19 conseils pour se protéger des effets de la pollution de l'air

La pollution de l'air peut avoir des effets nocifs sur notre santé. Poursuivez donc votre lecture pour savoir comment prévenir ces effets.
19 conseils pour se protéger des effets de la pollution de l'air

Dernière mise à jour : 07 décembre, 2021

Les effets sur la santé de la pollution de l’air sont passés d’une menace vague à un problème très réel duquel il faut se protéger. Les organisations non gouvernementales, les institutions étatiques et les organisations internationales mettent unanimement en garde à ce sujet.

Année après année, des millions de personnes sont touchées par des problèmes allergiques, respiratoires et même cardiaques dus à la mauvaise qualité de l’air. Ces problèmes peuvent aller d’un écoulement nasal à une toux de bronchite, et même à la mort.

En plus de faire en sorte de réduire les émissions de gaz et de particules, nous devons essayer de nous protéger dans les endroits et les moments où la qualité de l’air est gravement affectée. À cette fin, nous vous fournissons quelques recommandations dans les lignes suivantes.

Qu’est-ce que la pollution de l’air et comment est-elle produite ?

La pollution de l’air est définie comme la présence de substances toxiques, ainsi que de diverses particules, dans l’air. Il s’agit notamment du monoxyde de carbone, du dioxyde de soufre ou de l’oxyde d’azote, de la poussière, des matériaux de construction et autres, voire des éléments radioactifs.

Ces substances peuvent être nocives pour l’homme et les animaux lorsqu’elles sont inhalées, ainsi que lorsqu’elles sont déposées dans les plantes, les sols et les eaux.

Plusieurs facteurs peuvent générer de la pollution atmosphérique. Certains d’entre eux sont naturels comme, par exemple, l’activité volcanique, les incendies de forêt non provoqués, les particules de poussière emportées par le vent, les tempêtes de sable.

Mais dans une large mesure, la pollution de l’air est due au rejet de substances dans l’atmosphère résultant de l’activité humaine. Cela va des moyens de transport, à travers les usines et l’industrie de la construction, à la combustion des déchets solides.



Les niveaux de pollution atmosphérique

Les concentrations de PM (matières particulaires) sont l’indicateur utilisé pour déterminer si l’air est contaminé. Généralement, les mesures sont établies sur des moyennes journalières ou annuelles de ces particules par mètre cube (m3) de gaz.

Cependant, dans certaines de ces particules, le diamètre est de 10 microns ou moins (PM 10 ) et d’autres sont de 2,5 microns ou moins (PM 2,5 ). Les PM 10 peuvent pénétrer et se loger dans les poumons, mais les PM 2,5 sont encore plus nocives pour la santé, car elles traversent la barrière pulmonaire et pénètrent dans la circulation sanguine.

Selon les rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des effets indésirables ont été trouvés avec des niveaux de 3 à 5 microgrammes par mètre cube (µg/m3 ou mpcm) pour les particules PM 2,5. Et c’est juste légèrement au-dessus de la concentration moyenne aux États-Unis et en Europe occidentale.

Par ailleurs, il est important de savoir quel est le niveau du monoxyde de carbone, du dioxyde de soufre et de l’azote dans l’air. Ces substances ne doivent pas dépasser les niveaux suivants :

  • CO : 9,4 particules par million pendant 8 heures
  • SO 2 : 0,075 ppm en 4 heures
  • NO 2 : 0,1 ppm en une heure
La pollution de l'air dans les villes.
L’activité humaine est la principale responsable de la pollution de l’air, en particulier dans les villes.

Les effets de la pollution atmosphérique sur la santé

Bien que certains niveaux de qualité de l’air puissent ne pas affecter la population générale, certains groupes sont particulièrement sensibles. Cela inclut les personnes souffrant d’allergies ou de troubles respiratoires, de maladies cardiaques, les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants.

Le contact avec de l’air pollué peut provoquer ou déclencher divers symptômes, tels qu’une irritation des yeux et du nez, un mal de gorge, une toux de bronchite et de la fatigue. En revanche, l’exposition chronique à un air pollué augmente le risque de développer certaines pathologies. Parmi elles, figurent la rhinite allergique et l’asthme.

