Qu'est-ce que le CBD et comment s'utilise-t-il ?

Le cannabidiol (CBD) a longuement été étudié pour ses effets sur la santé. On considère aujourd'hui qu'il aide contre la douleur, l'anxiété et certains troubles neurologiques. Découvrez comment il s'utilise et quelles sont les recommandations.
Qu'est-ce que le CBD et comment s'utilise-t-il ?

Dernière mise à jour : 09 août, 2021

Le CBD ou cannabidiol est l’un des ingrédients actifs qui prédominent dans la marijuana (cannabis). Cependant, il ne contient pas de tétrahydrocannabinol (THC), qui est la substance psychoactive que l’on associe généralement à la plante.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a informé que le CBD n’était pas lié à un abus ou une dépendance chez les humains. Bien au contraire : on lui attribue des bénéfices médicinaux.

Il convient de souligner que cet extrait provient de l’espèce Cannabis sativa, qui a deux classifications : la marijuana et le chanvre. En général, le CBD s’obtient du chanvre car la marijuana est illégale dans beaucoup d’États. Il est possible de le retrouver sous forme d’huile, de gélules, de bonbons et de sprays. Nous allons ici vous détailler ses principaux usages et ses possibles effets secondaires.

Comment utilise-t-on le CBD et quels sont ses bénéfices

En général, la présentation utilisée du CBD est l’huile. On laisse tomber des gouttes sous la langue et on les conserve là pendant environ une minute.

Comme nous l’avons commenté, il y a d’autres présentations possibles, et même des savons et produits de beauté. Néanmoins, le seul produit approuvé par l’Administration des Aliments et des Médicaments est une huile du nom d’ « Epidiolex », utilisée contre deux types d’épilepsie.

Aujourd’hui encore, le mécanisme d’action exacte du CBD n’est pas clair. Quoi qu’il en soit, on a pu observer qu’il avait une affinité basse avec les récepteurs de cannabinoïdes dans le cerveau, ce qui explique sa différence avec le THC.

On pense qu’il influe sur les récepteurs opioïdes qui régulent la douleur. Par ailleurs, il semblerait qu’il intervienne sur les récepteurs de glycine, liés aux hormones du bien-être.

Et quels sont ses bénéfices ? Qu’en disent les études scientifiques ? L’interdiction du cannabis a entravé, dans une large mesure, les recherches sur les effets de cette plante. Malgré cela, on a pu mener des études importantes qui appuient quelques-uns de ses usages médicaux. Nous allons dès maintenant vous les partager en détail.

Soulagement de la douleur

Le cannabidiol a été étudié pour ses effets analgésiques. Une étude a révélé que le CBD pouvait faire diminuer la douleur chronique en affectant l’activité du récepteur endocannabinoïde, qui intervient dans la régulation de plusieurs fonctions comme l’appétit, la douleur et la réponse du système immunitaire.

En outre, une étude sur des rats publiée dans Frontiers in Pharmacology a informé que les injections de CBD avaient réduit la réponse à la douleur après une incision chirurgicale. Des résultats similaires ont été observés dans une autre étude sur des rats, qui a déterminé que l’usage oral du CBD pouvait faire diminuer la douleur et l’inflammation du nerf sciatique.

Des études plus complètes sur les humains sont aujourd’hui nécessaires pour considérer le CBD comme un allié pour plusieurs types de douleur. Jusqu’à aujourd’hui, la majorité des études incluent le THC, ce qui empêche de connaître avec exactitude les effets du CBD en soi.

Une femme qui ressent une douleur à la tête.

L’usage analgésique du CBD est l’un des plus prometteurs, surtout pour des algies puissantes et chroniques.

Diminution de l’anxiété et de la dépression

L’huile de CBD s’est popularisée en tant qu’alliée pour faire diminuer l’anxiété et la dépression. On pense qu’elle influe sur la stimulation de la sérotonine ou hormone du bien-être.

À ce sujet, une étude publiée dans Brazilian Journal of Psychiatry a fait des découvertes intéressantes. Les hommes qui ont reçu du CBD oral avant une simulation de prise de parole en public ont ressenti moins d’anxiété.

Par ailleurs, un rapport de cas a informé que cette huile pouvait traiter de façon sûre l’insomnie et l’anxiété chez les enfants souffrant de stress post-traumatique. Une autre étude a détaillé que cette substance avait eu des effets antidépressifs.

