Que faire après avoir trop mangé ?

NUTRITION : Que faire après avoir trop mangé ? Après avoir trop mangé, il n'est pas nécessaire de jeûner ou de suivre un plan de désintoxication. Il suffit de bouger, de s'hydrater et de bien s'alimenter les jours suivants pour éviter que les excès d'un jour ne nuisent à la santé.
Que faire après avoir trop mangé ?

Dernière mise à jour : 09 novembre, 2021

Qui d’autre en est venu à trop manger, que ce soit lors de fêtes spéciales, dans un restaurant ou lors de repas informels. Ou peut-être suivez-vous un régime et avez exagéré sur les quantités au cours du dernier repas ?

De manière générale, ce n’est pas un problème si cela ne se produit qu’en de rares occasions. Le problème est que les gros repas s’accompagnent souvent d’une mauvaise digestion, de ballonnements, voire de somnolence et d’inconfort.

Heureusement, il existe quelques petites astuces à appliquer les jours suivants un repas copieux. Ces astuces permettent d’éviter que les excès ne fassent des ravages.

Que faire après avoir trop mangé ?

Suite à des excès, il est préférable d’adopter une série de mesures pour les jours suivants. Attention, elles ont beau être efficaces, ce n’est pas une excuse pour manger régulièrement des repas copieux !

Évitez les extrêmes

C’est la mesure la plus importante et ce qu’il faut éviter à tout prix. Après un très gros repas, rien ne sert de jeûner pour compenser. 

Une frénésie ponctuelle finit par se normaliser dans les jours qui suivent, d’autant plus si vous mettez en pratique les conseils que nous vous donnons ici. Essayer de compenser les excès par un jeûne vous fait courir le risque d’entrer dans un cercle vicieux de nourriture/compensation.

Routines et bonnes habitudes alimentaires
Après un excès de nourriture, il est préférable d’opter pour des plats frais et légers.

Après avoir trop mangé, buvez beaucoup de liquides

Après avoir trop mangé, vous devez boire tout au long de la journée. Ne craignez pas la sensation de remplissage car, en réalité, boire favorise le processus digestif et facilite le transit intestinal.

Pour cela, le meilleur liquide est l’eau et il faut boire petit à petit. Les boissons gazeuses ou les boissons non alcoolisées ne conviennent pas, car le gaz peut gonfler davantage l’ensemble du système digestif.



Planifiez l’alimentation des jours suivants

Les repas plus légers et faciles à digérer sont les meilleures options les jours qui suivent un repas copieux. Tous les aliments qui fournissent de l’eau, des fibres et des protéines maigres sont les plus favorables.

Pour éviter la désorganisation et manger quelque chose de rapide et d’improvisé, il est bon de penser à des menus où abondent soupes, crèmes de légumes, salades, viandes, poissons, céréales complètes, fruits ou yaourts.

Faites de l’exercice régulièrement

Être actif pendant la journée est une bonne pratique pour tout le monde. L’exercice physique permet de brûler plus de calories et de compenser l’excès de nourriture par une dépense énergétique.

Certaines propositions vont plus loin et suggèrent qu’une activité physique régulière améliore la sensibilité du système de contrôle de l’appétit. Dans des études comparatives, il a été observé que les individus actifs diminuent leur apport énergétique dans les repas à volonté par rapport aux individus non actifs. Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Après avoir trop mangé… Attention aux restes !

Lorsque vous êtes celui qui organise le repas, il est préférable d’éviter l’accumulation de restes. Les avoir à portée de main vous rendra plus enclin à les consommer les jours suivants.

Ainsi, s’il reste du gâteau ou des plats très caloriques, il vaut mieux les répartir entre vos invités. Et s’il y a encore des restes après cela, vous pouvez les diviser en portions individuelles et les congeler pour une consommation ultérieure.

Valorisez le moment vécu

Trop manger un jour précis n’est pas la fin du monde, encore moins lorsque ce repas s’inscrit dans le cadre d’une réunion de famille, d’une réunion entre amis ou d’une fête particulière. Il faut savoir apprécier ces occasions sans se soucier de tout ce que l’on a ingéré.



Comment favoriser une bonne digestion après avoir trop mangé ?