On estime que, chaque année, plus de 7 millions de personnes meurent dans le monde des suites de diverses pathologies (accident vasculaire cérébral, cancer du poumon et crises cardiaques) liées à la pollution de l’air. En particulier, les recherches ont montré que les augmentations de SO2 et de NO2 sont associées à une incidence plus élevée de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN).



19 conseils pour se protéger des effets de la pollution de l’air

Il est possible de suivre quelques recommandations pour se protéger des effets de la pollution de l’air et ainsi éviter les atteintes à la santé. Nous vous en présentons 19 ci-dessous.

1. Soyez attentif à l’actualité

Aujourd’hui, nous disposons de divers moyens pour accéder à l’information. Ils faut les utiliser pour obtenir des informations sur divers événements (par exemple les feux de forêt) et pour savoir quand l’air est malsain.

2. Restez à l’abri

Il convient de ne pas s’exposer à la contamination par des particules. Il est conseillé de rester à l’intérieur des maisons, des bureaux ou des véhicules lorsque l’air n’est pas convenable.

3. Créez un espace hermétique

Lorsque les niveaux de pollution sont élevés à l’extérieur de la maison, laissez les fenêtres et les portes de chez vous fermées. Les personnes souffrant d’allergies ou de problèmes respiratoires doivent s’assurer que les portes et les fenêtres sont aussi étanches que possible.

4. Les purificateurs d’air, des alliés contre la pollution de l’air

Les purificateurs d’air euvent réduire la pollution, ainsi que les niveaux de concentration de diverses particules. Ils peuvent être très utiles pour les personnes allergiques, car ils préviennent ou atténuent les symptômes.

5. Réglez la climatisation

Dans certains cas, vous avez la possibilité de régler la climatisation, afin que l’air recircule à l’intérieur, empêchant l’entrée de l’air qui se trouve à l’extérieur.

6. Les filtres HEPA, des alliés

Dans les climatiseurs et les systèmes de chauffage, il est recommandé d’utiliser des filtres HEPA. Ils sont considérés comme étant efficaces pour absorber les petites particules. De plus, ces filtres doivent être changés régulièrement.

7. La hotte, un outil utile

Il est recommandé d’utiliser une hotte lors de la cuisson, pour aider à dissiper les fumées et les odeurs. D’autant plus si les portes et fenêtres sont fermées.

8. Ne fumez pas

La qualité de l’air commence à la maison. Par conséquent, ne polluez pas votre intérieur en fumant ou en permettant aux autres de fumer. Dans les espaces clos, la fumée met plus de temps à se dissiper.

9. Aérez périodiquement

Bien qu’il soit recommandé de garder les espaces fermés, lorsque cela est possible, la maison doit également être ventilée pour améliorer la qualité de l’air intérieur.

10. Les plantes sont de bonnes alliées contre les effets de la pollution

Les avantages d’avoir des plantes à la maison sont divers. Parmi eux, figurent le fait que les plantes aident à purifier l’air, en plus d’être des éléments décoratifs.

11. Le masque, un allié pour se protéger de effets de la pollution

Il n’est pas bon de sortir quand l’air est très pollué. Mais si cela est inévitable, protégez-vous en portant un masque, et même des lunettes pour éviter l’irritation de la muqueuse oculaire.

12. Évitez les rues avec beaucoup de circulation

Que vous vous déplaciez à pied ou en véhicule, évitez les rues les plus encombrées. Dans les rues secondaires et avec moins de circulation, l’exposition aux émissions des véhicules est réduite.

13. Évitez les canyons urbains

Les voies de circulation relativement étroites avec de très hauts bâtiments de chaque côté sont appelées canyons urbains. Ces espaces ont été étudiés dans diverses enquêtes, car ils piègent la pollution due à une circulation d’air moindre.

14. Évitez les heures de pointe

Tentez également d’ajuster au maximum vos heures de départ. Vous devez éviter d’être dans la rue pendant les heures de pointe, heures pendant lesquelles il y a plus de véhicules dans la rue et pendant lesquelles les émissions de gaz d’échappement sont plus élevées.