Propriétés neuroprotectrices

Un grand nombre d’études associent l’utilisation du CBD à des bénéfices chez des patients atteints de troubles neurologiques. Plus concrètement, les chercheurs suggèrent que cette substance agit sur le système endocannabinoïde et d’autres systèmes de signalisation cérébrale, ce qui pourrait être utile contre la symptomatologie de l’épilepsie et de la sclérose en plaques.

L’huile de CBD est apparue utile dans la diminution de l’activité compulsive chez des enfants atteints du syndrome de Dravet, un trouble de l’épilepsie. Un article a d’ailleurs détaillé qu’elle aidait à améliorer la qualité de vie des patients atteints de Parkinson.

Santé cardiaque

L’huile de CBD semble être une thérapie complémentaire pour faire diminuer le risque de maladie cardiaque. Pourquoi ? Une étude indique que ce produit contribue à réduire une pression artérielle élevée, surtout quand on l’associe à des niveaux excessifs de stress et d’anxiété. Cela permet au cœur de pomper de façon plus efficace.

Autres bénéfices possibles

Le CBD est encore le sujet d’une large variété d’études. On pense que, dans le futur, il jouera un rôle dans le développement de nouveaux médicaments. Voici d’autres bénéfices possibles :

  • Activité antipsychotique : une étude a signalé que le cannabidiol contribuait à réduire les symptômes psychotiques chez des patients atteints de schizophrénie et d’autres troubles mentaux.
  • Acné : on a pu déterminer que le CBD aidait à réduire la production excessive de sébum et évitait l’activation de cytokines inflammatoires, des facteurs associés à l’acné.
  • Symptômes liés au cancer : les patients atteints de cancer semblent également tirer profit de l’huile de CBD, et de manière significative. Les évidences exposent que cette substance favorise le soulagement de la douleur causée par la maladie. Par ailleurs, une étude publiée dans Journal of Clinical Oncology détaille qu’elle diminue les nausées et les vomissements provoqués par la chimiothérapie.
  • Abus de substances : une révision indique que le CBD diminue la dépendance à la morphine et le comportement de recherche d’héroïne. Selon les chercheurs, cette substance change les circuits cérébraux impliqués dans l’addiction.
  • Diabète : des études sur des animaux parlent du potentiel du CBD en tant qu’antidiabétique. En particulier, il semble diminuer jusqu’à 56 % l’incidence du diabète.

Risques et effets secondaires du CBD

Il est fondamental de prendre en compte que l’utilisation du CBD peut entraîner certains effets secondaires. Selon une étude clinique publiée dans Cannabis and Cannabinoid Research, les effets indésirables peuvent varier chez chaque personne.

Quoi qu’il en soit, ils incluent :

  • Somnolence.
  • Bouche sèche.
  • Nausées.
  • Vomissements.
  • Anxiété.
  • Changements au niveau de l’appétit.
  • Vertiges.
  • Diarrhée.
  • Changements au niveau de l’humeur.

Entre autres choses, il faut faire très attention si on est atteint d’une maladie hépatique. L’huile de CBD augmente les enzymes du foie, ce qui peut être contreproductif. Il faut donc d’abord consulter son médecin. Son utilisation n’est pas recommandée en période de grossesse et d’allaitement car on craint qu’elle ne provoque des problèmes de développement chez le bébé.

Interactions du CBD

Les études suggèrent que le CBD peut interagir avec plusieurs médicaments, parmi lesquels nous retrouvons ceux pour l’épilepsie. Sa consommation simultanée avec des médicaments peut augmenter leur toxicité ou diminuer leur efficacité car ils interfèrent avec les cytochromes P450 (CYP), qui sont des enzymes permettant le métabolisme des principes actifs.

Certaines des interactions pharmacologiques identifiées du cannabidiol sont les suivantes :

  • Médicaments immunosuppresseurs comme Sandimmun ® (cyclosporine).
  • Antibiotiques macrolides comme la clarithromycine et la télithromycine.
  • Médicaments pour la migraine.
  • Analgésiques opioïdes.
  • Médicaments à base de rifamycine.
  • Anticonvulsifs comme Tégretol ® (carbamazépine) et Trileptal ® (oxcarbazépine).
  • Médicaments antiarythmiques.
  • Antipsychotiques.
  • Antidépresseurs atypiques comme Remeron ® (mirtazapine).
  • Sédatifs avec des benzodiazépines.
Une crise d'épilepsie.

Le CBD peut interagir avec les médicaments pour l’épilepsie : son utilisation chez ces patients implique donc une régulation précise des doses.

