Traitement de la maladie de Lyme

21 septembre 2020
La maladie de Lyme est une infection qui ne cause, au début, qu'un érythème sur la peau. Cependant, si on ne la traite pas, elle peut conduire à de sévères complications. Apprenez-en plus dans cet article.

Le traitement de la maladie de Lyme constitue un événement récent car cette pathologie a été reconnue pour la première fois en 1975. Il s’agit d’une infection causée par une bactérie de la famille des Borrelia, qui se transmet à travers la piqûre des tiques.

Pour acquérir ce trouble, il est donc nécessaire d’être en contact avec ces arthropodes. Ils sont plus présents à la campagne, où il y a des forêts et beaucoup d’herbe. Mais cela ne veut pas dire que toutes les tiques transmettent la maladie de Lyme.

Les conséquences sont des complications neurologiques sévères si le traitement n’est pas appliqué de manière précoce. Par ailleurs, les médicaments varient selon l’âge et la sévérité du processus. Nous allons vous expliquer, dans cet article, tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

En quoi consiste la maladie de Lyme ?

Avant de commencer à parler du traitement de la maladie de Lyme, nous allons vous expliquer, à grands traits, en quoi elle consiste. Comme nous l’avons déjà mentionné, il s’agit d’une infection due à une bactérie qui se transmet à travers la piqûre de certaines tiques.

Après la piqûre, une petite protubérance apparaît dans la zone et se résorbe quelques jours plus tard. Peu de temps après, on voit généralement surgir une éruption sur la peau qui s’étend de façon progressive. Cette éruption cutanée ne gratte pas et n’est pas douloureuse mais change cependant d’endroit (les médecins lui donnent le nom d’ « érythème migratoire »).

Par ailleurs, beaucoup de personnes ressentent un mal-être général, ont de la fièvre et des maux de tête. Le problème est que les complications peuvent apparaître même des années après avoir soigné ces manifestations.

Par exemple, il est fréquent que les patients souffrent de douleur au niveau des articulations, surtout dans les genoux. De la même façon, ces manifestations peuvent évoluer en méningite, en paralysie d’un côté du visage ou en faiblesse des bras et des jambes. Dans certains cas, le rythme cardiaque s’altère ou une détérioration de la mémoire se produit.

Une piqûre sur la jambe.

Les piqûres des tiques disparaissent au bout d’un moment mais les complications peuvent apparaître au bout de quelques mois ou années.

Ceci peut vous intéresser : Découvrez les causes et symptômes de la maladie de Lyme

Quel est le traitement de la maladie de Lyme ?

Le traitement de la maladie de Lyme doit être précoce car il s’agit de la manière la plus efficace d’éviter toutes les complications que nous avons mentionnées un peu plus haut. Étant donné qu’il s’agit d’une infection bactérienne, les médicaments utilisés sont des antibiotiques.

Le type de traitement choisi et le résultat que l’on obtient dépendent tous deux de la sévérité de l’infection et du moment où on l’a détectée. Quand la maladie se trouve à un stade avancé, le résultat n’est généralement pas aussi satisfaisant que dans les cas légers.

Traitement de la maladie de Lyme à un stade précoce

Lorsque l’infection se détecte rapidement, le traitement peut être pris de manière orale. Les antibiotiques les plus utilisés sont les tétracyclines et, plus concrètement, la doxycycline. La dose utilisée est de 200 milligrammes par jour, pour une durée comprise entre 21 et 30 jours complets.

Cependant, selon une étude publiée dans une revue Medicina de Familia, il existe des situations spéciales où l’on ne peut pas utiliser de doxycycline. Par exemple, chez les enfants et les femmes enceintes. Dans le cas des enfants de moins de 9 ans, on recommande d’utiliser un autre type d’antibiotique, comme les pénicillines.

