Comment reconnaître les tumeurs des ongles ?

Les tumeurs des ongles sont un problème dont on parle peu. Bien que dans la plupart des cas, elles ne constituent pas une source de préoccupation, elles peuvent parfois être le symptôme d'un cancer.
Comment reconnaître les tumeurs des ongles ?

Dernière mise à jour : 06 juin, 2022

Nombreuses sont les personnes qui ignorent qu’il est possible d’avoir des tumeurs des ongles. Parfois, ces tumeurs sont confondues avec certaines imperfections et peuvent donc passer inaperçues. D’où l’importance d’apprendre à les reconnaître.

Les tumeurs des ongles sont plus fréquentes qu’on ne le croit. Il est courant qu’on ne leur prête pas attention et c’est une erreur, car elles peuvent aussi être malignes. Elles peuvent passer pour des verrues, des callosités ou des taches insignifiantes.

Les caractéristiques d’une tumeur

Une tumeur est une masse anormale causée par une augmentation inappropriée du nombre de cellules. Le tissu affecté semble enflé ou distendu.

Elle se forme progressivement et est rarement remarquée au début. Elle n’est perceptible que lorsqu’elle a déjà suffisamment avancé.

Certaines tumeurs des ongles sont bénignes et n’affectent donc que l’esthétique. D’autres, en revanche, sont malignes. Dans ce deuxième cas, elles ont le potentiel de se propager, même à des endroits éloignés du corps. En d’autres termes, elles peuvent métastaser.

L’un des principaux problèmes des tumeurs des ongles est qu’elles ne sont pas facilement détectées. Pour identifier ces formations, il faut surveiller attentivement ses ongles, un par un. Une chose que les médecins ni les patients font habituellement.

Les différentes tumeurs des ongles

Il existe plusieurs tumeurs des ongles. Chacune a ses propres caractéristiques. Certains nécessitent une attention immédiate, tandis que d’autres n’ont pas le potentiel de causer des désagréments.

Ongles cassés.
L’examen des ongles n’est généralement pas inclus dans les examens physiques, sauf si une condition ponctuelle est suspectée.

Granulome pyogénique

Le granulome pyogénique est une bosse rougeâtre avec une surface lisse et parfois un aspect humide. Sa consistance est molle et peut saigner facilement. Il apparaît généralement après un coup sur l’ongle.

S’il est petit, il disparaît généralement de lui-même. Autrement, il est traité par chirurgie, électrocoagulation, laser ou crèmes, bien que ces dernières ne soient généralement pas aussi efficaces que les autres approches. Il appartient aux tumeurs unguéales bénignes.

Fibrome des ongles ou tumeur de Köenen

Le fibrome de l’ongle ou tumeur de Köenen a une croissance lente. Il est de consistance ferme, de la même couleur que la peau et apparaît autour de l’ongle.

Lorsqu’il est présent sur plusieurs doigts, on suppose qu’il s’agit d’un symptôme d’une maladie appelée sclérose tubéreuse, une maladie génétique rare. Cette tumeur est traitée par chirurgie.

Exostose sous-unguéale

L’exostose sous-unguéale est une tumeur qui, comme son nom l’indique, apparaît sous l’ongle. Il se pose au bout du doigt et pousse l’ongle vers le haut.

Cela amène l’ongle à se détacher ou à se déformer. Le gros orteil est généralement le plus affecté.

Une radiographie est nécessaire pour le diagnostic. Cette tumeur est bénigne et est traitée par chirurgie.

Tumeur glomique

Elle fait partie des tumeurs bénignes. La tumeur glomique apparaît sous l’ongle et ressemble à une tache bleu rouge.

Elle provoque généralement une douleur intense qui s’intensifie lorsque le temps est froid. Parfois, la douleur s’intensifie avec un contact minimal. Elle doit également être traitée par chirurgie.

Onychopapillome

L’onychopapillome est l’une des tumeurs unguéales les plus fréquentes, mais aussi l’une des plus méconnues. Elle ressemble à une bande qui va de la lunule ou de la cuticule au bord libre de l’ongle.

Elle est de couleur blanchâtre, rose ou brune. Dans la partie proche de la cuticule, sous l’ongle, un petit nodule blanc jaunâtre apparaît généralement. Cette tumeur est bénigne.

