Mon/ma conjoint-e est alcoolique : comment l’aider ?

1 novembre 2020
La décision de commencer une désintoxication appartient à la personne alcoolique. Vous pouvez donc être à ses côtés, la soutenir et l'aider à comprendre qu'il y a un problème, mais elle seule pourra prendre cette décision.

L’alcoolisme est un trouble grave qui touche de nombreuses personnes. En plus de provoquer de sérieux problèmes de santé, cette malade déclenche aussi des problèmes dans d’autres domaines de la vie de la personne alcoolique, comme le domaine professionnel, personnel, familial, etc.

Ainsi, une fois qu’une personne alcoolique a reconnu son problème et a décidé de commencer une thérapie, elle a besoin de l’aide des personnes qui l’entourent, de leur soutien, de leur empathie, de leur compréhension et de leur patience. Si votre conjoint-e est alcoolique, comment pouvez-vous l’aider ?

Alcoolisme

Alcoolisme chez une personne.

L’alcoolisme se caractérise par une forte dépendance, aussi bien physique que psychologique, à la consommation d’alcool.

L’alcoolisme est un trouble qui génère une dépendance à l’alcool. Il est donc différent de l’abus d’alcool, qui peut être ponctuel.

En effet, l’alcoolisme est considéré comme une maladie car il présente une forte dépendance physique : on ne peut pas arrêter de boire parce que le syndrome d’abstinence nous en empêche. Par ailleurs, la personne alcoolique a besoin de boire de plus en plus pour être capable de ressentir le même effet car son organisme s’adapte progressivement à l’ingestion d’alcool.

En outre, l’alcoolisme crée une dépendance psychologique et stopper cette addiction devient réellement difficile sans l’aide de professionnels qualifiés.

Comme toute addiction, l’alcool peut provoquer de sérieux problèmes au niveau de la santé et de la vie de la personne alcoolique. En effet, l’alcoolisme a des répercussions physiques et psychologiques chez la personne dépendante mais aussi chez ceux qui l’entourent.

Il est donc indispensable de reconnaître le problème, de chercher de l’aide et de commencer une thérapie. Mais que pouvez-vous faire si votre conjoint-e est alcoolique ? Comment pouvez-vous l’aider ? Nous allons dès maintenant vous donner quelques conseils.

Nous vous recommandons de lire : 3 remèdes qui vous aident à combattre l’alcoolisme

Aidez la personne alcoolique à s’en rendre compte

Seule la personne alcoolique peut prendre la décision de commencer une thérapie et de se désintoxiquer. Ainsi, les personnes qui l’entourent ne peuvent que la prévenir, mais jamais l’obliger.

Vous pouvez donc, d’une façon adéquate, l’aider à se rendre compte que l’alcool est un problème. Ce rapprochement doit se faire pour l’aider et la soutenir et jamais en l’attaquant ou dans le but de la faire culpabiliser.

Par exemple, vous devez éviter de dire « tu es insupportable quand tu bois ou tu fais toujours l’idiot-e ». Nous devons faire preuve d’empathie et de délicatesse, sans attaques directes. Il vaut donc mieux parler en termes de « je sais que c’est dur… », « je te comprends, mais… ».

Aider une personne alcoolique.

La première étape est la sensibilisation du problème, quelque chose dont nous pouvons parler avec empathie à la personne alcoolique pour lui faire comprendre son addiction.

Vous devez également prendre en compte que ce rapprochement pour lui parler de l’addiction doit toujours se faire dans un moment de sobriété. Ceci sera absolument inutile si la personne se trouve sous les effets de l’alcool.

Néanmoins, vous devez bien comprendre que beaucoup de personnes dépendantes nient complètement leur addiction. Le fait de les aider à s’en rendre compte peut leur donner l’impression que vous les accusez ou les attaquez.

