3 recommandations pour faire baisser son taux de cortisol

4 octobre 2020
Il existe des moyens naturels pour faire baisser son taux de cortisol et ils sont tous liés à un mode de vie sain. Le corps et l'esprit sont étroitement liés, ce qui explique pourquoi il faut chercher un bien-être intégral.

Le stress est devenu l’accompagnateur habituel d’un grand nombre de personnes dans le monde. Beaucoup cherchent donc des méthodes pour faire baisser leur taux de cortisol, et si possible de façon naturelle. Il s’agit de la célèbre hormone du stress et sa présence excessive dans l’organisme a des conséquences négatives.

Pour faire baisser le taux de cortisol, il existe des moyens qui vont du traitement psychiatrique aux produits commerciaux sans le moindre appui scientifique. En vérité, un mode de vie sain est la meilleure façon de prévenir le stress. Découvrons-en plus à ce sujet.

Quelques données sur le cortisol

Le cortisol est une hormone sécrétée par les glandes surrénales et sa fonction est de préparer l’organisme à des situations de danger ou de menace. Cela fait partie de l’instinct de survie et, en principe, le cortisol devrait donc avoir des effets sains et positifs.

Grâce à cette substance, une personne s’active et se concentre, physiquement et mentalement, pour s’occuper de toutes ses tâches quotidiennes. Le cortisol aide à s’adapter aux changements et contribue à réguler la pression artérielle et les niveaux d’adrénaline. Il stimule aussi la bonne digestion, le contrôle de l’insuline et constitue un anti-inflammatoire naturel.

Ainsi, le problème ne se situe pas au niveau de l’hormone elle-même, mais de sa sécrétion excessive pendant une longue période de temps. Le stress en est responsable, ce qui fait entrer la personne dans un état d’anxiété continu, avec de multiples conséquences pour l’organisme. Alors, comment faire baisser son taux de cortisol ?

Les glandes surrénales.

Les glandes surrénales sont celles qui se chargent de produire le cortisol.

3 recommandations pour faire baisser son taux de cortisol

Voici 3 recommandations pour faire baisser son taux de cortisol qui se basent sur des habitudes saines et quotidiennes ne coûtant rien, si ce n’est de l’organisation. Il s’agit des voies les plus naturelles pour réduire les effets nocifs de cette hormone. Découvrez-les !

1. Un régime adéquat pour faire baisser son taux de cortisol

L’alimentation est l’un des moyens les plus adéquats pour faire baisser son taux de cortisol. Tout comme il y a des aliments qui font augmenter la nervosité ou le stress, il y en a qui provoquent l’effet contraire. Les recommandations les plus habituelles sont les suivantes :

  • Éliminer ou réduire au maximum la caféinecette dernière ne se trouve pas seulement dans le café mais aussi dans des boissons comme le thé ou le chocolat noir. Cette substance élève les niveaux de cortisol.
  • Éviter le sucre et les glucides raffinés : des preuves scientifiques nous montrent que ces produits sont associés à différents troubles mentaux.
  • Une bonne hydratation : la déshydratation augmente la tension dans l’organisme, ce qui débouche sur du stress et, par conséquent, fait s’élever les niveaux de cortisol.
  • Manger des aliments riches en phénylalaninecette substance est présente dans différents aliments protéiques comme les viandes rouges, les poissons, les œufs, les produits laitiers et certaines céréales complètes. Ils favorisent la sécrétion de dopamine, qui diminue l’envie de sucre et de glucides.
  • Augmenter la consommation d’autres aliments favorables : pour faire baisser son taux de cortisol, il est conseillé de consommer fréquemment des aliments riches en vitamine C et en acides gras oméga 3. L’utilisation de suppléments artificiels devrait se faire à partir des recommandations d’un médecin.

Ceci pourrait vous intéresser : Quelles sont les conséquences d’un excès de cortisol ?