Après un repas copieux, il est fréquent que des problèmes digestifs apparaissent. Les aliments restent plus longtemps dans l’estomac et peuvent pénétrer dans le diaphragme. Cette situation provoque des reflux, des brûlures d’estomac et d’autres sensations inconfortables.

Il existe des petits remèdes qui permettent de pallier ces séquelle dans un délai relativement court. Nous les détaillons ci-dessous.

  • Buvez des infusions de plantes digestives comme la camomille, la menthe, le tilleul ou la mélisse. Ajoutez des graines d’anis vert ou de fenouil si vous souffrez également de gaz et de ballonnements. Il ne faut pas oublier que les femmes enceintes et qui allaitent, ainsi que les personnes qui suivent un traitement doivent consulter leur médecin avant de consommer toute herbe.
  • Faites une petite promenade en douceur, afin de favoriser la digestion et le transit intestinal. Ne réalisez pas une activité intense, car cela pourrait avoir l’effet inverse sur le système digestif.
  • Évitez de vous allonger ou de vous asseoir sur le lit ou le canapé, même si c’est ce dont vous avez envie. En effet, un repas copieux génère somnolence et lourdeur. D’une part, cela permet d’éviter les symptômes gênants comme les reflux et les brûlures d’estomac, mais c’est aussi un moyen de digérer et brûler ce que l’on a mangé.
Des ailes de poulet.
Si vous avez été l’hôte du repas, évitez de continuer de manger les restes les jours suivant la célébration.

Le meilleur remède : éviter les repas trop copieux

Lors d’un repas, il est possible d’éviter les inconforts et les problèmes digestifs en s’arrêtant de manger lorsque l’on se sent rassasié. Au quotidien, manger lentement et consacrer un temps pour les repas sans distractions comme la télévision ou l’ordinateur aident à prendre conscience de ce que l’on mange et à détecter le moment où il faut s’arrêter.

Toutefois, après un repas copieux, il ne sert à rien de se sentir coupable, car cela ne fait qu’aggraver la situation. Des excès de temps à autres ne ruine pas la santé. La meilleure recommandation dans ces cas est de consommer des repas particulièrement légers les jours suivants. Mais ne vous privez pas de manger !

Comme le soulignent les auteurs Polivy et Herman, les personnes qui se privent au quotidien ont tendance à manger plus souvent des repas excessifs. De plus, dès qu’elles ont des aliments riches en calories sous la main, elles ne résistent pas.

La suralimentation occasionnelle n’est pas un problème

Un excès ponctuel peut arriver à tout le monde et à tout moment pour diverses raisons. Cela n’est pas nécessairement nocif pour la santé, et les inconvénients que cela entraîne sont résolus avec de petits remèdes et des directives diététiques.

Cependant, lorsque la suralimentation n’est pas une pratique sporadique, il peut s’agir d0un trouble de l’alimentation. Dans ces cas, il est essentiel de demander l’aide d’un professionnel.

Aussi, gardez à l’esprit que tous ces conseils sont valables pour les excès occasionnels. Les crises de boulimie nécessitent une attention professionnelle.

Cela pourrait vous intéresser ...
Trop manger : les conséquences et quelques clés pour éviter les excès
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Trop manger : les conséquences et quelques clés pour éviter les excès

Trop manger peut entraîner des conséquences physiques et psychologiques néfastes pour la santé. Découvrez ici quelques clés pour éviter les excès.



  • Beaulieu K, et al. Impact of physical activity level and dietary fat content on passive overconsumption of energy non-obese adults. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity. Febrero 2017. 14.
  • Mullen, M. Is it Binge Eating Disorder (BED) or are you stuck in a vicious cycle? Multi service Eating Disorders Association (MEDA).
  • Polivy J, Herman P. Overeating in restrained and unrestrained eaters. Frontiers in Nutrition. Marzo 2020. 7: 30.
  • Prentice A. M. Overeating: the health risks. Obesity Research. Septiembre 2012. 9 (S11): 234S-238S.
  • Swinburn B.A, et al. The global obesity pandemic: shaped by global drivers and local environments. Obesity. Agosto 2011. 378 (9793): 804-814.