Qu'est-ce que la protonthérapie pour le cancer du sein ?

La protonthérapie est une alternative à la radiothérapie conventionnelle dans les cas de cancer du sein avec un risque accru de maladie cardiaque. Nous vous disons tout sur cette nouvelle option.
Qu'est-ce que la protonthérapie pour le cancer du sein ?
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 09 novembre, 2022

La protonthérapie ou radiothérapie protonique pour le cancer du sein est une forme avancée de radiothérapie utilisée pour tuer les cellules cancéreuses de manière ciblée. La différence entre la protonthérapie et la radiothérapie conventionnelle est que la protonthérapie utilise des particules chargées appelées protons au lieu de rayonnements ionisants ou de rayons X.

Cela permet à la thérapie de mieux cibler les cellules malignes. Les tissus sains environnants sont ainsi protégés.

Qu’est-ce que la protonthérapie ?

La protonthérapie pour le cancer est administrée à l’aide d’un appareil appelé cyclotron. Cet appareil envoie un faisceau de protons de haute énergie placés à travers la peau vers la tumeur.

L’utilisation d’un faisceau de protons, comme la radiothérapie conventionnelle, endommage l’ADN des cellules. Cette thérapie pénètre directement dans la tumeur et permet un meilleur dosage et une meilleure profondeur, réduisant ainsi le risque d’effets secondaires associés aux dommages causés par les radiations aux tissus normaux.

C’est pourquoi, en particulier dans le cancer du sein, la protonthérapie prévient les dommages causés par les rayonnements au cœur et aux poumons. Elle se positionne comme une alternative utile dans des cas particuliers de patients qui présentent un risque plus élevé d’atteinte cardiaque, soit en raison de leurs caractéristiques particulières, soit en raison de leurs antécédents pathologiques personnels.

Elle a un avantage supplémentaire. La dose de protonthérapie peut être augmentée, afin d’augmenter les chances de détruire les cellules malignes.

Femme atteinte d'un cancer du sein.
Certains patients seront exposés à un risque accru d’effets secondaires cardiaques. Chez eux, la protonthérapie pourrait être bénéfique.

Comment la protonthérapie est-elle administrée ?

Avant de commencer le traitement, une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique doit être réalisée pour établir une carte tridimensionnelle de la tumeur. Ensuite, avec des programmes informatiques et des logiciels spécialisés, les oncologues se chargent de déterminer comment administrer le traitement aux bonnes doses et au bon endroit.

L’endroit idéal pour appliquer le traitement est marqué sur la peau, afin qu’il n’y ait pas d’erreur lors des séances.

La protonthérapie est réalisée dans une salle adaptée. La personne doit être maintenue dans une position exacte sur la table de traitement afin que le faisceau de protons puisse être dirigé.

La séance est assez rapide : elle dure environ 30 minutes. 5 applications hebdomadaires sont généralement effectuées pendant une période de 6 semaines.

Ce traitement n’est pas douloureux.

Les effets indésirables

De manière générale, les effets secondaires les plus fréquents de la protonthérapie sont ceux associés à la radiothérapie conventionnelle :

  • Fatigue
  • Perte de poids
  • Douleur dans la zone d’application
  • Rougeur de la peau autour de la région d’incidence du faisceau



[/atomik -lu-aussi ]

Les bienfaits pour le cancer du sein

Dans le contexte du cancer du sein, ceux qui bénéficient le plus de la protonthérapie sont les patients qui présentent un risque plus élevé d’effet des rayonnements sur le cœur et les vaisseaux coronaires. Ces femmes présentent certaines des caractéristiques suivantes :

  • Mastectomie antérieure
  • Antécédents de maladie cardiaque
  • Radiothérapie antérieure dans les ganglions lymphatiques régionaux
  • Tumeurs sur le côté gauche ou dans le quadrant inférieur des seins

D’autre part, la protonthérapie est indiquée dans les cas de cancer du sein suivants :

  • Récurrent
  • Inflammatoire
  • Triple négatif
  • Carcinome canalaire in situ.
  • Carcinome canalaire ou lobulaire invasif
  • Premiers stades (stade I)
  • Localement avancé (stades II et III)

La protonthérapie semble être particulièrement utile au cours des premiers stades du cancer du sein, en particulier lorsqu’il y a eu une chirurgie conservatrice auparavant. Chez ces patients, la récurrence ou la propagation des cellules cancéreuses peut être évitée grâce à cette approche.

D’autre part, elle est également utilisée dans les récidives. C’est une bonne alternative pour les personnes qui ont déjà reçu une radiothérapie conventionnelle dans une zone proche de celle qui dénote une réapparition de la tumeur.

Mammographie pour le diagnostic du cancer du sein qui recevra une protonthérapie.
Les méthodes d’imagerie permettent de délimiter l’étendue de la tumeur. La biopsie établit alors si le degré de la maladie bénéficierait de la protonthérapie.



[/atomik -lu-aussi ]

Une protonthérapie seule suffit-elle ?

La réponse est non. La protonthérapie n’est généralement qu’une partie de l’approche, qui comprend également la chirurgie (mastectomie avec ou sans ablation des ganglions lymphatiques), la radiothérapie conventionnelle, la chimiothérapie et la thérapie hormonale, biologique ou ciblée.

Par ailleurs, cette technique est utilisée dans d’autres types de cancer. Par exemple :

Pénétrant directement dans la tumeur, la protonthérapie réduit le risque d’effets secondaires des rayonnements sur les tissus sains. Dans le cas du cancer du sein, elle prévient les dommages au cœur et aux poumons. Et cela, en plus de permettre une dose d’application plus élevée.

C’est un traitement non invasif, pratique pour reprendre plus rapidement les activités quotidiennes. Elle offre des résultats similaires ou supérieurs à la radiothérapie conventionnelle et réduit le risque de propagation ou de récidive du cancer.

Cela pourrait vous intéresser ...
Cancer du sein et grossesse : ce que vous devez savoir
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Cancer du sein et grossesse : ce que vous devez savoir

Bien que le cancer du sein pendant la grossesse soit un diagnostic difficile à affronter, il existe des options de traitement.