Qu'est-ce que l'alcoolorexie ?

L'alcoolorexie est un terme populaire qui conduit souvent à des malentendus. Découvrez ici de quoi il s'agit et quelles en sont les conséquences.
Qu'est-ce que l'alcoolorexie ?

Dernière mise à jour : 09 août, 2022

Les habitudes malsaines donnent continuellement lieu à des termes qui ne sont pas toujours inclus dans la littérature médicale. C’est le cas de l’alcoolorexie. Puisqu’il ne s’agit pas d’une catégorie médicale, comprendre à quoi cette habitude fait référence peut être très déroutant. Nous parlerons ici de ses caractéristiques et des risques de cette pratique.

En effet, les experts ne manquent pas de pointer les problèmes qui existent autour de la définition de ce comportement. C’est pourquoi certains exigent que plus de recherches soient menées sur ses causes et ses conséquences. Bien que, dans une certaine mesure, il s’agisse d’une habitude inconnue, il est également juste de dire que nous sommes conscients de certaines de ses idées clés.

Les caractéristiques de l’alcoolorexie

De manière générale, les chercheurs définissent l’alcoolorexie comme « la combinaison d’habitudes alimentaires malsaines et d’une consommation excessive d’alcool ». Ils font ainsi allusion à des troubles alimentaires, comme la boulimie ou l’anorexie, qui s’accompagnent d’une consommation incontrôlée de boissons alcoolisées.

On peut dire que l’alcoolorexie est l’union des troubles liés à la consommation d’alcool et des troubles de l’alimentation. Bien que ce terme fasse référence à deux catégories bien étudiées dans la littérature médicale, l’alcoolorexie n’est pas formellement incluse dans les manuels de diagnostic : il s’agit donc d’un concept informel.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un comportement très courant chez les jeunes, bien qu’il puisse bien sûr également concerner les adultes. Selon les preuves, les femmes sont plus susceptibles de développer ce trouble, et celles qui en souffrent ne sont pas complètement inconscientes des dangers auxquels elles s’exposent.

Par ailleurs, il existe des preuves solides selon lesquelles l’ivresse est plus fréquente chez les personnes qui sont physiquement actives et qui ont des antécédents de contrôle du poids lorsqu’elles mangent. Les motivations sont très variées, mais nous pouvons les synthétiser de la manière suivante :

  • Contrer l’équilibre calorique de la consommation d’alcool en limitant au préalable la prise alimentaire
  • Augmenter les réactions générées par la consommation de boissons alcoolisées dans le corps (se saouler plus rapidement)
  • Perdre du poids
  • Se conformer aux normes de la société en matière de beauté
  • Donnez plus d’espace à l’estomac pour pouvoir ingérer une plus grande quantité de boissons alcoolisées.

Il n’y a pas de motivation générale pour expliquer pourquoi certaines personnes s’engagent dans des comportements de ce type. Certaines le font pour maintenir leur poids, d’autres pour le perdre et il y a celles qui souhaitent renforcer la sensation d’ivresse. Quoi qu’il en soit, l’alcoolorexie est très souvent liée à la boulimie et à l’anorexie.

L'alcoolorexie est un trouble mental.
Pour parler d’alcoolorexie, il faut souffrir d’un trouble alimentaire tout en ayant une consommation d’alcool excessive.


Les risques

Le comportement typique d’une personne qui souffre d’alcoolorexie est de limiter sa consommation de nourriture avant ou après avoir bu de l’alcool. Et ce, pour compenser l’apport calorique des boissons alcoolisées ou pour renforcer l’effet de celles-ci. Naturellement, les risques ne passent pas inaperçus dans l’organisme. Les risques les plus importants sont les suivants :

  • Carence en nutriments. Lorsque la consommation alimentaire est restreinte, l’accès aux nutriments essentiels pour le corps est également restreint. Lorsque le corps métabolise l’alcool, il en exige un plus grand nombre. Ces deux aspects se traduisent par une carence nutritionnelle.
  • Risque accru d’intoxication. L’éthanol se métabolise plus rapidement lorsqu’il est ingéré à jeun. Cela implique un risque d’intoxication plus élevé, car il suffit de quelques verres pour qu’une personne se saoule. En cas de manque de contrôle, la personne s’expose à des blessures physiques, telles que des lésions cérébrales.
  • Augmentation des comportements dangereux. Les effets de l’alcool étant assimilés plus rapidement lorsque le ventre est vide, les personnes sont également exposées à des comportements sociaux dangereux. Un excès peut limiter la prise de décision et favoriser des comportements mettant la vie en danger, comme la consommation de drogue et les rapports sexuels non protégés.
  • Arrêt de la récupération musculaire. Nous n’en avons pas parlé jusqu’à présent, mais certaines personnes ont tendance à faire de l’exercice avant de boire de l’alcool pour compenser la charge calorique. Au cours de son métabolisme, la synthèse des protéines est inhibée et la réparation musculaire ralentie. Cela a des conséquences négatives sur la récupération des muscles.

Il faut également ajouter l’impact psychologique, comme la dépression, la faible estime de soi, l’anxiété et les crises de panique, entre autres. Ce qui au début était une activité ludique devient rapidement une habitude néfaste aux multiples conséquences défavorables.



Le traitement de l’alcoolorexie

Comme il ne s’agit pas d’un trouble médicalement reconnu, il n’existe pas de traitement standard pour l’alcoolorexie. Toutefois, comme nous l’avons déjà expliqué, il s’agit de l’union de deux pathologies bien différenciées et connues : les troubles liés à l’alcool et les troubles de l’alimentation. Ces troubles peuvent être traités séparément, ce qui permettra de contrer l’alcoolorexie.

Étant donné que l’alcoolorexie est plus fréquente chez les jeunes, il est très important que ces derniers soient conscients de ses conséquences. Même si cela n’est fait qu’une seule fois, rien ne garantit une maîtrise totale de la situation.

La participation d’un psychologue professionnel peut être d’une grande aide dans le processus. Pour certains, les groupes de soutien pour les personnes alcooliques ou pour celles ont des habitudes alimentaires malsaines peuvent être utiles.

L'alcohorexie a un traitement.
La thérapie psychologique ou psychiatrique peut s’avérer d’une grande aide chez les patients souffrant d’alcoolorexie.

L’alcoolorexie est un vrai problème. Elle affecte des millions de jeunes dans le monde et est associée à des complications de santé qui peuvent gravement compromettre l’intégrité. Il est très important d’être conscient des symptômes pour éviter qu’ils ne deviennent un modèle de comportement socialement normalisé.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 effets immédiats de l’alcool sur la santé
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
10 effets immédiats de l’alcool sur la santé

L'alcool a des conséquences très nuisibles pour la santé à long terme. Mais dans cet article, nous vous parlons aussi des effets immédiats de l'alc...



  • Barry, A. E., & Piazza-Gardner, A. K. Drunkorexia: understanding the co-occurrence of alcohol consumption and eating/exercise weight management behaviors. Journal of American College Health. 2012; 60(3): 236-243.
  • Eisenberg, M. H., & Fitz, C. C. “Drunkorexia”: Exploring the who and why of a disturbing trend in college students’ eating and drinking behaviors. Journal of American college health. 2014; 62(8): 570-577.
  • Lupi, M., Martinotti, G., & Di Giannantonio, M. Drunkorexia: an emerging trend in young adults. Eating and Weight Disorders-Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity. 2017; 22(4): 619-622.
  • Thompson-Memmer, C., Glassman, T., & Diehr, A. Drunkorexia: a new term and diagnostic criteria. Journal of American College Health. 2019; 67(7): 620-626.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.