Lisez aussi : Troubles liés à la consommation de cannabis

Doses de CBD recommandées

Jusqu’à aujourd’hui, aucune règle pour l’utilisation appropriée du CBD n’a été définie. L’huile, en général, s’applique sous la langue. Les doses suggérées varient souvent entre 5 et 25 milligrammes. Néanmoins, il faut consulter son médecin pour les définir en fonction des besoins individuels.

Une fois que l’on a appliqué l’huile sous la langue (une goutte ou plus), il est recommandé de garder le produit à cet endroit pendant 30 à 60 secondes. D’autres présentations comme les sprays, les gélules et les bonbons ont leurs propres recommandations de consommation.

Recommandations finales pour l’utilisation du CBD

En plus de définir, avec son médecin, la dose de CBD, il convient de chercher un endroit sûr pour l’acheter et de lire attentivement l’étiquette du produit. Certaines présentations sont cataloguées comme étant « à spectre complet », ce qui indique qu’elles contiennent d’autres composés de la plante du cannabis, comme les protéines, les flavonoïdes, les terpènes et la chlorophylle. On pense que cette présentation offre des bénéfices plus larges.

Certaines présentations contiennent aussi du THC, comme un spray oral du nom de Sativex ® qui est approuvé dans certains pays en tant que complément pour calmer la douleur liée à la sclérose en plaques. Le choix de combinaisons avec du THC dépend du critère médical et de sa disponibilité, en fonction des lois des différents États.

Cela pourrait vous intéresser ...
Smoothie protéiné aux légumes verts et au chanvre
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Smoothie protéiné aux légumes verts et au chanvre

La recette de smoothie protéiné que nous vous proposons est parfaite pour les sportifs qui souhaitent conserver ou prendre de la masse musculaire.



