Test à l'uréase : procédure, résultats et autres questions

Le test à l'uréase est une alternative rapide à l'étude histologique de la muqueuse gastrique pour l'identification des microorganismes. Il est particulièrement utile pour détecter Helicobacter pylori.
Test à l'uréase : procédure, résultats et autres questions
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 16 septembre, 2022

Le test à l’uréase permet d’identifier la présence de micro-organismes porteurs de l’enzyme uréase. Les bacilles entériques, par exemple, ont la capacité d’hydrolyser l’urée en ammoniac et en bicarbonate de sodium, que nous pouvons alors identifier comme du dioxyde de carbone.

Créé par Christensen, son utilité principale tourne autour de la capacité à identifier la bactérie Helicobacter pylori. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’infection par cette bactérie est la principale cause de gastrite chronique et d’ulcère peptique. Elle est également impliquée dans différents types de cancer gastrique et de métaplasie intestinale.

Les principes du test à l’uréase

La présence de l’enzyme uréase dans un milieu hydrolyse l’urée, produisant de l’ammoniaque et du bicarbonate de sodium. L’ammonium alcalinise le milieu, augmentant le pH et entraînant des changements de couleur. Cela permet l’identification des bacilles entériques porteurs de l’enzyme.

L’augmentation du pH provoque un changement de couleur du rouge de phénol de l’orange clair (à pH 6,8) au rose ou au rouge (à pH 8,1). Le test à l’uréase est considéré comme positif lorsque la présence de l’organisme rend l’ensemble du milieu rose/rouge en moins de 24 heures.

Le test peut identifier différents micro-organismes :

  • Proteus spp.
  • Klebsiella spp.
  • Citrobacter spp.
  • Corynebacterium spp.
  • Brucella spp.
  • Tersinia spp.
  • Cryptococcus spp.
  • Staphylococcus saprophyticus.
  • Épiderme de staphylocoque.
  • Helicobacter spp.
En milieu clinique, il est le plus souvent utilisé dans la biopsie de la muqueuse gastrique pour détecter la présence d’Helicobacter pylori.



Comment se déroule la procédure ?

Le test à l’uréase classique est effectué lors de l’endoscopie gastro-intestinale haute ou gastroscopie, qui est une étude invasive qui évalue l’œsophage et l’estomac. S’il est positif, il permet au gastro-entérologue de commencer rapidement un traitement contre l’infection à Helicobacter pylori. Cela soulagera les symptômes et empêchera la progression de l’inflammation.

Lors de la gastroscopie, des échantillons de muqueuse gastrique sont prélevés (généralement deux : un de l’antre et l’autre du corps) et ensemencés dans un milieu de culture contenant de l’urée et du rouge de phénol (indicateur de pH). Le milieu de culture doit être conservé à température ambiante pendant 24 heures.

Test à l'uréase au rouge de phénol.
La couleur de la plaque de culture est analysée au bout de 24 heures.

L’analyse des résultats

Si avant ou après 24 heures, le milieu de culture vire au rose intense ou au rouge, le test à l’uréase est considéré comme positif. Si le changement de couleur n’est pas observé (ou s’il devient plus jaunâtre), il est considéré comme négatif.

Le test doit être interprété dans les 24 premières heures pour éviter les faux positifs. L’urée peut s’autodégrader, altérant la couleur du support.

De même, l’urée est très sensible à la chaleur et à la lumière, il est donc recommandé de la conserver à des températures comprises entre 2 et 8ºC et dans l’obscurité.

Test respiratoire à l’urée : une alternative non invasive

Cette variante est un moyen non invasif, rapide et peu coûteux d’identifier l’uréase dans la muqueuse gastrique. Comme le test à l’uréase, il est très sensible et spécifique.

Dans ce cas, de l’urée marquée au carbone 14 radioactif ou au carbone 13 non radioactif est administrée. Si l’infection à H. pylori est présente, le bicarbonate de sodium produit par la réaction de l’uréase produit du dioxyde de carbone marqué qui est expiré.

Cet air expiré peut être collecté et le dioxyde de carbone marqué par du carbone 14 radioactif est détecté comme indicateur d’infection.

Les deux isotopes, le carbone 14 et le carbone 13, offrent pratiquement la même précision de diagnostic. Cependant, le carbone 13 nécessite un équipement spécialisé, tel qu’un spectromètre de masse. En revanche, bien que le carbone 14 soit radioactif, le rayonnement reçu est très faible et inoffensif.

