Relaxants musculaires : 12 médicaments utilisés

Les relaxants musculaires sont des médicaments utilisés pour traiter les spasmes et la spasticité. Continuez à lire et sachez quels sont les plus courants, ainsi que leurs effets et contre-indications.
Relaxants musculaires : 12 médicaments utilisés

Dernière mise à jour : 02 mars, 2022

On peut dire qu’il existe deux types de base de relaxants musculaires. Il y en a qui sont utilisés pour traiter les spasmes (carisoprodol, chlorzoxazone, cyclobenzaprine) et d’autres qui sont pour la spasticité (baclofène, dantrolène, diazépam).

Ce sont des médicaments d’usage délicat, nécessitant une ordonnance. Certains d’entre eux peuvent interagir avec d’autres substances et produire des effets secondaires.

Dans cet article nous saurons ce que sont les relaxants musculaires, quelles sont leurs finalités, les précautions d’emploi et les contre-indications. Il convient de noter que cet article est destiné à des fins d’information uniquement.

Que sont les relaxants musculaires et à quoi servent-ils ?

Comme son nom l’indique, ce sont des médicaments qui sont utilisés pour traiter certains problèmes musculaires. Plus précisément, ils sont recommandés pour les spasmes, ainsi que la spasticité.

On parle de spasmes ou de crampes pour désigner des contractions soudaines et involontaires d’un ou plusieurs muscles. Celles-ci peuvent être causées par une tension accumulée et se manifester par de la douleur.

En revanche, dans la spasticité, le muscle est raide, ce qui rend difficile la flexion d’une articulation. Elle est causée par des blessures aux nerfs impliqués dans le mouvement. Cela peut être un symptôme de certaines affections, telles que la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique ou la paralysie cérébrale.

Les relaxants musculaires peuvent aider à calmer ou à diminuer la douleur et l’inconfort liés aux spasmes et à la spasticité, même dans des conditions telles que le syndrome du côlon irritable. Cependant, ils ne s’attaquent pas à la cause première.

Il convient de noter que ces médicaments ne doivent pas être échangés, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être administrés l’un à la place de l’autre. Par conséquent, les antispasmodiques ne doivent pas être utilisés pour les spasmes, bien que certains antispasmodiques (comme la tizanidine) soient également recommandés pour la spasticité.

Relaxants musculaires antispasmodiques couramment utilisés

Les antispasmodiques agissent sur le système nerveux, produisant un effet sédatif, dans le sens où ils bloquent ou inhibent les signaux de douleur. Il est conseillé de ne pas les utiliser plus de 2 à 3 semaines.

D’un autre côté, jusqu’à présent, ils ne se sont pas révélés plus efficaces que les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou l’acétaminophène, mais ils ont plus d’effets secondaires que ceux-ci. Parmi les plus connus, citons les suivants.

Douleurs intestinales traitées par antispasmodiques.
Certains antispasmodiques agissent sur le muscle lisse de l’intestin, prévenant les douleurs coliques dans cet organe.

1. Carisoprodol

Le carisoprodol est offert en comprimés de 350 milligrammes (mg). Il est recommandé pour les altérations musculo-squelettiques qui surviennent avec la douleur, causées par des foulures ou des entorses ou d’autres blessures. On peut aussi le trouver combiné avec de l’aspirine ou avec de l’aspirine et de la codéine.

2. Chlorzoxazone

Connue sous les noms de marque Parafon® ou Lorzone®, la chlorzoxazone est également utilisée pour soulager les douleurs et contractions dues aux déchirures ou entorses musculaires. En traitement, il est généralement utilisé en association avec de l’aspirine ou des analgésiques comme le paracétamol.

3. Métaxalon ou métaxalone

Commercialement appelé Skelaxin ® ou Metaxall ®. Il est administré par voie orale et se présente sous forme de comprimés de 800 mg. Ce relaxant musculaire est efficace, mais relativement puissant, il doit donc être consommé avec modération.

4. Méthocarbamol

Le nom de marque le plus connu pour ce relaxant musculaire est Robaxin ®. Il se présente sous forme de comprimés de 500 mg. Il est considéré comme inefficace pour les douleurs lombaires, ainsi que pour la polyarthrite rhumatoïde et les problèmes musculaires dus à la paralysie cérébrale.

La dose maximale chez l’adulte est de 2 à 3 comprimés 4 fois par jour (4 à 6 grammes par jour). Mais la dose doit être ajustée pour les personnes âgées et les patients atteints d’une maladie du foie.

