Consommez-vous réellement toutes les fibres dont vous avez besoin ?

22 mai 2020
La consommation de fibres produit des fermentations au niveau intestinal qui améliorent la composition du micriobiote. Consommez-vous suffisamment de fibres ? Découvrez la réponse dans cet article.

Les fibres sont des nutriments essentiels pour la santé intestinale. Elles entretiennent une relation étroite avec la diversité du microbiote et aident à prévenir des maladies complexes à moyen et long termes.

D’ailleurs, une consommation suffisante de fibres peut réduire la probabilité de souffrir du diabète de type 2, comme l’explique cette étude publiée sur Nature Reviews Endocrinology.

Par ailleurs, la littérature scientifique associe la consommation de fibres à une plus grande sensation de satiété. Consommer suffisamment de fibres permet alors d’éviter le grignotage entre les repas et ainsi de prévenir le surpoids et l’obésité.

Pensez-vous que vous ingérez toutes les fibres dont vous avez besoin ? Nous vous invitons à découvrir la réponse à cette question dans la suite de cet article.

Les aliments riches en fibres

Les céréales complètes, les fruits et les légumes sont des aliments riches en fibres. Ces aliments sont d’ailleurs particulièrement recommandés aux personnes qui souffrent d’une maladie intestinale.

Néanmoins, de nos jours, la consommation de produits élaborés à partir de farines raffinées est commune. Or, pendant leur transformation, les céréales perdent une grande quantité de leurs fibres, et donc leurs propriétés bénéfiques.

En ce qui concerne les fruits et les légumes, nombreuses sont les personnes qui consomment ces produits sous forme de jus plutôt que de les consommer au naturel. Or, encore une fois, le fait de mixer les fruits et les légumes implique une perte de fibres, ce qui affecte la valeur nutritionnelle de ces aliments. C’est pourquoi il est recommandé de consommer des fruits et des légumes crus entre les repas ou encore dans des salades.

Les fibres sur un plateau

Le lien entre fibres et constipation

Les fibres sont très utiles à l’heure d’améliorer le transit intestinal. Elles permettent d’augmenter la taille du bol fécal et de stimuler sa motilité. C’est pourquoi les professionnels de santé recommandent aux personnes qui souffrent de problème à ce niveau-là de consommer des céréales complètes.

Par ailleurs, très souvent, les fibres produisent des fermentations au niveau intestinal. Ces fermentations donnent lieu à des changements dans le microbiote qui se traduisent par une amélioration de l’état de santé.

Il faut savoir que les organismes de la flore intestinale sont liés à une multitude de processus organiques. Ces organismes entretiennent d’ailleurs un lien avec la santé mentale et sont associés au risque de dépression. Ils sont également associés à l’absorption des nutriments et aux maladies du tractus digestif, telles que la diarrhée, la constipation et les gaz intestinaux.

Cet article peut également vous intéresser : 7 conseils pour avoir un bon transit intestinal et une bonne digestion

Il est fondamental de réduire sa consommation d’aliments transformés

En plus de contenir une grande quantité de sucres simples et de graisses trans, les aliments ultra-transformés manquent de fibres. Une alimentation riche en sucre et en graisse favorise l’apparition de changements défavorables dans le microbiote. Le risque de souffrir d’une maladie complexe à moyen et long terme augmente donc.

Si les glucides sont nécessaires et bénéfiques pour le fonctionnement correct de l’organisme, il est toutefois important d’avoir recours à des aliments frais. Ainsi, les pommes de terre, le riz complet et les patates douces, entre autres, peuvent nous apporter une quantité suffisante de glucides de bonne qualité (faible indice glycémique), ainsi que des vitamines et des fibres.

En revanche, d’autres aliments tels que les pâtes ou encore le pain sont élaborés à partir de farines raffinées dont la teneur en fibres et en vitamines devient presque nulle. Ces aliments provoquent, qui plus est, un déséquilibre au niveau du taux de glucose en raison de leur absorption rapide, favorisant ainsi le stress pancréatique.

Les aliments transformés et les fibres

La consommation journalière recommandée

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de consommer entre 25 et 30 g de fibres par jour. Pour les personnes qui souffrent d’une maladie intestinale ou de problèmes de transit, cette quantité peut ne pas être suffisante.

Dans certains cas, il est bon de prendre en considération l’ingestion de prébiotiques, des substances qui aident à stimuler les fermentations intestinales. Et ce, en vue de produire des altérations bénéfiques au sein du microbiote. Bien entendu, les yaourts et les aliments riches en fibres sont deux valeurs sûres.

Cet article peut également vous intéresser : Les 3 mesures essentielles pour avoir un intestin en bonne santé

Alors, consommez-vous suffisamment de fibres ?

En raison de la quantité importante de produits transformées à laquelle nous sommes exposés de nos jours, il est fort possible que nous consommions moins de fibres qu’il ne faudrait. Gardez à l’esprit que les aliments riches en fibres sont les céréales complètes, les fruits crus et les légumes crus. Consommer ces aliments permet d’améliorer les fonctions intestinales.

Nous tenons à insister sur le fait qu’il est nécessaire d’adopter une alimentation variée et équilibrée : il est important d’ingérer tous les groupes de nutriments. Aussi, l’exercice physique régulier et la consommation d’eau sont deux autres piliers fondamentaux pour jouir d’une bonne santé.

  • Leong I., High fibre diet beneficial for T2DM. Nat Rev Endocrinol, 2018. 14 (6): 324.
  • Rebello CJ., O’Neil CE., Greenway FL., Dietary fiber and satiety: the effects of oats on satiety. Nutr Rev, 2016. 74 (2): 131-47.
  • Simpson HL., Campbell BJ., Review article: dietary fibre microbiota interactions. Aliment Pharmacol Ther, 2015. 42 (2): 158-79.