Vous ne pouvez obliger personne à se soigner si cette personne ne le veut pas. Votre rôle est de l’aider à prendre conscience d’un problème, rien de plus. Si elle s’obstine à ne pas vouloir se soigner ou à ne pas voir qu’il y a un problème, vous ne devez pas vous sentir coupable.

N’aidez jamais une personne alcoolique à boire

Il est possible que votre conjoint-e vous demande une faveur pour que alliez lui chercher à boire. Il/elle a peut-être honte qu’on le/la voie sortir avec plus d’une bouteille, n’est peut-être pas en forme ou, pour une quelconque raison, préfère vous demander d’y aller à sa place.

Vous devez absolument dire non. En effet, il est essentiel que vous montriez que vous n’êtes pas d’accord avec son addiction et que vous la considérez comme un problème. Par conséquent, si il/elle veut boire, il devra aller se procurer l’alcool par ses propres moyens. Vous ne devez pas l’aider à poursuivre avec cette addiction.

De la même façon, il est possible que votre conjoint-e cherche des excuses pour sortir et aller boire un verre. Si vous pensez que son intention est seulement de boire, vous devez être clair-e, faire preuve d’assertivité et refuser. Nous insistons encore une fois : vous ne devez pas l’aider à poursuivre avec cette addiction. 

Ceci peut vous intéresser : Les effets de l’alcool sur le cœur

Cherchez une aide professionnelle

Une thérapie psychologique.

Avec une thérapie et une aide professionnelle, la personne alcoolique pourra profiter à nouveau d’une vie pleine.

Le taux d’alcooliques chroniques qui ont réussi à surmonter leur addiction sans aide professionnelle est très bas. Ainsi, si votre conjoint-e a pris conscience de son problème et essaie de chercher de l’aide, soutenez-le/la.

Il existe des thérapeutes spécialisés en addictions qui pourraient le/la guider dans cette étape difficile et sur ce chemin compliqué. Il existe aussi des associations, comme Alcooliques Anonymes, qui apportent leur soutien à ceux qui souffrent de ce type d’addictions.

De votre côté, vous pouvez vous impliquer en cherchant un spécialiste, en l’accompagnant, en vous informant et en discutant, avec le thérapeute, de la façon dont vous devez agir pour que la désintoxication se passe bien.

Par ailleurs, vous pouvez chercher des activités à faire ensemble, où l’alcool n’aurait pas sa place. Par exemple, aller ensemble à des cours, à la salle de sport, vous promener. Souvenez-vous que la personne dépendante doit se rééduquer, c’est-à-dire réapprendre à s’amuser sans alcool.

Éviter des situations de stress ou des situations qui donnent envie de boire

Ceci est toujours conseillé, mais ça l’est encore plus quand la personne alcoolique suit une thérapie. Le but est d’éviter des rechutes. Nous devons être capables de reconnaître les situations qui stressent cette personne et, par conséquent, essayer de les éviter. Le stress lui donnera envie de boire et compliquera sa récupération.

Par conséquent, nous devons être attentifs et prévoyants afin d’éviter ces situations ou ces moments à la personne alcoolique. Ce n’est pas facile, mais votre conjoint-e a besoin de tout votre soutien et de toute votre patience. Ne le/la faites pas culpabiliser : il/elle est malade. Ne l’attaquez pas : il/elle a des problèmes. Vous devez seulement le/la comprendre et lui apporter votre soutien, être là et l’aider dans son processus de récupération.

Souvenez-vous que vous ne pouvez pas aider quelqu’un qui ne veut pas aller mieux. Ne vous sentez pas coupable si vous n’y arrivez pas : vous avez fait de votre mieux.

 

 

 

  • Rizo, D. (2015). ¿Qué esconden las adicciones? Retrieved May 5, 2019, from https://lamenteesmaravillosa.com/que-esconden-las-adicciones/
  • Alcohólicos Anónimos España – Página Oficial. (n.d.). Retrieved May 5, 2019, from http://www.alcoholicos-anonimos.org/v_portal/apartados/apartado.asp