  • World Health Organisation (WHO). (2017). Cannabidiol (CBD) Pre-Review Report Agenda Item 5.2. Meeting Pre-Review Report (pp. 6–10). Retrieved from https://www.who.int/medicines/access/controlled-substances/5.2_CBD.pdf
  • National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine; Health and Medicine Division; Board on Population Health and Public Health Practice; Committee on the Health Effects of Marijuana: An Evidence Review and Research Agenda. The Health Effects of Cannabis and Cannabinoids: The Current State of Evidence and Recommendations for Research. Washington (DC): National Academies Press (US); 2017 Jan 12. 2, Cannabis. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK425762/
  • (2018). FDA approves first drug comprised of an active ingredient derived from marijuana to treat rare, severe forms of epilepsy. Case Medical Research. https://doi.org/10.31525/fda2-ucm611046.htm
  • Darkovska-Serafimovska M, Serafimovska T, Arsova-Sarafinovska Z, Stefanoski S, Keskovski Z, Balkanov T. Pharmacotherapeutic considerations for use of cannabinoids to relieve pain in patients with malignant diseases. J Pain Res. 2018;11:837-842. Published 2018 Apr 23. doi:10.2147/JPR.S160556
  • Genaro K, Fabris D, Arantes ALF, Zuardi AW, Crippa JAS, Prado WA. Cannabidiol Is a Potential Therapeutic for the Affective-Motivational Dimension of Incision Pain in Rats. Front Pharmacol. 2017;8:391. Published 2017 Jun 21. doi:10.3389/fphar.2017.00391
  • Costa B, Trovato AE, Comelli F, Giagnoni G, Colleoni M. The non-psychoactive cannabis constituent cannabidiol is an orally effective therapeutic agent in rat chronic inflammatory and neuropathic pain. Eur J Pharmacol. 2007 Feb 5;556(1-3):75-83. doi: 10.1016/j.ejphar.2006.11.006. Epub 2006 Nov 10. PMID: 17157290.
  • Linares IM, Zuardi AW, Pereira LC, Queiroz RH, Mechoulam R, Guimarães FS, Crippa JA. Cannabidiol presents an inverted U-shaped dose-response curve in a simulated public speaking test. Braz J Psychiatry. 2019 Jan-Feb;41(1):9-14. doi: 10.1590/1516-4446-2017-0015. Epub 2018 Oct 11. PMID: 30328956; PMCID: PMC6781714.
  • Shannon S, Opila-Lehman J. Effectiveness of Cannabidiol Oil for Pediatric Anxiety and Insomnia as Part of Posttraumatic Stress Disorder: A Case Report. Perm J. 2016;20(4):16-005. doi:10.7812/TPP/16-005
  • Hess EJ, Moody KA, Geffrey AL, Pollack SF, Skirvin LA, Bruno PL, Paolini JL, Thiele EA. Cannabidiol as a new treatment for drug-resistant epilepsy in tuberous sclerosis complex. Epilepsia. 2016 Oct;57(10):1617-1624. doi: 10.1111/epi.13499. Epub 2016 Oct 3. PMID: 27696387.
  • Devinsky O, Cross JH, Laux L, Marsh E, Miller I, Nabbout R, Scheffer IE, Thiele EA, Wright S; Cannabidiol in Dravet Syndrome Study Group. Trial of Cannabidiol for Drug-Resistant Seizures in the Dravet Syndrome. N Engl J Med. 2017 May 25;376(21):2011-2020. doi: 10.1056/NEJMoa1611618. PMID: 28538134.
  • Chagas MH, Zuardi AW, Tumas V, Pena-Pereira MA, Sobreira ET, Bergamaschi MM, dos Santos AC, Teixeira AL, Hallak JE, Crippa JA. Effects of cannabidiol in the treatment of patients with Parkinson’s disease: an exploratory double-blind trial. J Psychopharmacol. 2014 Nov;28(11):1088-98. doi: 10.1177/0269881114550355. Epub 2014 Sep 18. PMID: 25237116.
  • Jadoon KA, Tan GD, O’Sullivan SE. A single dose of cannabidiol reduces blood pressure in healthy volunteers in a randomized crossover study. JCI Insight. 2017;2(12). doi:10.1172/jci.insight.93760
  • Iseger TA, Bossong MG. A systematic review of the antipsychotic properties of cannabidiol in humans. Schizophr Res. 2015 Mar;162(1-3):153-61. doi: 10.1016/j.schres.2015.01.033. Epub 2015 Feb 7. PMID: 25667194.
  • Oláh A, Tóth BI, Borbíró I, Sugawara K, Szöllõsi AG, Czifra G, Pál B, Ambrus L, Kloepper J, Camera E, Ludovici M, Picardo M, Voets T, Zouboulis CC, Paus R, Bíró T. Cannabidiol exerts sebostatic and antiinflammatory effects on human sebocytes. J Clin Invest. 2014 Sep;124(9):3713-24. doi: 10.1172/JCI64628. Epub 2014 Jul 25. PMID: 25061872; PMCID: PMC4151231.
  • Johnson JR, Burnell-Nugent M, Lossignol D, Ganae-Motan ED, Potts R, Fallon MT. Multicenter, double-blind, randomized, placebo-controlled, parallel-group study of the efficacy, safety, and tolerability of THC:CBD extract and THC extract in patients with intractable cancer-related pain. J Pain Symptom Manage. 2010 Feb;39(2):167-79. doi: 10.1016/j.jpainsymman.2009.06.008. Epub 2009 Nov 5. PMID: 19896326.
  • Bloechl-Daum B, Deuson RR, Mavros P, Hansen M, Herrstedt J. Delayed nausea and vomiting continue to reduce patients’ quality of life after highly and moderately emetogenic chemotherapy despite antiemetic treatment. J Clin Oncol. 2006 Sep 20;24(27):4472-8. doi: 10.1200/JCO.2006.05.6382. PMID: 16983116.
  • Weiss L, Zeira M, Reich S, Har-Noy M, Mechoulam R, Slavin S, Gallily R. Cannabidiol lowers incidence of diabetes in non-obese diabetic mice. Autoimmunity. 2006 Mar;39(2):143-51. doi: 10.1080/08916930500356674. PMID: 16698671.
  • Iffland, K., & Grotenhermen, F. (2017). An Update on Safety and Side Effects of Cannabidiol: A Review of Clinical Data and Relevant Animal Studies. Cannabis and Cannabinoid Research, 2(1), 139–154. https://doi.org/10.1089/can.2016.0034
  • Ryan SA, Ammerman SD, O’Connor ME. Marijuana Use During Pregnancy and Breastfeeding: Implications for Neonatal and Childhood Outcomes. Pediatrics. 2018;142(3) doi:10.1542/peds.2018-1889
  • Ewing, L. E., Skinner, C. M., Quick, C. M., Kennon-McGill, S., McGill, M. R., Walker, L. A., ElSohly, M. A., Gurley, B. J., & Koturbash, I. (2019). Hepatotoxicity of a Cannabidiol-Rich Cannabis Extract in the Mouse Model. Molecules, 24(9), 1694. https://doi.org/10.3390/molecules24091694
  • Welty TE, Luebke A, Gidal BE. Cannabidiol: promise and pitfalls. Epilepsy Curr. 2014;14(5):250-252. doi:10.5698/1535-7597-14.5.250