2. Sommeil, relaxation et exercice

L’activité physique et le repos sont aussi des voies pour faire baisser le cortisol. Un style de vie sain suppose un bon équilibre entre le mouvement et le repos. Les recommandations sont très simples et pleines de bon sens :

  • Une bonne hygiène de sommeil : mal dormir nuit à la santé physique et mentale. Parmi les effets négatifs, nous retrouvons l’augmentation du cortisol.
  • Faire de l’exercice de façon régulière : l’activité physique permet de libérer de la dopamine et de la sérotonine au niveau cérébral. Ceci contribue à faire baisser les taux de cortisol. Les routines exigeantes ne sont pas nécessaires : il suffit d’aller marcher une demi-heure tous les jours.
  • Techniques de relaxation : les pratiques de relaxation sont des moyens parfaits pour réduire les niveaux de stress. La respiration profonde, le tai-chi et la méditation transcendantale font partie de ces techniques.

3. Organiser et réguler les activités et l’esprit

L’une des principales causes de stress est la mauvaise gestion du temps. L’idéal est qu’une personne puisse réaliser ses activités quotidiennes sans avoir à se hâter et en gardant du temps pour des pauses et un bon repos.

Une autre source habituelle de stress n’est autre que les mauvaises relations avec les autres. Le conflit fréquent ou les heurts continus provoquent des tensions qui affectent l’humeur. Le mieux est de chercher et de trouver des moyens de solutionner ces problèmes ou de s’éloigner de leur source.

Le stress ne semble pas toujours avoir de cause définie. Il peut apparaître devant de petites difficultés ou des problèmes peu importants. Dans ce cas, il est possible que la cause soit plus profonde et qu’elle vienne d’expérience que l’on n’a pas réussi à assimiler. Il faudrait alors chercher une aide psychologique.

Une femme stressée.

Le stress quotidien à cause d’une routine mal gérée peut dériver vers une augmentation du taux de cortisol.

Un stress élevé n’est pas bon pour la santé

Un taux de cortisol élevé a une influence sur la qualité de vie. Cette substance a une incidence négative sur le bon repos, l’humeur et le rendement personnel. C’est pour cela qu’il est si important de la faire baisser et la meilleure manière de le faire et de prévenir son augmentation est d’adopter des habitudes saines, qui incluent l’alimentation et la routine.

Vous pouvez mettre les recommandations que nous vous avons apportées en pratique. Il faut cependant les suivre de façon progressive, pour ne pas générer d’attentes que l’on ne pourrait pas atteindre. Chaque pas compte et nous rapproche de l’équilibre.

  • González-Albarrán, O., Fraile, J., & Robles, R. G. (2000). Fisiología de las glándulas suprarrenales. Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado, 8(21), 1097-1101.
  • Knüppel, A. (2017, 27 julio). Sugar intake from sweet food and beverages, common mental disorder and depression: prospective findings from the Whitehall II study. Scientific Reports. https://www.nature.com/articles/s41598-017-05649-7?error=cookies_not_supported&code=358bdb70-78d9-46f8-8407-cc1f1c5b1dd2
  • Magnusson, J., Werner, O., Carlsson, C., Norden, N., & Pettersson, K. I. (1983). METOPROLOL, FENTANYL AND STRESS RESPONSES TO MICROLARYNGOSCOPY: Effects on arterial pressure, heart rate and plasma concentrations of catecholamines, ACTH and cortisol. British journal of anaesthesia, 55(5), 405-414.
  • Celaya, Sergio Matito. Efecto de la ingesta de cereales enriquecidos con triptófano sobre el sueño, melatonina, serotonina, cortisol y estado antioxidante en personas mayores. Diss. Universidad de Extremadura, 2015.
  • Morán, Grégory Alfonso García, et al. “Aspectos bioclínicos y patobiológicos de la vitamina C en la especie humana.” CES Medicina 20.2 (2006): 53-72.
  • Acosta, José María. “Uso eficaz del tiempo cómo alcanzar el éxito sin estrés.” (2001).
  • Román, Pedro Ángel Latorre, et al. “Dependencia al ejercicio físico e insatisfacción corporal en diferentes deportes de resistencia y su relación con la motivación al deporte.” Revista de psicología del deporte 25.1 (2016): 113-120.
  • Sandín, Bonifacio. “El estrés: un análisis basado en el papel de los factores sociales.” International Journal of clinical and health psychology 3.1 (2003): 141-157.