Améliorer son humeur en mangeant des fibres

Avoir une alimentation inadéquate a des répercussions sur la santé au niveau organique, mais aussi sur le bien-être émotionnel. Découvrez-en plus à ce sujet.
Améliorer son humeur en mangeant des fibres

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2021

Serait-il possible d’améliorer son humeur à travers l’ingestion de fibres ? Voilà une question de plus en plus habituelle. Plusieurs études scientifiques ont en effet signalé que la quantité de fibres que l’on consomme régulièrement pourrait jouer un rôle beaucoup plus important qu’on ne pourrait le croire en matière de bien-être émotionnel.

La dépression est en hausse constante. On calcule qu’il y a environ 300 millions de personnes atteintes de dépression dans le monde, dont 40 millions en Europe. Par ailleurs, deux personnes sur trois ne surmontent pas cette dépression et vivent donc avec une dépression chronique.

Les facteurs qui mènent à un état dépressif sont multiples et parfois inévitables. L’un d’eux, qui est de plus en plus commun, n’est autre que le stress. Le stress chronique augmente dans une large mesure le risque de souffrir de dépression et détériore l’activité intellectuelle. Un autre paramètre important est le type d’alimentation. Un régime inadéquat peut énormément affecter l’humeur de la personne.

Une alimentation riche en fibres est essentielle

Une alimentation riche en graisses et en sucres et faible en fibres augmente le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires et intestinales. Elle affecte aussi le cerveau.

Des carrés de sucre blanc.

 

Certaines recherches ont exposé que suivre des régimes hypocaloriques ralentissait le vieillissement cérébral et améliorait l’activité intellectuelle et la mémoire. Par ailleurs, une alimentation adéquate peut améliorer l’état dépressif et l’anxiété.

Dans une étude à laquelle 45826 personnes ont participé, on a analysé le type de régime qu’elles suivaient. Les programmes étaient variés :

  • Programme de perte de poids.
  • Régimes faibles en graisses.
  • Régimes sélectifs ou autres riches en tout type de nutriments.

La conclusion à laquelle sont parvenus les chercheurs est que manger davantage de végétaux et d’aliments avec des fibres (fruits, légumes, légumineuses, fruits secs, céréales) était essentiel pour améliorer les symptômes de dépression. Néanmoins, ces régimes n’amélioraient pas l’anxiété.

En outre, pour des raisons inconnues, les symptômes d’amélioration face à la dépression étaient plus importants chez les femmes que chez les hommes. Par ailleurs, le soulagement émotionnel était plus marqué quand le régime riche en fibres était combiné à la pratique d’un exercice physiquesurtout à l’air libre.

Le meilleur régime pour la dépression : le régime méditerranéen

Le régime méditerranéen est l’un des plus conseillés pour la santé intellectuelle et émotionnelle. Il consiste en la consommation d’une grande variété de légumes, de fruits, de légumineuses, de grains et graines, d’huile d’olive, une consommation modérée de poisson, de viande maigre (surtout de volaille) et de produits laitiers fermentés (yaourt, fromage).

La consommation de sucres, de graisses saturées et de viande rouge est très faible ou inexistante. Ce régime apporte des acides gras essentiels, des antioxydants, des vitamines, des fibres, des micro-minéraux et des glucides à assimilation lente qui favorisent un état optimal de l’esprit et de l’humeur.

Le régime méditerranéen avec des fibres.

Une étude scientifique réalisée en 2013 a confirmé les bénéfices du régime méditerranéen dans l’amélioration de la dépression, même quand elle est sévère. D’autres études ont plus particulièrement souligné l’importance de la consommation de légumineuses, de légumes et de poissons bleus.

Ceci peut vous intéresser : 8 aliments riches en fibres

La santé des intestins influe sur la dépression

Les bactéries de l’intestin ont aussi leur mot à dire dans l’humeur d’une personne. L’intestin est habité par des millions et des millions de micro-organismes (environ 1000 types).

Ces micro-organismes (surtout des bactéries) doivent conserver un équilibre pour que la tête fonctionne bien. Quand les micro-organismes présentent des niveaux altérés, le risque de souffrir de maladies neurodégénératives augmente.

Même s’il y a encore beaucoup de recherches à faire sur ce sujet, certaines études indiquent que les bactéries de l’intestin ont aussi une influence sur la dépression.

Par exemple, un travail scientifique effectué en 2019 avec 1054 participants a identifié au moins deux types de bactéries intestinales (Coprococcus et Dialister) qui étaient à des niveaux bas chez des personnes dépressives, en comparaison avec d’autres sans dépression.

Comment nettoyer ses intestins.

Il ne fait aucun doute que la dépression est une combinaison de nombreux facteurs distincts, aussi bien génétiques qu’environnementaux ou liés à des styles de vie. Ces facteurs ne peuvent être généralisés. Néanmoins, parmi tous ces paramètres, il faut considérer le type d’alimentation comme un facteur qui joue en faveur – ou contre – d’un moral sain.

Même s’il faut encore réaliser des recherches à ce sujet, beaucoup considèrent déjà qu’il peut être possible d’améliorer son humeur en mangeant des fibres (au sein d’un régime équilibré, comme le régime méditerranéen) et de dégager un horizon pour les patients atteints de dépression chronique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelles graisses votre cerveau consomme-t-il ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Quelles graisses votre cerveau consomme-t-il ?

Notre cerveau a besoin de graisses pour fonctionner correctement et se développer. Quelles sont les matières grasses essentielles à notre cerveau ?



    • Psaltopoulou T; Sergentanis T.N; Panagiotakos D.B; Sergentanis I.N; Kosti R; Scarmeas N (2013). Mediterranean diet, stroke, cognitive impairment, and depression: A meta-analysis (S/P). https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23720230/
    • Valles Colomer M; Falony G; Darzi Y (2019). The neuroactive potential of the human gut microbiota in quality of life and depression (Bélgica). https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30718848/