Qu’est-ce que la polyurie ?

27 février 2020
La polyurie consiste en l'augmentation de la production d'urine dans l'organisme. Parfois, ses causes sont bénignes, et d'autres fois, elle alerte de l'apparition d'une maladie chronique qui doit être traitée. Dans cet article, nous vous présentons quelles sont ces possibles causes.

La polyurie est un terme médical utilisé pour faire référence à l’augmentation de la production d’urine. Pour que l’on puisse parler de polyurie, il faut que l’organisme produise plus de 3 litres d’urine par jour pour un adulte. Et plus de 2,5 litres en 24 heures chez un enfant.

Il y a d’autres termes semblables, mais qui ne veulent pas dire la même chose. Par exemple, la pollakiurie désigne des mictions diverses au fil de la journée, même avec une quantité totale normale. D’un autre côté, on a aussi la nycturie, à savoir des mictions nocturnes interrompant le sommeil.

Dans certains cas, pollakurie et nycturie sont observées chez le même patient. Ou bien polyurie et pollakurie. Mais ce n’est pas la même chose. Ainsi, peut aussi se présenter une augmentation du volume uriné sans autre signe. Dans tous les cas, on fait face à un symptôme et pas à une maladie en soi. Pour connaître la maladie qui se cache derrière ces symptômes, il faut faire un diagnostic.

Le volume d’urine produit en 24 heures dépend de 3 facteurs :

  • Ce qui a été ingéré : quelle quantité de liquide se trouve dans l’organisme
  • Les substances qui doivent être éliminées : l’urine est un mécanisme du corps humain permettant d’évacuer les éléments inutiles. La quantité qu’il faudra évacuer sera un facteur supplémentaire
  • Le fonctionnement rénal : l’urine est produite dans les reins et dépend de la capacité de ces organes à travailler

Causes générales de polyurie

Nommons tout d’abord les causes générales de polyurie pour expliquer, ensuite, les maladies qui sont le plus fréquemment à l’origine du symptôme. Parmi ces causes générales, nous en avons certaines associées à des faits quotidiens et passagers, et d’autres à des faits plus persistants :

  • Plus grande ingestion de liquides : évidemment, si on consomme plus de liquide dans une journée, le corps aura besoin de l’éliminer. Dans ce cas, on fera alors face à une polyurie passagère et bénigne
  • Augmentation de la consommation de sel : le sel est une substance capable de retenir l’eau. Autrement dit, il peut s’associer à l’eau dans l’organisme et la mener dans les reins afin de l’évacuer du corps. Lorsque l’on a ingéré des aliments très salés, il est à prévoir une augmentation du volume d’urine. Il s’agit là aussi d’une polyurie temporaire
  • Boissons stimulant l’urine : certains liquides ont la capacité d’augmenter le volume d’urine, comme par exemple la bière, certains thés et la caféine

A voir : Sevrage de la caféine : 6 remèdes maison

  • Climat froid : lorsqu’il fait froid, se produit dans le corps la vasoconstriction. Autrement dit, le calibre des artères de l’organisme diminue. Les artères étant plus étroites, il y a moins de place pour le sang qu’elles contiennent, et la manière de se débarrasser de ce liquide en excès consiste à augmenter le volume d’urine
  • Consommation de diurétiques : dans le cas de certaines pathologies, les médecins indiquent des médicaments connus sous le nom de diurétiques (furosémide ou hydrochlorothiazide, par exemple). Ces médicaments augmentent le volume d’urine en produisant la polyurie. Il peut s’agir d’un effet désirable du traitement ou d’un effet adverse
La polyurie et les reins

Maladies spécifiques qui causent la polyurie

Maintenant que nous avons décrit les causes générales, nous pouvons nommer 4 maladies qui ont la polyurie pour symptôme. Dans le cadre de ces maladies, le contrôle médical est très important, puisque la polyurie peut être un grand problème.

Si la polyurie est bien un symptôme supplémentaire dans le contexte de ces pathologies, lorsqu’elle devient incontrôlable, elle entraine d’autres problèmes. Même ainsi, l’objectif sera toujours de résoudre la maladie de base.

Le diabète

Il est considéré, parmi les maladies, comme la cause la plus commune de polyurie. On sait que la triade polyurie, polydipsie (augmentation de la soif), polyphagie (augmentation de l’appétit) est l’alerte initiale de la pathologie.

Dans le cas du diabète, la polyurie répond au besoin du corps de se débarrasser du glucose en excès. En ayant tant de sucre circulant dans le sang, la seule issue pour l’organisme consiste à l’évacuer via l’urine, en augmentant sa production. D’où la polyurie classique de ces patients.

L’insuffisance cardiaque

Dans le cas de l’insuffisance cardiaque, le coeur ne peut pas envoyer la quantité de sang nécessaire à tout le corps. Il devient un organe insuffisant car il n’a pas assez de force pour réaliser son travail de contraction.

Souvent, les patients victimes d’insuffisance cardiaque souffrent de la polyurie car ce défaut dans la circulation produit une accumulation de liquides. Le corps élimine ce liquide en excès via l’urine ; souvent, en augmentant le volume nocturne.

L'insuffisance cardiaque et la polyurie

L’hypertension artérielle

Les hypertensions manifestent une augmentation du volume d’urine quand elles ne sont pas soignées, ou quand le contrôle de la maladie n’est pas bon. Parfois, face à une maladie silencieuse, comme l’hypertension artérielle, le seul signe est la polyurie.

Les valeurs élevées de tension artérielle affectent le fonctionnement des reins, changeant ainsi leur manière de filtrer le sang et de produire de l’urine. C’est pourquoi le volume augmente. De plus, sont aussi impliqués des mécanismes semblables à ceux de l’insuffisance cardiaque.

Lisez également : Les graines de céleri : un remède contre l’hypertension

L’insuffisance rénale

Rares sont les personnes souffrant d’insuffisance rénale. Pour autant, cette pathologie est très grave. Dans ces cas, les reins sont insuffisants car ils ne sont pas capables de filtrer correctement le sang en vue de la production correcte d’urine. Face à cette mauvaise filtration, se perdent non seulement des substances qui doivent être éliminées par le corps, mais aussi des substances utiles et de l’eau.

L’insuffisance rénale peut être une étape finale et compliquée d’autres pathologies, comme le diabète, ou une entité en soi produite par des infections mal traitées, des crises auto-immunes de l’organisme ou des tumeurs malignes.

Conclusion sur la polyurie

La polyurie est un symptôme auquel il faut prêter attention. Si vous savez que vous avez mangé salé ou si vous avez eu froid, rien ne sert de vous inquiéter, vous n’avez qu’à attendre que le signe disparaisse par lui-même. Cependant, s’il est devenu persistant, il vous faudra consulter.

Les professionnels médicaux sauront vous diriger vers les examens nécessaires pour arriver au diagnostic des causes de fond de votre polyurie. Une fois l’origine trouvée, le traitement correspondant s’instaurera.

 

  • Grimaldi, A. « Polidipsia-poliuria. » EMC-Tratado de Medicina 16.2 (2012): 1-2.
  • Biagetti, B., I. Vinagre, and S. M. Webb. « Protocolo diagnóstico del síndrome de poliuria y polidipsia. » Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado 10.13 (2008): 883-885.
  • Guinea, M. Torres, and Gabriel de Arriba de la Fuente. « Protocolo diagnóstico de la poliuria. » Medicine: Programa de Formación Médica Continuada Acreditado 10.80 (2011): 5435-5437.