Onychomatricome

Cette tumeur est rare. Elle ressemble à une bande jaunâtre linéaire avec un épaississement dans cette zone de l’ongle qui se courbe également.

Il y a une hémorragie par éclats, qui ressemble à de petites lignes rouge foncé. C’est une croissance bénigne qui est traitée par chirurgie.



Kyste myxoïde

Le kyste mucoïde est considéré comme la plus fréquente des tumeurs des ongles. Il ressemble à une masse molle qui draine parfois spontanément un liquide visqueux.

Des rainures irrégulières apparaissent sur l’ongle si la tumeur comprime la matrice de l’ongle. Il est très fréquent qu’elle soit associée à l’arthrose des doigts. Il s’agit d’une tumeur bénigne.

Kératoacanthome

C’est l’une des tumeurs les plus rapides. Elle se loge sous l’ongle et augmente rapidement.

En quelques semaines ou mois, elle peut endommager l’os du doigt, même si elle est bénigne. Elle est traitée par chirurgie.

Le nævus mélanocytaire est une lésion qui ressemble à une bande longitudinale. Il peut également apparaître sous l’ongle et, dans ce cas, il ressemble à une tache sombre. Bien qu’en principe il soit bénin, il est important de le surveiller et de prendre note de tout changement qu’il présente.

Mélanome

Le mélanome fait partie des tumeurs malignes des ongles. Il ressemble à une tache noire sous l’ongle qui se propage ensuite à la peau environnante.

Il s’épaissit progressivement et ne présente généralement aucun symptôme au début. Il est très agressif et nécessite une intervention chirurgicale. Une amputation et une chimiothérapie sont parfois nécessaires.



Carcinome épidermoïde in situ

Cette tumeur est également connue sous le nom de maladie de Bowen, et elle est rare. Elle est légèrement plus fréquente chez les hommes qui sont dans leurs troisième et quatrième décennies de vie.

Elle ressemble à une lésion verruqueuse sous l’ongle et peut parfois saigner. C’est l’une des tumeurs malignes des ongles.

Zoom sur des pieds.
Les tumeurs des ongles concernent également les pieds. Cette zone est encore moins contrôlée que les mains.

Comment inspecter les ongles ?

Il convient de vérifier périodiquement les mains et les pieds pour détecter tout signe possible de tumeurs des ongles. Il est préférable de prêter attention aux signes suivants :

  • Rayures sombres. Ils sont généralement bruns ou noirs. Ils peuvent apparaître sur n’importe quel ongle, mais sont plus fréquents sur le pouce et le gros orteil.
  • Peau foncée près de l’ongle.
  • Ongles surélevés. C’est comme si l’ongle commençait à se séparer de la peau.
  • Ongles fragmentés. Faites attention à ceux qui se séparent en deux.
  • Grumeaux ou taches sous les ongles.
  • Changements dans les rainures des ongles.
  • Déformation des ongles.
  • Changements de couleur des ongles.
  • Douleur persistante sous l’ongle ou autour de celui-ci.

Chacun de ces signes doit être surveillé attentivement. Il est préférable d’en discuter avec votre médecin, surtout si vous avez affaire à des symptômes qui semblent évoluer avec le temps.

Les tumeurs des ongles sont souvent bénignes

La plupart des tumeurs des ongles sont bénignes. Généralement, aucun traitement n’est appliqué, sauf s’ils représentent une gêne pour la personne.

Tenant compte du fait que les tumeurs des ongles peuvent aussi être malignes, il est préférable de ne pas s’autodiagnostiquer, mais de consulter un dermatologue. Ce professionnel évaluera la situation et proposera un diagnostic fiable.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi des stries apparaissent-elles sur les ongles ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Pourquoi des stries apparaissent-elles sur les ongles ?

L'apparition de stries sur les ongles est un problème très courant. Découvrez ici quelles sont les principales causes.



  • Castillo Castillo, A., & Doncel Pérez, C. (2013). Granuloma Piógeno. Presentación de un caso. Revista Habanera de Ciencias Médicas, 12(3), 322-328.
  • Rodríguez Castaño, M., Rayo Rosado, R., & Reina Bueno, M. (2015). Tumor de Köenen: Etiología, diagnóstico diferencial y tratamiento de elección.
  • Martin, B. (2013). Histopatología de la uña. Actas Dermo-Sifiliográficas, 104(7), 564-578.