5. Orphénadrine

Norflex ® est un relaxant musculaire pour administration orale. Il a un effet anticholinergique, par conséquent, il est recommandé pour la douleur et pour aider au contrôle moteur chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

6. Tizanidine

La tizanidine est un agoniste myorelaxant des récepteurs alpha-2 de la moelle épinière. Il fonctionne de manière centrale et ralentit l’action du cerveau et du système nerveux.

7. Cyclobenzaprine

La cyclobenzaprine est un médicament tricyclique. Il se présente sous diverses formes, généralement de 5 à 10 mg.

Il est administré 2 à 4 fois par jour, la dose maximale étant de 60 mg/jour. Il est utile pour la douleur, mais pas pour la spasticité ou la raideur.

Relaxants musculaires antispastiques couramment utilisés

L’autre groupe de myorelaxants est constitué par les antispasmodiques. Parmi ceux-ci figurent les suivants.

8. Baclofène

Le baclofène ( Lioresal® ) est utilisé pour la spasticité dans la sclérose en plaques. Il est censé fonctionner en bloquant les signaux nerveux envoyés par la colonne vertébrale qui déclenchent des spasmes.

9. Dantrolène

Connu commercialement sous le nom de Dantrium®, le dantrolène est également prescrit dans la sclérose en plaques, ainsi que dans les spasmes musculaires causés par les accidents vasculaires cérébraux, les lésions de la colonne vertébrale et la paralysie cérébrale. Contrairement au précédent, il agit sur les muscles squelettiques.

10. Diazépam

Le diazépam ( Valium ®) est un médicament du groupe des benzodiazépines. Il est utilisé dans la dépression et l’anxiété, et c’est aussi un relaxant musculaire qui aide à soulager les spasmes.

Autres médicaments prescrits tels que les relaxants musculaires

En dehors de ceux déjà évoqués, certains médicaments peuvent être recommandés par les professionnels de santé pour traiter des problèmes comme la spasticité, sans pour autant être des relaxants musculaires.

11. Benzodiazépines

D’autres benzodiazépines peuvent aider à détendre les muscles, en raison de leurs effets sédatifs. Il s’agit notamment du clonazépam et de l’alprazolam.

12. Gabapentine

La gabapentine est un anticonvulsivant. Il aide également à soulager la spasticité musculaire, bien que son fonctionnement ne soit pas entièrement compris.

Gabapentine pour les convulsions.
La gabapentine a un effet de relaxation musculaire qui n’est pas utilisé directement en pratique clinique. Son indication principale est la prévention des convulsions.

Précautions et contre-indications

Les relaxants musculaires interagissent avec l’alcool et d’autres médicaments. Par conséquent, leur utilisation concomitante avec des analgésiques opioïdes, des psychotropes et des dépresseurs du système nerveux central doit être évitée.

Parce qu’ils sont délicats à utiliser, le médecin doit être consulté dans les cas suivants :

  • Adultes de plus de 65 ans et de moins de 18 ans.
  • Patients souffrant de troubles mentaux.
  • Maladie du foie et insuffisance rénale.

Si la personne doit faire fonctionner de la machinerie, de l’équipement lourd ou effectuer toute tâche qui requiert de la force, de la précision et de la coordination, elle ne peut pas les prendre.

Effets secondaires des relaxants musculaires

Les relaxants musculaires peuvent provoquer divers effets secondaires. Les plus courants sont les suivants :

  • Somnolence et fatigue
  • Vertiges ou perte d’équilibre
  • Maux de tête.
  • Agitation nerveuse
  • Difficulté à se concentrer ou à se souvenir des choses.

Un traitement prolongé avec des relaxants musculaires doit être évité, car certains peuvent créer une dépendance, ainsi qu’un syndrome de sevrage.



  • Delgado-Silveira E, Mateos-Nozal J, Muñoz García M, et al. Uso potencialmente inapropiado de fármacos en cuidados paliativos: versión en castellano de los criterios STOPP-Frail (STOPP-Pal). Revista Española de Geriatría y Gerontología. 2019; 54(3): 151-155.
  • Nirogi R, Kandikere V, Shukla M, et al. Quantification of Metaxalone in Human Plasma by Liquid Chromatography Coupled to Tandem Mass Spectrometry. J Anal Toxicol. 2006; 30 (4): 245–51.
  • Sánchez Arredondo C. Relajantes musculares y sus interacciones. Fármacos. 2002; 15(2): 25-33.
  • Valenzuela J, Alvarado J, Cohen H, et al. Un consenso latinoamericano sobre el síndrome del intestino irritable. Gastroenterología y Hepatología. 2004; 27(5):325-343.