononcée que le cancer

Les valeurs normales de base d’APS chez l’homme sont inférieures à 4 ng/mL. Entre 4 et 10 ng/mL, il existe une possibilité de cancer de la prostate. Avec un APS supérieur à 10, le risque de cancer est très fort.

Pour en savoir plus : Le sabal pour traiter la prostate et les voies urinaires

Examen rectal

L’examen rectal digital est l’autre partie de l’examen de la prostate. Le test consiste à insérer un doigt de l’examinateur à travers le rectum du patient pour palper la glande.

La procédure se fait avec des gants et une lubrification pour réduire l’inconfort. On suggère au patient de prendre une position latérale couchée sur la table et, si possible, en position fœtale, car ce sont les modalités les moins inconfortables et les moins douloureuses.

L’examinateur, médecin ou infirmier, cherche à palper directement la prostate près du rectum. Par conséquent, elle peut être atteinte avec cette manœuvre. La palpation vise à détecter toute bosse ou tout durcissement indiquant un processus anormal.

Si on détecte une anomalie, cela suggérera la nécessité d’effectuer d’autres études. Encore plus si cela s’accompagne d’un résultat élevé de l’APS.

Un homme en consultation pour un examen de la prostate

 

Lire la suite : Selon une nouvelle étude, voici quelle serait la PRINCIPALE CAUSE du cancer

Que faire si vous avez un examen de la prostate anormal

L’étape suivante d’un examen de la prostate anormale est une demande d’examens d’imagerie pour clarifier le diagnostic. Votre médecin peut demander des échographies et, si nécessaire, une biopsie de la glande.

Une détection précoce est essentielle. Prise tôt, cette tumeur est totalement traitable et gérable. Les équipes de santé insistent sur le dépistage de la prostate car il est très efficace pour réduire le nombre de décès dus à ce cancer.

Il est fondamental de perdre la peur de cet examen en tant qu’homme et de le réaliser quand il est indiqué. Le bilan de santé annuel peut ajouter de nombreuses années à votre vie.

 

  • Pow-Sang, Mariela, et al. « Cáncer de próstata en Latinoamérica. » Actas urológicas españolas 33.10 (2009): 1057-1061.
  • González Vidal, Elsie, et al. « Índice PSA libre/PSA total: una herramienta para la detección precoz del cáncer de próstata. » Revista Archivo Médico de Camagüey 11.6 (2007): 0-0.
  • Torres, Patricia Erazo. « Ecografía transrectal y cáncer de próstata. » Acta Médica del Centro 9.3 (2015): 61-64.