En ce qui concerne les femmes enceintes ou celles qui allaitent leur bébé, l’idéal est de prendre de l’amoxicilline ou du céfuroxime. Les dernières publications indiquent que le traitement de la maladie de Lyme en moins de 21 jours est aussi efficace. 

Ceci pourrait vous intéresser : L’huile essentielle d’arbre à thé pour lutter contre les puces et les tiques

Traitements à des stades plus avancés ou dans des cas plus graves

Lorsque le diagnostic est tardif et que les lésions sont avancées, les médicaments utilisés sont différents. Le plus fréquent, dans ces cas, est de recourir à la doxycyline. La différence est qu’elle doit être prise en intraveineuse ou pendant plus longtemps car l’infection s’est installée dans les tissus et s’est propagée.

La même chose se produit quand des complications apparaissent, surtout dans le système nerveux central. Par exemple, comme nous le signalions un peu plus tôt, on peut se retrouver face à une paralysie faciale ou à une méningite. Dans ces situations, on doit aussi prendre des antibiotiques en intraveineuse.

Les médicaments les plus utilisés pour ces complications sont les céphalosporines. Même si le pronostic est bon, le traitement doit être instauré le plus rapidement possible. Il peut malgré tout arriver que les symptômes se maintiennent dans le temps.

Une tique sur la peau.

La transmission par les tiques de la maladie de Lyme la rend plus fréquente en été, dans les zones de camping.

Traitement précoce pour diminuer les complications

Le traitement de la maladie de Lyme doit s’instaurer de façon précoce car il existe un grand risque de complications neurologiques ou articulaires. Les médicaments employés sont les antibiotiques.

Lorsque l’infection est détectée dès le début et que les manifestations sont légères, on utilise généralement la doxycycline par voie orale. Cependant, chez les enfants et les femmes enceintes, il vaut mieux utiliser des pénicillines comme l’amoxicilline. À des stades plus avancés, les médicaments doivent s’administrer par intraveineuse.

Le principal est la prévention de la pathologie. Il faut éviter les environnements à tiques, les éliminer de la maison et prendre ses précautions dans les lieux de vacances ou de camping en été. Des mesures simples réduisent le risque de tomber malade.

 

  • Fajardo, M., Fajardo, L., & Fajardo, D. M. (n.d.). La enfermedad de Lyme.
  • García Meléndez, M. E., Skinner Taylor, C., César, J., Alanís, S., & Candiani, J. O. (2014). Enfermedad de Lyme: actualizaciones Gaceta Médica de México. 2014;150:84-95 ARTÍCULO DE REVISIÓN Correspondencia. Gaceta Médica de México (Vol. 150).
  • Treatment | Lyme Disease | CDC. (n.d.). Retrieved August 13, 2020, from https://www.cdc.gov/lyme/treatment/index.html
  • Alonso Fernández, M. (2012). Enfermedad de Lyme. ¿Es tan infrecuente? Semergen, 38(2), 118–121. https://doi.org/10.1016/j.semerg.2011.06.007
  • Olmo Montes, F. J., Sojo Dorado, J., Peñas Espinar, C., & Muniáin Ezcurra, M. A. (2014). Infecciones producidas por borrelias: enfermedad de Lyme y fiebre recurrente. Medicine (Spain), 11(51), 3009–3017. https://doi.org/10.1016/S0304-5412(14)70731-0
  • Portillo, A., Santibáñez, S., & Oteo, J. A. (2014). Enfermedad de Lyme. Enfermedades Infecciosas y Microbiologia Clinica, 32(SUPPL.1), 37–42. https://doi.org/10.1016/S0213-005X(14)70148-X
  • Sanchez, Edgar, et al. “Diagnosis, treatment, and prevention of Lyme disease, human granulocytic anaplasmosis, and babesiosis: a review.” Jama 315.16 (2016): 1767-1777.
  • Touradji, Pegah, et al. “Cognitive decline in post-treatment Lyme disease syndrome.” Archives of Clinical Neuropsychology 34.4 (2018): 455-465.