L’importance de l’identification précoce d’Helicobacter pylori

Helicobacter pylori appartient au genre Helicobacter, qui sont des bactéries en forme de spirale avec des flagelles, coloration de Gram négative. Pour survivre, elles ont besoin de faibles concentrations d’oxygène. Elles ont une activité catalase, oxydase et uréase.

Le diagnostic définitif de l’infection est l’identification par étude histologique de la biopsie. Un test à l’uréase n’identifie pas la métaplasie intestinale, la dystrophie ou l’atrophie gastrique.

Il ne quantifie pas non plus les dommages causés par l’utilisation prolongée d’inhibiteurs de la pompe à protons, la prise d’analgésiques anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les saignements actifs. C’est pourquoi, en présence d’altérations du tube digestif supérieur, il est recommandé d’effectuer une gastroscopie avec le prélèvement respectif.

Cependant, le test à l’uréase permet une identification rapide d’Helicobacter pylori et une mise en route précoce du traitement. Il faut savoir que les résultats de l’étude histologique peuvent prendre 3 à 5 jours.

En plus de cela, la spécificité de l’étude est si élevée qu’elle ne fournit pas de faux positifs, c’est pourquoi elle autorise le traitement pour éradiquer l’infection. Sa sensibilité est également élevée, de sorte que le pourcentage de vrais positifs identifiés est plus élevé.

Endoscopie pour biopsie de gastrite.
Une biopsie et une étude histologique sont toujours réalisées. Le test à l’uréase permet uniquement d’avancer le traitement jusqu’à l’attente des résultats définitifs.



Le test à l’uréase est simple, rapide et efficace

Le test à l’uréase permet d’obtenir des résultats dans une fenêtre maximale de 24 heures. L’histologie de la biopsie peut prendre un minimum de 3 jours.

Ainsi, un traitement de l’infection est autorisé dans les cas positifs, avant d’avoir confirmation.

Il existe plusieurs techniques pour diagnostiquer l’infection à Helicobacter pylori. Avec la biopsie, les histologies, le test à l’uréase, une culture, une cytologie ou une réaction en chaîne par polymérase (PCR) peuvent être spécifiés. De plus, il existe des techniques non invasives, telles que la détermination des anticorps dans le sérum ou le test respiratoire à l’urée.

Dans un premier temps, l’idéal est le diagnostic primaire par endoscopie et biopsie. Cependant, ces méthodes fonctionnent également pour évaluer la progression de l’infection et la réponse au traitement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le pH de l’urine, qu’est-ce que c’est ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le pH de l’urine, qu’est-ce que c’est ?

Le pH urinaire reflète l'acidité et, avec d'autres paramètres de l'urine, permet un diagnostic et une surveillance rentables.



  • Aguilar C, Saavedra P, Mendoza G, Bussalleu A, Cok J, Martínez F, et al. Estudio de la prueba de la ureasa o test de aliento (TA) y correlación con biopsia gástrica para la detección de Helicobacter pylori (Hp) en pacientes dispépticos del Hospital Nacional Cayetano Heredi – Lima. Revista de Gastroenterología del Perú 2007;27(2). Disponible en http://www.scielo.org.pe/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1022-51292007000200006&lng=es&tlng=es.
  • Álvarez M, Ríos E, Fernández R. Desarrollo de una prueba de ureasa para la detección de Helicobacter pylori y su valoración como test diagnóstico: estudio multicéntrico. Gastroenterol. latinoam 1998;9(2).
  • Bravo E, et al. Utilidad del Test Rápido de Ureasa par ala detección de Helicobacter pylori en la hemorragia digestiva alta por úlcera péptica. Rev. gastroenterol. Perú 2011;31.
  • Calle G, Galindo T. Validación de un test de Ureasa para diagnóstico de Helicobacter Pylori (H.P), en comparación con el Clotest y en referencia a la Histología. Revista de la Facultad de Ciencias Médicas 2010;29(31). Disponible en http://dspace.ucuenca.edu.ec/handle/123456789/19996.
  • Cifuentes P, Topor J, Avagnina A, Elsner B, Moore R, Barberos C, et al. Validación de un test de ureasa rápido para el diagnóstico de la infección por H. Pylori. Acta gastroenterol. latinoam 2002;32(1).