15. Respirez par le nez

Il est préférable de respirer par le nez que de le faire par la bouche. Et ce, car les cils ou les poils qui tapissent l’intérieur des narines retiennent une partie des particules de poussière.

16. Buvez de l’eau

Non seulement vous préviendrez la déshydratation, mais cela vous aidera à mieux respirer, en gardant l’humidité dans les muqueuses. De plus, la fumée et la poussière provoquent une sécheresse de la gorge, ce qui peut vous faire tousser.

17. Restez en bonne santé

Rester en forme et bien respirer vont de pair. Et cela est possible avec une bonne alimentation et la pratique d’une activité physique.

18. Faites de l’exercice dans des espaces clos

Lorsque l’air extérieur est pollué, il est préférable de faire de l’exercice dans des espaces clos. Et ce, car lorsque vous faites de l’exercice, vous inspirez davantage.

19. Ayez à portée de main des médicaments d’urgence

Ayez toujours à portée de main des médicaments ou des dispositifs d’urgence. Cette mesure est particulièrement indiquée chez les patients qui ont déjà reçu un diagnostic lié à la pollution.

Comment se protéger en amont de la pollution de l’air ?

En plus de vous protéger des effets de la pollution de l’air lorsqu’ils existent déjà, vous pouvons également faire vous part pour éviter de nouvelles augmentations des émissions de particules et de gaz toxiques dans l’environnement. Prenez en compte les recommandations suivantes :

  • Évitez de brûler du bois ou du charbon de bois, que ce soit pour le chauffage ou pour les barbecues.
  • N’utilisez pas de souffleuses à feuilles pour votre pelouse, car elles soulèvent de la poussière et des particules.
  • Minimisez l’utilisation des véhicules à moteur. Utilisez plutôt les transports en commun, le vélo ou la marche.
  • Envisagez de vous procurer une voiture électrique, hybride ou à faible consommation d’énergie.
  • Ne fumez pas et ne permettez pas aux autres de fumer dans votre intérieur.
  • Le recyclage permet également de réduire les processus industriels générant des gaz toxiques.
  • Plantez des arbres.

Si, malgré la mise en pratique de ces mesures, les symptômes liés à la pollution de l’air persistent, consultez un médecin. Aussi, gardez à l’esprit que la pollution intérieure peut être tout aussi dommageable que la pollution extérieure.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pollution plastique : comment affecte-t-elle notre santé ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Pollution plastique : comment affecte-t-elle notre santé ?

La gestion des déchets plastiques constitue un enjeu majeur de notre monde actuel. Quel est l'impact de la pollution plastique ?



  • Alarcón C, Poveda J. Control de material particulado en espacios cerrados (laboratorio, preclínica y oficinas) a través de la utilización de un filtro portátil. Bogotá: Universidad Antonio Nariño, 2021.
  • Boquete M, Cortada Macías J, García González J, Ibero M, Martínez Cócera C. Eficacia de un purificador de aire con filtro HEPA en el control ambiental domiciliario. Rev. Esp. Alergol Inmunol Clín. 1997; 12(4): 258-264.
  • Gascon M, Sunyer J. Contaminación del aire y salud respiratoria en niños. Barcelona: Universitat de Barcelona, 2015.
  • Jerrett, M. The death toll from air-pollution sources. Nature. 2015; 525: 330–331.
  • Laville S. Living near busy road stunts children’s lung growth, study says. The Guardian [en línea]. 2019 [fecha de acceso: 04-11-2021]. URL disponible en: https://www.theguardian.com/environment/2019/nov/25/living-near-busy-road-stunts-childrens-lung-growth-study-says
  • Tchernitchin A, Tchernitchin N. Propuesta para reducir las muertes causadas por la contaminación del aire en Santiago. Cuad. méd.-soc. 2005; 45(2): 77-80.
  • Vargas Valverde E. Condiciones de control, fuentes de contaminación y agentes desinfectantes empleados en una sala blanca. Pensamiento Actual. 2017; 17(28):  DOI 10.15517/pa.v17i28.29526.